Nouvelle hausse du prix de l’essence à la pompe, pour les Montréalais…

C’est la veille du jour de l’An, le 31 décembre dernier, que le prix de l’essence, à Montréal, a mystérieusement bondi d’environ 70 cents le litre mardi (le 30 décembre) à 78 cents, le lendemain!

augmentation_du_prix_de_l_essence_a_montreal

Les Montréalais qui étaient occupés à célébrer le passage à la nouvelle année n’auront pas eu à attendre très longtemps avant de s’en faire passer (une autre) p’tite vite par les pétrolières qui n’ont absolument AUCUNE RAISON d’augmenter les prix avec le baril de brut qui se vend TOUJOURS sous la basse des 40$US…

Les pèlerins de la 20 (ou de la 40) savent déjà qu’avec cette nouvelle hausse de 8 cents, le prix de l’essence dans la métropole a rattrapé celui dans la capitale nationale.

Il faut se demander si, d’une façon ou d’une autre, la nouvelle augmentation aurait quelque chose à voir avec le fait que les stations-service de Québec font des profits mirobolants comparés à celles de Montréal… du moins, jusqu’à ce que le prix ait été “ajusté”, sans raison, comme d’habitude.

En général, les prix pendant la période des fêtes a été “corrects” mais avec cette nouvelle hausse, disons que ça casse sérieusement l’ambiance.

Quelle serait la “raison” pour cette nouvelle hausse?

Il semblerait que l’offensive d’Israël sur la bande de Gaza avait fouetté les prix qui étaient remontés au-dessus des 40$US le baril — grrrr. Le marché s’inquiétait notamment d’une escalade entre Israël et l’Iran, 2e exportateur de l’OPEP.

Non, mais…

Ce serait merveilleux si, par exemple, au lieu de faire ch**r la planète au complet, on décidait de ne plus vendre d’essence à Israël, pour un certain temps — le temps qu’ils se calment le ponpon.

On fera d’une pierre, deux coups.

D’une part, Israël ne pourrait plus décharger des centaines de tonnes de bombes sur la tête des résidents de l’équivalent technique d’un camp de réfugiés (à Gaza), tuant et blessant des bébés, des enfants et de temps en temps, des militaires du Hamas -ET- parce que le “Grand, Majestueux et Hyper-Méga-Super-Gentil” État d’Israël serait OBLIGÉ de PARLER (genre, avec leur bouche… genre) au lieu de larguer sauvagement des bombes (pendant le passage au nouvel An, qui plus est) et alors, le prix de notre essence continuerait d’être abordable.

Au moment où l’ONU (et le monde entier) condamne Israël pour son agression sur la population civile de Gaza (en disant qu’ils “visaient” des militaires du Hamas), ce serait difficile de “féliciter” l’État hébreux.

Lorsqu’en plus, les “trips de pouvoir” d’Israël font monter le prix de NOTRE essence, c’est doublement enrageant.

Enfin bref… fin de la paranthèse.

Les automobilistes montréalais n’ont pas vraiment de façon efficace pour protester sauf peut-être en trouvant des moyens pour utiliser leur automobile moins souvent et en faisant pression sur les manufacturiers d’automobiles pour qu’ils nous construisent des “alternatives au pétrole”.

Certains experts prédisent que le prix à la pompe va redescendre (un peu) durant le mois de janvier mais ça, c’est si -tout- va bien…

Tags: prix de l’essence à montréal, baril de brut, pétrole, automobiles, plein d’essence plus coûteux, prix à montréal, prix à québec, métropole, capitale nationale, argent, marges de profit, détaillants, stations-services, israël, gaza, idf, hamas, civils tués, tonnes de bombes, raids aériens, maisons détruites, onu, montréalais

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.