Un livre qui parle des traumas à la naissance et le côté sombre de la médecine néonatale

Naissance d'un bébé en milieu hospitalier

Au Québec comme partout ailleurs en Occident, les naissances ont lieu, pour la plupart, en milieu hospitalier.

Il s’agit d’une expérience inoubliable pour la mère, pour le père et pour les bébés aussi, ne serait-ce qu’au niveau émotionnel qui est largement incompris par le volet allopathique de la médecine d’État.

Le livre dont on parle ici porte le titre suivant: “Birth Trauma, and the Dark Side of Modern Medicine, Exposing the Systematic Violence Against Women and Infants During Hospital Birth”, par Jeanice Barcelo, M.A.

Le livre est en vente dans Amazon US.

Pour plus d’information sur le livre et son contenu, visitez le site web de Mme Barcelo qui offre d’ailleurs une version électronique du livre à bien moins cher.

Qui est Mem Barcelo? Elle est connue pour être une éducatrice et activiste, animatrice d’émissions de télévision et de radio, ainsi que spécialiste en prévention des traumatismes à la naissance et finalement, en guérison.

Autrement dit, elle complète l’offre allopathique de médecine, pour toute femme ou famille intéressée à une expérience empreinte d’humanité, dans le sens noble de l’approche.

Un livre qui provoque la réflexion

Ce livre n’est pas pour les coeurs sensibles.

Pas que les sujets traités soient difficiles à assimiler ou à comprendre mais ils traitent d’un moment de vie par lequel nous sommes tous passés, à la naissance. Plusieurs d’entre-nous étant nés dans un hôpital, le sujet touche ces lecteurs encore plus directement.

Le contexte

Certains se demandent si le monde devient fou à la vue du traitement des mères quand elles accouchent. Les médecins agiraient-ils de manière barbare?

L’intuition déchirante de Jeanice Barcelo sur la façon dont les hôpitaux et les médecins manipulent brutalement les femmes enceintes, provoquant des traumatismes à la naissance et induisant un côté obscur à la médecine moderne qui est pratiquée, exposent la violence systématique contre les femmes et les nourrissons pendant la naissance à l’hôpital. Ces comportements médicaux créeraient une interférence dans le lien mère-enfant est ce serait une clé pour comprendre la rupture de l’amour humain dans le monde dit “moderne”.

La profession médicale a ses propres règles concernant l’accouchement et comme le dit Barcelo, ces méthodes ne créent pas seulement des cicatrices à vie chez les mères car elles contribuent à détruire de nombreux mariages en plus de blesser et de tuer inutilement des enfants. Ils laissent également se produire une grande tragédie non étudiée en regard des nourrissons qui ne se lient pas correctement avec leur mère en raison d’une opportunité médicale plus intéressée par des procédures rentables (aux États-Unis mais partout où les actes sont rémunérés) que par des enfants en bonne santé.

L’effet de cette médecine allopathique sur le monde – mais surtout sur les femmes et les enfants, insiste-t-elle – est catastrophique.

Les lecteurs ordinaires, en particulier les hommes assez courageux pour aborder le sujet, verront avec une horreur sans faille les choses qui sont faites aux bébés au nom de leur “maintien en bonne santé”. Comme visser des moniteurs cardiaques fœtaux dans leur crâne. Ou des médicaments bloquant la mémoire qui sont utilisés à diverses fins, y compris l’agression sexuelle.

“Les médecins ne se soucient pas si maman et le bébé sont endommagés”

Barcelo appelle ce traumatisme à la naissance une épidémie cachée et cite une étude de 1995 qui a déterminé que 95% de toutes les naissances aux États-Unis étaient considérées comme traumatisantes et 45% d’entre-elles, sévèrement traumatisantes. Les Centers for Disease Control, dit-elle, sont responsables de la mort de milliers de bébés à naître, car les vaccinations provoquent une augmentation massive des décès fœtaux.

Un nombre croissant de mères qui accouchent se souviennent de leurs expériences de «viol de naissance» et, suite au niveau extrême de maltraitance qu’elles reçoivent dans les hôpitaux, le stress post-traumatique en affecte beaucoup.

Le niveau de malversation que Barcelo détaille dans ses exemples de femmes qui accouchent révèle un glossaire des horreurs auquel est confrontée chaque femme qui envisage de faire accoucher son bébé à l’hôpital.

