Réfugiés syriens, la dérive de Trudeau

Parce qu’il a fait une promesse électorale, Justin Trudeau insiste pour faire venir 25,000 prétendus “réfugiés” syriens, au Canada, avant le 1er janvier 2016.

justin-trudeau-a-manille

Ce qu’il impose aux Canadiens ne fait pas de sens.

Au niveau humanitaire

Le Canada s’apprête à faire déplacer des “réfugiés” basés dans des camps de l’ONU (avec des tentes et des abris) pour les stationner dans des baraquements de bases militaires, pendant au moins 6 mois (baraques qu’il faudra payer des millions de dollars pour “rehausser” et isoler, pour l’hiver).

Donc, on s’apprête à déplacer des “réfugiés” d’un camp à un autre… camp.

Quelle approche perdante!

camp-de-refugie-de-l-onu-en-syrie

camp-de-zaatari-en-syrie

Pourquoi ne pas envoyer des ressources en Syrie pour améliorer les camps, là-bas? La question se pose.

Au niveau logistique

Clairement, aucune ville canadienne ne peut recevoir autant de “réfugiés”… surtout pas en même temps.

Il est question de faire débarquer quelques 7,000 réfugiés au Québec, principalement dans la région de Laval et là, on parle de gens qui ne parlent ni le français, ni l’anglais. Avez-vous idée de la quantité de ressources qui devront être détournées pour “satisfaire” aux besoins d’un tel groupe.

En éducation, attendez-vous à une décennie de services réduits aux Québécois pour les allouer aux enfants provenant des camps de réfugiés en Syrie. Nos propres enfants ayant des besoins particuliers souffriront de ces ré-allocations massives de nos ressources pédagogiques.

Dans la santé, nous allons “importer” des gens potentiellement très malades qui vont ajouter un stress important à nos cliniques et à nos hôpitaux… tout ça, à nos frais.

Volet emploi? Ces “réfugiés” auront toute l’aide nécessaire pour se trouver un bon emploi et les Québécois (et les Canadiens) passeront après. C’est bien connu, au Canada, les “minorités visibles” passent devant les “caucasiens” qui, eux, bien qu’ils soient en train de devenir une minorité dans leur propre pays, sont encore considérés comme étant la “majorité” et donc, doivent laisser toutes les autres “races” passer avant eux, au buffet des emplois.

Alors non, au niveau logistique, le Canada n’est absolument pas prêt à “accueillir” ces “réfugiés” provenant de Syrie… mais qui peuvent, dans les faits, venir de n’importe où au Moyen-Orient ou en Afrique. L’ONU n’a pas de moyen efficace pour trier ou connaître les usagers de ses camps. Alors on PENSE que ce sont des Syriens mais au fond, sans papiers et sans suivi digne de ce nom, on en sait rien.

Au niveau de la sécurité

Les terroristes n’ont pas besoin d’être nombreux pour commettre des attentats sanglants.

On dirait que Justin Trudeau importe un problème à venir.

Comme s’il voulait nous enfoncer des règles de sécurité encore plus drastiques dans la gorge et qu’il ait besoin d’un nouveau prétexte pour le faire.

On voit déjà venir le laïus, du genre “Le Canada ouvert ses bras à des réfugiés et on voit aujourd’hui (qui sait? Un an plus tard?) qu’il y avait des terroristes qui ont glissé au travers de nos filtres et qui menacent aujourd’hui notre pays” et la suite logique “Le Canada va donc investir des milliards pour militariser les services de police ainsi que les services de renseignements pour mieux se défendre contre ces terroristes qui attendent le bon moment pour frapper” et alors, tous les Canadiens devront vivre dans un État policier parce que Justin Trudeau a insisté pour nous imposer des “réfugiés” qui ne peuvent même pas être correctement identifiés.

police-militarisee-de-halifax

À Salut Bonjour, sur le réseau TVA, André Sirois explique une partie du problème lié à la sécurité:

Ainsi, le danger à notre sécurité demeure entier, au moment où Justin Trudeau fait la sourde oreille aux Canadiens qui exigent que la sécurité soit une priorité (parce qu’elle ne l’est pas, en ce moment, clairement).

Au niveau financier

Le chiffre qui circule en ce moment ayant au prix que les Canadiens vont devoir payer pour “accueillir” ce premier contingent de 25,000 “réfugiés” provenant de Syrie tourne autour de 700 millions de dollars, par année.

Ceci dit, Radio-Canada a publié des informations à l’effet que la facture pour le segment “accueil des réfugiés” serait plutôt de l’ordre de 1,2 milliards de dollars, sur 6 ans. Ouf!

