Le piège des “amis passifs” dans Facebook

Est-ce que vous utilisez les médias sociaux pour vous faire connaître ou promouvoir votre compagnie?

Si oui, vous allez vite comprendre le danger d’avoir trop d’amis dits “passifs” dans Facebook, le média social par excellence (du moment) pour atteindre des membres du réseau qui font partie, ou non, de votre cercle d’amis “confirmés”.

Après tout, pourquoi se priver de parler d’autre chose que des chats qui tombent d’un réfrigérateur ou des anniversaires de vos anciens amis de la “petite école”

C’est un immense réseau et c’est normal de s’en servir pour annoncer vos offres, sans frais et sans délais.

Alors pourquoi s’en faire avec des “amis passifs”, parmi nos “amis-Facebook”?

Parce qu’en ne faisant rien quand vous publiez quelque chose, ils disent —implicitement— à Facebook que votre contenu ne présente aucun intérêt.

Wow, merci, “amis passifs”!

C’est Robert Scoble, un blogueur américain assez connu qui a récemment tout déménagé son écosystème de publication de nouvelles dans le triumvirat constitué de Facebook, Twitter et Google+ qui en parle, dans un de ses billets.

page-facebook-de-robert-scoble

En fait, il publie une vingtaine de conseils pour bien utiliser Facebook et le conseil qui ressort le plus a tout à voir avec le mécanisme qui permet de qualifier chacune de vos publications, aux yeux du moteur de promotion de Facebook. En fait, si vous avez passé des soirées entières à ajouter des “amis” (de parfaits inconnus, pour la plupart) afin d’atteindre les 500, 700 ou 900 amis, c’était contre-productif si ceux-ci se trouvent à être “passifs” quand vous publiez des messages.

Ces “amis passifs” de Facebook n’aiment aucune de vos publications et pire, ne les partagent jamais. Pour Facebook, ça envoie le message que ce que vous venez de publier n’intéresse pas des “amis” et ça, c’est un puissant éteignoir qui garantira que votre publication ne “circulera” pas, ni parmi vos autres amis (un tout petit échantillon est choisi, pour valider l’intérêt), ni parmi d’autres membres de Facebook qui auraient typiquement pu s’intéresser au sujet dont vous traitez.

Ainsi, trop d’amis passifs, c’est la recette pour tourner à vide, dans Facebook.

Ouf, on s’en doutait mais c’est ainsi que la recette-Facebook opère alors aussi bien se relever les manches et faire un grand ménage de ses amis passifs.

Si mononcle Gérard est un “grand discret” qui est mortellement allergique au bouton “J’aime”, sortez-le vite de votre liste d’amis!

Matante Lucille ne sait ni comment aimer, ni comment partager et elle ne veut rien savoir d’apprendre? Exit! Pas de pitié.

bouton-j-aime-like-de-facebook

Sans enlever tout le monde, ce serait important que votre groupe d’amis comprenne que des “J’aime”, on en clique, abondamment. Pour faire image, c’est pas de l’onguent! On crème de “J’aime”, sans compter.

Ça n’enlève rien à celui qui aime et ça contribue à propulser la publication aimée ou mieux, partagée.

Dans un réseau social comme Facebook, tout est surveillé afin de vous afficher des publications susceptibles de vous intéresser alors si vous affichez 5 messages en ligne contre un projet d’oléoduc, attendez-vous à voir des messages de parfaits inconnus qui parlent d’oléoducs se rendre jusqu’à votre mur. C’est aussi direct que ça!

Le but de Facebook? Vous intéresser et vous garder dans son monde.

facebook-world-map-2015

En vous envoyant des messages intéressants (qui sont “aimés” par d’autres) ciblés sur vos intérêts (tels que calqués depuis vos propres publications ou consultations), ils y arrivent.

C’est efficace et il vous appartient de comprendre cette logique de performance pour réussir à bien faire performer vos publications. Mieux que celles des autres qui ont des centaines d’amis passifs, évidemment!

Alors si l’on suit cette logique, prenez le temps de bien filtrer vos amis afin de ne laisser vous “friender” que ceux qui “aiment” et “partagent” abondamment. S’ils aiment commenter vos publications, accueillez-les à bras ouverts.

C’est là un des secrets du succès, dans Facebook.

Si vous ne le saviez pas, prenez acte de la logique de gestion des amis qu’il impose et profitez-en pour éduquer vos amis —peut-être en les référant à ce billet— quand à l’importance d’être actif, dans Facebook.

Alors voilà, amusez-vous dans les réseaux sociaux, faites-vous connaître et maximisez la portée de chacune de vos publications, notamment par les forces redoutables de l’appréciation et du partage viral.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.