Le moment le plus magique de la vie de chaque mère est transformé en cauchemar par des médecins motivés d’abord par l’argent qui abusent de médicaments non destinés à l’accouchement pour déclencher l’induction, à savoir éjecter de force les bébés de l’utérus au prix de rompre le lien psychologique entre la mère et l’enfant et de le prédisposer l’enfant à la fois à des afflictions et à des dépendances plus tard dans la vie (qui ne se produisent pas autrement).

Le coût pour la société est extraordinaire, tragique et pour l’essentiel, inconnu, souligne l’auteur.

«Le cœur de notre douleur commence à l’accouchement. Il s’agit de nos propres mères cédant leur pouvoir “à une machine sans conscience qui monétise les bébés par le biais d’une caisse enregistreuse médicale qui ne les traite tout simplement pas comme les êtres humains extrêmement sensibles et vulnérables qu’ils sont.

«Ils mettent au monde des bébés dans la violence et laissent les nourrissons seuls à la porte des crèches d’horreur, tout cela pour le pouvoir et l’argent facile.

«Frappez-les et retirez-les – elles contiennent tous les éléments du viol», explique Barcelo, qui a elle-même vécu cinq grossesses traumatisantes qui lui ont permis de savoir de première main comment ce miracle de la naissance est transformé en cauchemar par les bébés plus costauds soit un processus à la main utilisé dans les hôpitaux à but lucratif.

Au cœur de la tragédie est l’utilisation de médicaments périduraux, qui accélèrent le processus de naissance. Celles-ci interrompent le contact conscient des mères avec leurs bébés et non seulement les privent des moments les plus spéciaux de leur vie de mère, mais elles sabotent le lien avec leur enfant à vie.

“Condamnées à la détresse”

Barcelo cite deux médicaments principaux comme étant les principaux responsables de la ruine de l’accouchement: le cytotec (un médicament contre les ulcères) et la pitocine, dont aucun n’est recommandé pour le travail mais ils sont quand même largement utilisés pour accélérer la nécessité artificielle des chirurgies par césarienne.

«Nous avons le taux de césariennes le plus élevé au monde parce que ces médicaments coupent l’oxygène aux bébés et perturbent les liens et l’allaitement. Les deux drogues sont liées à la dépendance à l’oxycodone tard dans la vie ainsi qu’à l’autisme. »

L’utilisation de pitocin, explique Barcelo, est souvent appelée «fosse de détresse», ou pour mettre délibérément le bébé en danger pour nécessiter plus rapidement l’option de césarienne, que de nombreuses mères décrivent comme si elles ne donnaient pas naissance du tout mais plutôt qu’elles se font voler leur bébé.

De plus, des décisions d’abandonner les efforts pour garder les bébés en vie, selon l’expérience de Barcelo se manifestent souvent par des diagnostics fictifs de mort cérébrale qui permettent (ensuite) des prélèvements très lucratifs d’organes (du bébé).

Et les dommages ne sont pas seulement causés à la mère et à l’enfant, mais aussi aux pères, comme ce fut le cas pour un père qui «a perdu sa connexion avec sa femme qu’il n’a jamais retrouvée» suite à ce qui était perçu comme une incapacité à protéger sa femme lorsque les médecins ont provoqué une césarienne sans autorisation parentale. Le SSPT (syndrome post-traumatique) qui accompagne souvent un traumatisme affecte non seulement les bébés et leurs mères mais aussi les papas désemparés.

Mais la douleur d’accélérer le processus de naissance est plus qu’émotionnelle, comme en témoigne le témoignage une mère qui a essayé d’accoucher à la maison mais qui a été obligée d’appeler des ambulanciers paramédicaux. Les médecins injectent régulièrement des médicaments paralytiques mais n’utilisent souvent pas d’anesthésiques sur des patients qu’ils n’aiment, pour pas les punir d’avoir adhéré à une approche de santé dite alternative. Une femme citée par Barcelo décrit comment elle a reçu une césarienne incroyablement douloureuse sans anesthésie mais étant paralysée, il était impossible pour elle de protester.

«La torture des nourrissons et des mères se produit régulièrement», écrit Barcelo d’un ton neutre.

Dans le sous-ventre de la bête technologique

Barcelo écrit:

«Le pire, c’est que les bébés césarisés se retrouvent souvent dans des unités de soins intensifs néonatals (USIN) et ceux nés avant 39 semaines sont deux fois plus susceptibles que ceux nés par voie vaginale d’être maintenus dans une USIN en raison d’une détresse respiratoire. Une fois qu’un bébé se retrouve à l’USIN, la possibilité de liens sains est encore dégradée.

