Censure de Facebook

Dès la fin du mois de juillet 2019, en tant qu’auteur des billets dans ce blogue, j’ai remarqué que quelque chose n’allait pas avec Facebook.

Alors que j’ai toujours pu donner écho à mes billets (dans ce blogue) à même mon compte dans Facebook, voilà qu’il est devenu impossible, pour moi et pour tous les autres membres de Facebook, d’utiliser les adresses “imtl.com” ou “blogue.imtl.com” ce qui, dans les faits, empêche l’information de ce blogue de se retrouver dans le réseau social.

Que ce soit sur mon mur, dans mes messageries privées, dans des pages ou des groupes, c’est impossible de partager un URL contenant “imtl.com”.

C’est donc un blocus global.

Alors il doit y avoir une raison. C’est ce qu’on se dit mais bon, on se demande bien quelle pourrait être cette raison, surtout que la notice qui est montrée à l’écran, au moment d’une tentative (toujours infructueuse) d’une publication est la suivante:

Comme vous pouvez le voir, il s’agirait d’une infraction aux Standards de la communauté de Facebook.

Vous pouvez aller voir ces standards par vous-même pour essayer d’y comprendre quelque chose mais au fond, c’est une rivière de bonnes intentions mais il y a tellement d’infractions possibles, selon la sensibilité de chacun, que c’est à peu près impossible de deviner ce qui aurait pu être l’élément décisif qui aurait mené au bannissement de mon blogue.

Tout ce que je sais, c’est d’ailleurs que mon blogue est à toute fin utile banni.

Et pas juste les nouveaux billets que je voudrais faire circuler dans le réseau mais bien toutes mes anciennes publications qui s’y trouvaient qui, désormais, du jour au lendemain, ne s’y trouvent plus.

Que les billets soient sensibles ou non, Facebook a tout banni, en bloc.

Zéro explication

Naturellement, j’ai écrit à Facebook pour leur faire savoir qu’à mon avis, mon contenu ne va pas à l’encontre des standards de leur communauté. Je n’ai encore reçu aucune réponse et je ne m’attends pas à en recevoir.

Je ne m’attends pas, non-plus, à ce que mon blogue soit réhabilité.

Je nage donc en pleine “grande noirceur” en ce qui a trait à la raison qui aurait pu me valoir ce bannissement.

Était-ce ma série de billets concernant le vol de données confidentielles de Desjardins? Ou encore, mes billets concernant la montée de la Charia islamique au Québec et au Canada? Impossible de le savoir.

Facebook a beau avoir des standards pour sa communauté mais ne se sent absolument pas contrainte de les défendre ou encore, de les expliquer.

Alors pour l’heure, malgré que le bannissement soit réel et me cause de ne plus pouvoir atteindre une partie de mon lectorat qui avait pris l’habitude de me trouver via Facebook, je demeure sans réponse quant à la raison qui a pu provoquer cet état de fait.

Pire encore, je n’ai aucun espoir de pouvoir être entendu afin de réhabiliter mon blogue, dans le réseau social de Mark Zuckerberg.

L’importance de ne pas avoir trop investi dans Facebook, avec ce blogue

Vu la tournure des événements, je me félicite aujourd’hui de ne pas m’être trop fié à Facebook pour atteindre mon lectorat.

En effet, sans donner mes secrets, j’ai d’autres moyens que Facebook pour qu’une part importante de mes lecteurs continuent de me trouver.

Autrement dit, je passe la présence de ce blogue “aux pertes”.

Qu’importe si Facebook me ferme la porte au nez, je continue d’exister à l’extérieur du puissant réseau social. Et très bien, à part ça. Tellement que ça m’a fait réaliser à quel point mes présences ailleurs que dans Facebook étaient efficaces pour intéresser mes lecteurs.

D’ailleurs, depuis que Facebook a unilatéralement fermé les liens vers “imtl.com”, le volume de visites dans ce blogue n’a pas baissé!

Ça devrait faire réfléchir tous les créateurs de contenu sur la réelle valeur de Facebook.

Certes, certains “facebookiens” y voient des billets qui les intéressent et dont ils cliquent les titres pour les lire mais je constate que dans les faits, mes autres méthodes pour intéresser mes lecteurs fonctionnent parfaitement.

Ainsi, pour moi, avec “imtl.com”, Facebook ne m’amenait à peu près rien de plus, en terme de volume de visiteurs.

Ça n’enlève rien à l’odieux du geste de Facebook, contre moi, à mon sens mais ça met un baume sur ce que je percevais être une sorte de blessure, à la suite de leur geste.

Surtout que Facebook n’explique rien, c’est bon de constater que l’intérêt pour mes billets ne diminue pas, du tout (c’est stable, tout simplement).

Quelques théories

Sans avoir eu la chance d’obtenir plus de détails sur ce qui a bien pu faire basculer “imtl.com” dans le camp des exclus, de la part d’un agent de service-clientèle de Facebook, je me permets d’entretenir quelques théories.

La première que je retiens est celle de membres de Facebook qui ne connaissent pas ce blogue mais qui, sans lire le billet, ont été provoqués par un titre qui leur déplaisait. Plusieurs de mes billets ayant des titres propices à démarrer des discussions, le terrain est fertile, à ce niveau!

Ces membres de Facebook à l’épiderme particulièrement mince ont probablement déversé leur fiel contre moi via une dénonciation passionnée qui a été reçue positivement, par Facebook.

Ça ne prend donc qu’un membre de Facebook qui soit offusqué pour bannir un auteur de blogue, comme moi.

Unilatéralement.

Sans aucun “droit” de me défendre.

Disons que ça remet ma relation avec Facebook en perspective.

Je ne referai donc plus jamais la gaffe d’aller y perdre trop de temps parce que je vois combien de pouvoir un tiers a sur des années de mon travail à composer des billets avec des opinions qui me sont propres mais qui, bien que partagées par une large part de mon public, ont le pouvoir d’offusquer ceux qui refusent d’autres visions du monde que la leur.

Je continuerai donc d’utiliser Facebook pour différentes communications avec des membres qui s’y trouvent mais soyez assurés que je chercherai des alternatives.

Ma deuxième théorie qui expliquerait le bannissement de ce blogue de Facebook, c’est qu’un ou plusieurs de mes billets froisse le “politiquement correct” dont aime s’enorgueillir le réseau social.

Vous voyez, les biais politiques, économiques et sociaux de Facebook font en sorte que sous couvert d’être une plateforme d’échange, on découvre qu’en réalité, la “créature de Zuckerberg” est en fait surtout une machine à formater les flux d’idées.

Facebook serait donc bien davantage un éditeur qu’une plateforme.

Ça représente un immense problème parce que l’engouement pour Facebook était surtout dû au fait qu’on pouvait y dire ce qu’on pensait. Aujourd’hui, on se rend compte qu’on peut encore y dire ce que l’on pense, dans la mesure où c’est aussi ce que pense Facebook.

Toutes les idées qui seraient contraires au narratif de plus en plus étroit de Facebook seraient donc des cibles.

Facebook a banni une longue liste de créateurs de contenu qui continue de s’allonger, à chaque semaine où je vérifie.

Infowars, Alex Jones, Paul Joseph Watson, Milo Yiannopoulos, Laura Loomer, Faith Goldy et bien d’autres.

Le blogue “imtl.com”, un blogue sur la vie à Montréal, en français, s’ajoute donc à la liste de ceux qui sont bannis d’un réseau social qui se prétend ouvert mais qui, au fond, ne l’est pas du tout.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.