Un recours collectif qui pourrait coûter cher à Bell

Si vous êtes —ou avez été— un client de Bell, vous allez vous reconnaitre dans la demande de recours collectif qui a été déposée vendredi, le 27 novembre 2015, pour dénoncer “une augmentation de tarifs illégale”, depuis le 27 novembre 2012, contre le trio constitué de Bell Canada, ExpressVu et Bell Mobilité.

C’est bien connu, Bell abuse continuellement de ses clients.

Qu’importe l’entente initiale, chaque mois amène un potentiel d’abus, de la part de Bell.

De petits frais sournois qui s’ajoutent à votre facture, sans avertissement ou sans réelle explication. C’est ça, Bell, une culture d’abus qui rend les clients furieux et qui les appauvrit, sans aucune gêne.

Qu’importe la moralité ou la légalité, Bell s’est forgée une réputation peu enviable, en abusant de ses clients et de leur confiance.

On sentait qu’un recours collectif allait venir leur péter au visage et là, ça arrive (la requête est autorisée par la Cour supérieure).

C’est le Journal de Montréal qui a obtenu copie du document de 14 pages visant à forcer Bell “à rembourser” de petits frais qu’elle aurait facturés à des millions de clients, de même qu’à payer une somme “de 100$ à titre de dommages-intérêts punitifs en vertu de la Loi sur la protection du consommateur“.

La requête indique qu’en vertu de la Loi sur la protection du consommateur, les “clauses modificatrices sont illégales puisqu’elles doivent prévoir qu’un avis écrit contenant exclusivement la nouvelle clause sera envoyé aux abonnés des services Bell“.

Le document reproche à Bell d’avoir augmenté la facture de ses clients sans les aviser assez clairement.

joseph-frainetti-de-lasalle

C’est Joseph Frainetti, un résident de LaSalle qui a initié ce recours.

Celui-ci affirme qu’après avoir conclu une entente avec Bell, en 2012, pour des services d’internet, de télévision et de téléphonie mobile, les tarifs ont été “modifiés unilatéralement”, jusqu’au 1er août 2015. Le total des augmentations de tarifs subies par l’auteur du document, pour “l’ensemble de ses services Bell, équivaut à 13$”. Il précise aussi avoir reçu une “réduction d’un dollar à son rabais mensuel”… on reconnaît les techniques de rabattage de Bell.

M. Frainetti affirme qu’il n’a pas été informé “de ces modifications autrement que sur ses factures”. Jusque là, des millions de clients de Bell se reconnaissent dans les entourloupettes malveillantes du géant canadien des télécoms.

En fait, pour s’assurer de l’exactitude de son compte, M. Frainetti devait, mois après mois, “analyser attentivement chacune de ses factures afin d’être informé de modifications substantielles à ses contrats” — ça n’a juste aucun sens de devoir être sur les dents à chaque mois parce qu’un fournisseur de télécoms cherche sans cesse à flouer ses clients mais chez Bell, c’est la signature des “affaires, au quotidien”.

Bell = trop souvent, malhonnêteté.

Un recours collectif était donc de mise, depuis longtemps, pour cette raison et bien d’autres.

Mais là, c’est M. Frainetti qui a mis le doigt sur un volet de leur arc-en-ciel de supercheries.

Soyez avisés, ce n’est pas mieux avec Vidéotron, Telus, Shaw ou Rogers. Les géants des télécoms du Canada agissent tel un oligopole où les clients peuvent être abusés, sans fin.

C’est révoltant mais Bell a un dossier tellement noir qu’il fallait qu’un recours collectif voit le jour.

Le nombre de clients, passés ou présents, qui pourraient être concernés par le recours de M. Frainetti —s’il est accepté— demeure inconnu pour l’instant. Ceci dit, Bell Canada compte plus de 3,3 millions d’abonnés au service Bell Internet sans compter Bell ExpressVu et Mobilité.

logo-de-bell-canada

Attendez-vous à ce que Bell fasse dans le déni.

Si vous appelez Bell, les agents vous diront que “tout le monde a été averti” et si vous essayez de leur faire comprendre que vous n’avez PAS été averti, ils changeront de sujet, refusant de discuter la chose plus avant, avec vous.

Vous pensez pouvoir faire confiance à Bell? Oubliez ça. Ils sont machiavéliques dans leur façon d’opérer. Arrogants, ils n’hésitent pas à se disculper pour mieux vous inculper… comme si c’était votre faute si Bell augmentait continuellement ses tarifs pourtant précédemment négociés, avec vous.

Comment demeurer indifférent à un recours collectif contre une compagnie aussi abusive que Bell?

Il est à souhaiter que d’autres recours collectifs soient amenés contre Bell, que le CRTC leur enlève leurs privilèges qui nuisent à la saine concurrence et que les autres compagnies de télécoms canadiennes soient, elles aussi, l’objet de recours collectifs.

Les consommateurs se font saigner à blanc par les frais de télécommunications et nous sommes l’endroit sur Terre où ça coûte à peu près le plus cher. Ce n’est pas normal et clairement, le jeu de la concurrence n’a pas lieu ou alors, pas assez.

Les “Bell” de ce monde ne vous feront JAMAIS de cadeau alors prenez cette occasion de répondre à leurs abus en leur faisant savoir que vous n’acceptez plus d’être la victime de leur conduite édifiante.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.