MEGA Brands passe aux mains de Mattel

Le géant des jouets californien Mattel vient d’acheter la montréalaise MEGA Brands pour la somme de 460M$US, ce qui comprend le paiement de la dette de 47MSCA qu’entretenait ce fabricant principalement connu pour ses jeux de blocs emboîtables.

Fondée en 1967 sous le nom de RtiVik (pour Rita et Viktor Bertrand, les deux fondateurs), MEGA Brands se classe aujourd’hui parmi les 15 plus grandes entreprises de jouets au monde, en termes de ventes.

Le nombre d’employés (dans le monde) est passé de 3,000 il y a 3 ans à 1,700 aujourd’hui alors on peut penser que l’entreprise a “fait le ménage” dans ses ressources humaines pour se rendre svelte et attrayante pour un acheteur potentiel, comme Mattel. Ça donne à penser que cette manœuvre de vente de la totalité des actions de l’entreprise faisait partie du plan de MEGA Brands.

On se rappellera qu’il y a un an, MEGA Brands avait retenu les services d’une lobbyiste, Francine La Haye, du cabinet de relations publiques National, pour obtenir un appui financier de 50M$ (sur 5 ans) du gouvernement du Québec pour la construction d’une nouvelle usine de fabrication et le maintien de son siège social au Québec. Cette opération de lobbyisme n’a donc pas fonctionné, avec le résultat qu’on connaît aujourd’hui. C’est un dossier où le Parti québécois aurait pu être plus alerte.

Notons que MEGA Brands possède son usine principale à Montréal où est fabriquée une bonne partie de ses produits. L’entreprise y a d’ailleurs investi 10M$ en 2011 pour y accroître sa capacité de production. On y a notamment installé de l’équipement et de l’outillage dernier cri. Mattel achète aujourd’hui ces actifs ainsi que ceux de son usine au Tennessee ainsi qu’une autre en Chine. La balance de la production de MEGA Brands étant confié à des sous-traitants, il faudra voir si Mattel maintient les ententes avec ceux-ci.

Les grands gagnants de cette transaction sont les actionnaires de MEGA Brands qui ont encaissé une généreuse prime de 36% par rapport au cours de clôture du titre de MEGA Brands, jeudi le 27 février 2014, à la Bourse de Toronto.

Ce sont les principaux actionnaires de MEGA Brands, détenant conjointement 39% des actions, soit Fairfax Financial et la famille Bertrand qui ont accepté de voter en faveur de l’accord avec Mattel.

Le PDG de Mattel, Bryan G. Stockton, a déclaré que “Le concept des jeux de construction est populaire, universel et a démontré l’un des meilleurs taux de croissance au cours des trois dernières années. Nous sommes heureux d’aider MEGA Brands à accélérer sa croissance mondiale et à offrir un choix plus diversifié à encore plus d’enfants et à leurs familles”.

deco_mega-brands1

Le président Marc Bertrand, chez MEGA Brands, a pour sa part déclaré à Argent que “C’est une excellente transaction pour les actionnaires de MEGA Brands car nous joignons une grande organisation, présente dans 150 pays. Il n’y a pas de meilleur partenaire pour assurer la croissance à long terme”.

L’acquisition de Mattel va permettre au fabricant américain de jouets d’élargir ses relations avec ses clients et partenaires dans l’industrie du divertissement. Cumulant déjà 6MM$ de chiffre d’affaires provenant en partie (1MM$) de ses poupées Barbie, Mattel pourra désormais compter sur les 405M$ de ventes prévues pour 2014, via MEGA Brands.

Montréal vient-elle de perdre un autre siège social?

Non… et oui.

Non parce que Mattel, sans faire de promesse, a dit vouloir conserver le siège social de MEGA Brands à Montréal, notamment pour y conserver les talents locaux qui s’y rattachent. Cependant, on peut facilement imaginer que toutes les décisions financières proviendront directement de la Californie mais bon, on verra comment vont se décliner les détails de cette acquisition.

Cette transaction est arrivée vraiment très vite. Le Québec avait un géant du domaine du jouet et maintenant, on se retrouve avec une division d’une compagnie américaine. L’avenir nous dira si l’on y trouve vraiment notre compte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.