«Les USIN sont comme les entrailles de la pègre médico-technologique. Ce sont des endroits où les nourrissons sont littéralement détenus en captivité pendant des semaines et des mois afin d’y être soumis à toutes sortes de procédures médicales douloureuses qui s’apparentent à de la torture, la plupart du temps sans aucun type de soulagement de la douleur. »

Une fois qu’un bébé entre dans une USIN, il est soumis à entre 14 à 21 procédures invasives par jour, toutes sans anesthésie et les parents n’ont pas leur mot à dire sur le traitement. Pire, ils ne peuvent pas non plus retirer leur enfant de l’USIN. L’expérience de la douleur, écrit Barcelo, change complètement le câblage du cerveau du bébé, lorsque celui-ci arrive à l’âge adulte.

L’histoire d’Andrew et de ses cinq mois de torture, plus sa facture médicale de 100,000$US qui a précédé sa mort, vous boucleront les ongles, c’est garanti.

“Les bébés sont utilisés pour des expériences médicales”, écrit Barcelo. Une étude du gouvernement qui comprenait des données des universités de Wake Forest et de Yale impliquait de priver délibérément les bébés d’oxygène pour observer les résultats, qui étaient très souvent la mort.

Barcelo réserve un mépris spécial pour l’utilisation des fréquences ultrasonores, qui sont extrêmement dangereuses pour les bébés. «Pour moi», écrit Barcelo, «cela indique un niveau distinct de mal au sein de la profession médicale. C’est une indication claire qu’ils sont disposés et capables de causer délibérément du tort. »

Le mensonge selon lequel les bébés ne ressentent pas la douleur

De toutes les descriptions horribles que Barcelo a mises en avant dans ses descriptions du processus de naissance barbare, celle qui a le plus secoué cette critique était la pratique répandue des procédures médicales sur les bébés, basée sur le principe que les bébés ne ressentent pas de douleur.

Une femme a demandé à voir les dossiers de l’hôpital après la mort de son fils en 1985. Elle a déclaré: «D’une manière ou d’une autre, il était possible pour les professionnels qui percevaient un bébé comme trop fragile pour tolérer une anesthésie générale de percevoir ce même nourrisson comme capable de résister à la chirurgie à poitrine ouverte sans douleur (sans aucun soulagement). À deux semaines (d’âge, depuis sa naissance), pendant son opération d’une heure et demie, Jeffrey a eu deux trous coupés de chaque côté de son cou et un dans sa poitrine, il a été coupé de son sternum à son épine dorsale, sa chair soulevée de côté, les côtes séparés, les vaisseaux sanguins attachés et les poumons se sont retirés, les tissus cousus ensemble et une «incision au couteau» pour fixer les tubes thoraciques. Il est décédé quelques jours plus tard des suites du choc qui a submergé tout son système, provoquant des saignements cérébraux et une défaillance de ses organes. Le néonatologiste principal de l’hôpital a répondu aux questions de sa mère en déclarant «cela n’avait pas d’importance parce qu’il était un fœtus», expliquant que les enfants de moins de 2 ans ne ressentent aucune douleur.

“Telle est l’arrogance et l’extrême folie des membres estimés de la profession médicale qui continuent d’insister depuis plus de 100 ans pour prétendre que les bébés ne ressentent pas de douleur”, écrit Barcelo.

Elle parle également de la fausse affirmation du CDC selon laquelle la circoncision infantile empêchera le VIH lorsqu’une avalanche de recherches médicales affirment le contraire. Barcelo attribue la déclaration du CDC à “une campagne médiatique bien orchestrée par les Juifs” qui permet aux médecins de poursuivre la chirurgie la plus courante en Amérique sur des bébés sans anesthésie.

Même sans tenir compte de la pratique sauvage des rabbins juifs, des études ont montré qu’un traumatisme de circoncision ordinaire dure toute une vie.

De plus, les pays africains ont le taux de circoncision et le taux de VIH les plus élevés. Et en Norvège, le seul pays qui enregistre le statut de circoncision des violeurs, les 2% de la population qui sont circoncis commettent 80% des viols.

