Après avoir descendu aussi bas que 77¢US, le huard canadien vole maintenant vers les 88¢US… et peut-être même plus!

Certains experts prédisent la parité avec le dollar US d’ici la fin de 2009 alors que d’autres croient que notre devise devrait éventuellement retourner aux alentours de 81 à 83¢US. Les positions, les explications et les prédictions ne font pas l’unanimité, apparemment.

Avec un dollar canadien si élevé, il était à 87,69¢US hier, le 21 mai 2009, en hausse de 1,21¢US alors que seulement un mois auparavant, le 21 avril 2009, le huard s’établissait à 80,74¢US, en baisse de 1,56¢US.

Il s’agit d’un écart mensuel remarquable. Une hausse de 6,95¢US, ça paraît. Beaucoup, en fait.

Alors que les voyageurs canadiens qui se rendent à l’étranger paieront moins cher ce qu’ils y achètent, notamment aux États-Unis, les exportateurs et tous ceux qui dépendent de leur succès à l’étranger, devront rapidement réviser les coûts de leurs contrats pour éviter de les perdre tant une augmentation de presque 7% en un mois pourrait être décisive dans le choix final d’un client situé à l’extérieur du Canada et donc, fortement influencé par la force de notre devise.

Ceux qui attendaient pour faire des achats d’équipments provenant de l’extérieur du pays devraient en profiter et ainsi, contribuer à moderniser leur offre afin de demeurer concurrentiels.

Alors que le Canada se trouve encore en récession technique, la remontée du huard ne se reflètera probablement pas par une baisse (de quelques 7%, en théorie, sur les achats du jour versus ceux d’il y a un mois) des prix, au détail. Ces baisses potentielles seront presqu’assurément absorbée le long de la chaîne de distribution.

Pire, il se pourrait qu’en raison du plus fort volume d’achat (en gros) motivé par un dollar fort, il se créé une certaine rareté d’une variété de produits qui, par le jeu de l’offre et de la demande, verraient leur prix augmenter. Et ces augmentations-là, soyez assurés qu’elles se rendront aux consommateurs!

Et pendant ce temps, à la Banque du Canada où le taux directeur a été abaissé à son creux historique de 0,25%, il n’y a tout simplement plus de marge pour influer, de quelque manière que ce soit, sur le cours du dollars. Ainsi, le gouvernement fédéral se prive d’un levier vital qui aurait pu (au moins) tenter d’aider nos exportateurs qui, eux, souffrent dès que le dollar s’apprécie trop et trop vite.

Alors, est-ce que le dollar va poursuivre sa lancée et se rendre jusqu’à la parité?

Votre prédiction vaut la mienne et celle des experts…

Tags: devise canadienne, huard canadien, dollar canadien, hausse du huard, hausse du dollar, taux de change, dollar us, devise américaine, dumping du dollar us, montée des changes, argent, loyer de l’argent, coût de l’argent, taux de base, banque du canada, parité du dollar, parité du huard, récession

3 Commentaires

  1. Je veux acheter un condo à Miami.

    Est-ce que je devrais attendre à la parité ou changer mon argent en americain à .90¢, selon votre expertise?

    Merci de me répondre et bonne journée.

    Guy

  2. Bonjour Guy,

    C’est intéressant que vous me posiez la question aujourd’hui parce qu’au moment de publier ce commentaire, le taux de change est à 0.8907 pour 1$US (à 12h56 HNE).

    En ce sens, si vous deviez changer votre argent aujourd’hui, le taux de change serait, somme toute, assez intéressant.

    Mais…

    Plusieurs experts croient que le huard suit actuellement une courbe haussière qui pourrait nous ramener à la parité, avec le $US et ce, avant la fin de l’année 2009.

    Cette prédiction ne fait pas l’unanimité et il vous appartient de déterminer si vous semble juste, ou non.

    Ce serait bien si d’autres lecteurs y allaient de leurs conseils parce que je ne suis pas expert dans l’acquisition de condos, en Floride.

    Il y a peut-être d’autres aspects qui m’échappent, au-delà du taux de change…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.