Ça demeure des sommes astronomiques. Et comme tous les grands projets, on va assurément devoir composer avec des “imprévus” qui vont coûter très cher, pourquoi? Parce qu’un “réfugié”, c’est infiniment plus dispendieux qu’un “immigrant”.

Si vous n’arrivez toujours pas à comprendre POURQUOI ça va collectivement nous coûter la peau des fesses, considérez tout ce qu’ils vont recevoir, à VOS FRAIS, pendant aussi longtemps qu’ils en auront de besoin:

Aide à tous les nouveaux arrivants, y compris les réfugiés

CIC finance également un programme d’établissement qui aide les nouveaux arrivants à s’établir et à s’adapter à la vie au Canada. CIC collabore avec les provinces et les territoires, les fournisseurs de services ainsi que de nombreux autres partenaires et intervenants dans la prestation de ces services, qui comprennent :

  • des services d’évaluation et d’aiguillage pour sensibiliser les nouveaux arrivants à leurs besoins en établissement et les aiguiller vers des services d’établissement communautaires ou financés par CIC;
  • de l’information et de l’orientation permettant de mieux comprendre la vie au Canada et de prendre des décisions éclairées sur le processus d’établissement. Cela comprend le programme Orientation canadienne à l’étranger, offert avant l’arrivée par l’Organisation internationale pour les migrations, qui donne, en personne, des renseignements généraux sur l’établissement;
  • des cours de langue en français et en anglais, pour que les nouveaux arrivants aient les connaissances linguistiques qui leur permettront de bien fonctionner au Canada;
  • des services d’emplois qui aident les nouveaux arrivants à chercher, obtenir et conserver un emploi dans des professions réglementées ou non;
  • des services de connexions communautaires qui permettent aux nouveaux arrivants de recevoir de l’aide dans les institutions publiques, d’établir des réseaux avec des Canadiens de longue date et des immigrants établis, afin de bénéficier d’occasions de participer pleinement à la société canadienne; et 
  • des services de soutien qui aident les nouveaux arrivants à accéder à des services d’établissement, comme la garde d’enfants, l’assistance pour le transport, les services de traduction et d’interprétation, les dispositions à l’égard des déficiences et le counselling de crise ou à court terme pour gérer les enjeux liés à l’établissement.

Oui, vous avez bien lu, on va FOURNIR tout ça, gratuitement et à volonté!

Yééé… parce que c’est bien connu, tous les Canadiens sont astronomiquement riches et n’ont besoin d’aucun de ces services. Ironie, bien sûr.

Les pauvres du Canada? Qu’ils aillent chez le Diable! Les “réfugiés” ont besoin d’être servis et ils le seront, en priorité absolue.

Et cette longue liste de cadeaux ne s’arrête pas là puisque VOS fonds publiques vont financer tous les “organismes d’aides aux réfugiés” qui vont baigner dans les millions de dollars pendant au moins une décennie pour accompagner les “pauvres réfugiés sans ressources”… commencez-vous à comprendre d’où vient l’appui aux réfugiés? Il vient principalement de gens qui se créent une JOB avec cet afflux massif de “gens à sauver”.

Il faut voir au travers des motivations douteuses des “organismes d’aide” qui veulent toujours plus de “réfugiés” parce que ces “immigrants ultra-dispendieux” leurs amènent un financement fortement bonifié et… garanti.

Tout ça, aux dépens des finances sans cesse plus fragiles des Canadiens.

Au niveau de la religion

Oui, on importe PEUT-ÊTRE quelques catholiques dans le lot mais sur les 25,000 “réfugiés”, on va obtenir une énorme majorité de Musulmans.

Comment savoir si un réfugié est en faveur de l’Islam radical? De la Charia? Impossible de le savoir. Ces “réfugiés” n’ont pas été correctement documentés et au final, nous nous exposons au risque de voir le Canada devenir aussi pollué de mosquées que la France, l’Allemagne, la Belgique et la Suède.

Le problème avec l’Islam, c’est la directive-première de livrer une guerre sans merci aux “mécréants” ou “infidèles”. En fait, selon la Charia, nous avons deux choix, nous convertir à l’Islam et vénérer Allah ou mourir. Que préférez-vous? Posez-vous la question avant qu’elle ne vous soit posée parce que même si un Musulman se dit “modéré”, sa religion l’amène à nous voir comme un ennemi à abattre et au fil du temps, nous pourrions réaliser qu’il s’agit d’un réel problème… pour notre survie.

Justin Trudeau n’en finit plus de vénérer l’Islam et participant même aux séances de prières, tout ça pour gagner des votes. Les Canadiens ne sont pas obligés de le suivre dans sa folie d’adoration d’une religion qui est, en même temps, un système de contrôle judiciaire, via la Charia.