Alors, comment fait le système médical? Comment transforment-ils des gens bons et décents en bio-robots qui perpétuent de tels actes et ne semblent pas penser par eux-mêmes? La réponse réside dans le processus d’endoctrinement mis en place pour briser systématiquement la moralité et la volonté des étudiants en médecine et, si tout se déroule comme prévu, provoquer une scission de leur psychisme, ce qui entraînera la dissociation et l’assimilation d’un modification de la personnalité qui sera alors disposée à se conformer aux normes médicales.

Les horreurs dans ces usines de naissance sataniques semblent durer éternellement

  • Les cellules de bébés avortés sont également utilisées pour la «recherche de l’amélioration de la saveur» (les “rehausseurs de goût”) par des entreprises comme Senomyx et des résidus de bébés avortés peuvent être trouvés dans des produits fabriqués par Pepsi, Nestlé, Kraft et Campbell, qui ont tous embauché Senomyx pour faire leur «recherche sur l’amélioration des saveurs».
  • Israël est à la fine pointe de cette technologie luciférienne et il est impliqué dans quelque chose appelé «récupération de sperme post mortem», qui implique la récolte de sperme d’hommes morts.

Et enfin…

Selon le Dr Paul Byrne, néonatologiste de 80 ans exposant le côté sombre du don d’organes, la «mort cérébrale» est un diagnostic complètement fictif évoqué par les demi-dieux du monde médical “souterrain” dans le but de trouver un moyen de légaliser le prélèvement d’organes alors que les gens sont encore très vivants. Aux États-Unis, le don d’organes est une affaire extrêmement sombre, les personnes vivantes étant amenées dans les salles d’opération pour y avoir la poitrine ouverte et ensuite, leurs organes prélevés un par un, aux mains de médecins sadiques… le prélèvement d’organes se fait sans anesthésie, aux États-Unis mais avec des médicaments de paralysie pour les victimes afin qu’elles ne puissent pas bouger ou crier pendant qu’elles sont torturées et assassinées par des médecins.

«Beaucoup de gens prétendent maintenant que le véritable objectif du CDC est le génocide et le dépeuplement et que les vaccins sont des armes biologiques utilisées délibérément pour créer une stérilisation de masse, des maladies et la mort. Ces programmes sont utilisés pour dépeupler délibérément la Terre, insiste Barcelo, soulignant le graphique sur www.deagel.com qui prévoit une baisse de la population américaine de 316 millions à 69 millions d’ici 2025.

Jeanice Barcelo vient d’une lignée tragique d’utérus hanté, d’une mère et d’une grand-mère qui ne se sont jamais liées à leurs enfants. En déclarant que 75% des mères ont reçu une péridurale pendant le travail avant la naissance de leurs enfants, elle fait partie d’une triste majorité d’enfants qui n’ont pas reçu l’amour qu’ils devraient avoir lors de leur apparition dans le monde.

Cela signifie que les trois quarts des enfants qui sont nés dans ce pays ne reçoivent pas la quantité optimale d’amour de leur mère qu’ils devraient à juste titre et en regardant le monde qui nous entoure, le triste résultat de cette tragédie est trop clair.


Cette revue du livre de Mme Jeanice Barcelo a été réalisée et publiée par John Kaminski, un écrivain qui vit sur la côte du golfe de Floride et qui essaie constamment de comprendre pourquoi nous nous détruisons. Il identifie d’ailleurs un système de croyance corrompu en tant que moteur de notre disparition.

J’ai traduit son texte au français parce que personne ne l’avait encore fait et que la vérité sur la néonatologie allopathique mérite d’éclater au grand jour, au Québec aussi.

Il y a d’autres excellents textes de Kaminski dans l’archive de Rense (dont vous devriez sauvegarder une archive locale avant que ça “disparaisse”).

Alors voilà, même si votre expérience de naissance était somme toute positive (parce que vous avez eu votre bébé), il faut s’interroger sur ce qui se passe réellement, dans l’univers de la néonatologie allopathique, au Québec.

Nos bébés sont précieux et le lien avec la mère ne doit jamais être brisé, surtout pour des motifs douteux comme l’avarice et la malveillance.

Nos familles n’existeraient pas sans les enfants alors partagez ce billet si vous croyez qu’il faut avoir un débat de société sur la manière dont la néonatalité médicale s’exerce, derrière les portes closes de nos hôpitaux québécois.


Ceux qui comprennent l’anglais et qui s’interrogent sur l’état du monde pourraient aimer ce site d’information que Google fait de gros efforts pour ignorer parce que ça ne respecte pas leur narratif de contrôle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.