Oui, la Charia, cette charmante collection de règles divines qui cautionnent des gestes inhumains, comme la lapidation des femmes et des hommes, de la mise-à-mort des gais et des lesbiennes, du viol des enfants aussi jeunes que 6 ans (les barbus qui “marient” la femme qu’ils “prennent”), l’élimination à peu près totale des droits des femmes et ainsi de suite.

Violence, viols, lapidation et coups de fouet, voilà des réalités qui n’empêchent pas Justin Trudeau de dormir, le soir… surtout s’il gagne des votes. Pensez-vous comme lui?

Le mensonge, en deux temps

Autant les Canadiens ont les 25,000 premiers “réfugiés” en travers de la gorge, pour les raisons mentionnées ci-haut et bien d’autres, autant ils n’ont encore rien vu.

En effet, les 25,000 “réfugiés” provenant de Syrie qui doivent être installés au Canada avant le 1er janvier 2016 ne sont que la PREMIÈRE VAGUE de “réfugiés”. En 2016, nous devrons probablement en “accueillir” un autre 100,000.

Vous avez bien lu.

Compte tenu de l’appel du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à la réinstallation de 100,000 réfugiés syriens, au Canada, en 2015-2016. Justin Trudeau n’a pas refusé l’idée et semble se positionner pour se conformer à cet appel.

Inquiétant, non?

Et il y a ce grand patron de Cogeco, Louis Audet qui veut que le Canada accueille 100,000 réfugiés, par année, à chaque année!

Ce patron veut de nouveaux abonnés à son service de télévision mais il le ferait en pénalisant tous les Canadiens. Pour lui, il n’y a que SON profit qui compte.

Pour mieux comprendre le contexte de son vœu, n’oublions pas que Louis Audet est de religion Mormone (L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours) tout comme le reste de sa famille et que les Mormons d’Europe, appuyés par le siège de l’Église aux États-Unis, accroissent leur aide aux réfugiés du Moyen-Orient depuis plus de dix ans.

Clairement, ce n’est pas lui qui va se plaindre d’avoir une main d’œuvre abondante comme outil pour baisser les salaires de ses employés, les menaçant de les remplacer par une horde de nouveaux travailleurs issus d’une “minorité visible” qui a TOUJOURS préséance sur les “caucasiens” (la fameuse loi sur l’équité en matière d’emploi où il n’y a, évidemment, aucune équité pour les “caucasiens” qui, eux, laissent leur emploi “aux autres”).

Alors vous voyez, il y a des Canadiens très riches et puissants qui veulent des “réfugiés” pour mieux asseoir leur mainmise sur leur empire commercial et sur le marché qu’ils contrôlent déjà.

Faire payer toute la population pour les appauvrir et ainsi, mieux les contrôler.

La crise

Certes, les Canadiens sont reconnus pour leur générosité et leur accueil mais cette fois-ci, il est question d’amener des gens qui, sans faire d’amalgames, ne veulent pas nécessairement s’intégrer à notre mode de vie.

La plupart des Musulmans peuvent se déclarer modérés et du jour au lendemain, peuvent soudainement se dire au service d’Allah via un large éventail d’actions cautionnées par la Charia. C’est un risque que les Canadiens veulent prendre, selon vous?

Il y a bel et bien une crise, concernant l’arrivée des réfugiés provenant des camps de l’ONU, en Syrie.

Justin Trudeau n’écoute PAS les Canadiens et ne fait RIEN pour les rassurer. À le voir aller, en amateur de selfies (où il excelle), on voit qu’ils livre la commande de ses maîtres (la super-élite économique qui pirate nos institutions publiques) qui voient un intérêt à maintenir les Canadiens dans la peur, en leur imposant une masse de réfugiés complètement incompatible avec nos valeurs et notre mode de vie.

L’élite s’assure un contrôle encore plus serré des Canadiens et un enrichissement assuré via les milliards de dollars de contrats à venir, en sécurité et en services à l’accueil, à l’établissement et à l’entretien des “réfugiés”.

Pour le peuple canadien, ce sera un stress additionnel malvenu qui enlèvera des ressources aux nôtres pour les donner “aux autres”. Charité bien ordonnée commence par soi-même, sauf pour Justin Trudeau et ses patrons (ses vrais patrons).

Dans le lot, il y aura peut-être des histoires à succès que les médias grossiront pour célébrer l’arrivé de ces réfugiés provenant des camps de l’ONU en Syrie mais dans le quotidien, il n’y aura PAS UN MOT sur la souffrance des Canadiens qui doivent faire des sacrifices pour enrichir ces nouveaux arrivants.

Alors voilà où l’on en est, avec l’espoir que ça fonctionne bien mais aussi, avec l’inquiétude de voir se dérouler, devant nos yeux, une opération d’invasion planifiée par l’élite, contre les Canadiens.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.