La création du Fonds Teralys Capital est-elle une bonne chose, pour les Québécois?

Il semble que Michael Sabia soit déjà en train de jouer avec notre argent… après quelques semaines en poste!

Soit il apprend vite, soit il était pressé de piger dans le bas de laine des Québécois.

Le 27 avril dernier,  la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ et le gouvernement du Québec ont confirmé la création du Fonds Teralys Capital, qui financera des fonds de capital de risque privés destinés à investir dans des entreprises technologiques évoluant notamment dans les secteurs des sciences de la vie, des technologies de l’information et des technologies propres.

La création du Fonds Teralys Capital est une initiative de la Caisse de dépôt et placement du Québec et du Fonds de solidarité FTQ, qui y contribuent chacun à hauteur de 250M$. Le gouvernement du Québec, par l’entremise d’Investissement Québec, contribue à hauteur de 200M$.

Le Fonds sollicitera également d’autres investisseurs institutionnels et privés dans le but de réunir un montant additionnel de 125M$, pour un objectif total de 825M$.

Ça fait beaucoup d’argent du public pour assez peu d’argent privé.

Mais il y a quelque chose de TRÈS BIZARRE dans toute cette affaire.

Comme pour les FIER, de l’argent du PUBLIC a été placé dans une compagnie privée. Déjà ça, c’est très inconfortable mais si vous regardez la fiche de Teralys au Registraire des entreprises, vous verrez que Jacques Bernier est…

  • Administrateur;
  • Président-secrétaire; et
  • Actionnaire majoritaire.

Quoi?

Jacques Bernier serait “actionnaire majoritaire” d’une compagnie qui va gérer un nouveau fonds qui reçoit des CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS d’argent public? Dans ce communiqué, on peut lire “Les partenaires du Fonds en ont confié la direction à un gestionnaire reconnu de l’industrie québécoise du capital de risque, M. Jacques Bernier.” — quoi?

On a confié des centaines de millions de dollars à —un— gars?

À —une— firme?

Si ce n’est pas de mettre tous ses œufs dans le même panier, qu’est-ce que c’est?

Et via cette fiche au REQ, on apprend aussi que “Capital Teralys inc.” a été constituée le 20 mars 2009.

La Caisse de dépôt a émis son communiqué le 27 avril 2009.

Ça voudrait donc dire qu’il y a eu des discussions pendant un peu plus d’un mois pour savoir qui gèrerait des centaines de millions de dollars, provenant en grande partie du public? Et le public en question n’aurait appris l’existence de ce fonds que le 27 avril 2009?

TOUT SE PASSE DANS LE PLUS GRAND SECRET… et c’est épouvantable qu’il en soit ainsi!

C’est la petite clique de la Caisse qui jase avec la petite clique du Fonds FTQ qui parle avec d’autres petites cliques et qui, après avoir préparé leur coup, nous balancent le projet final, emballé et livré, en pleine figure, par voie de communiqué!

Elle est où, la “transparence” des organismes publics et para-publics, dans tout ça?

Et on apprend que NOTRE argent servira à amener des investisseurs étrangers ici… la belle affaire. Les Libéraux s’apprêtent sûrement, encore une fois, à liquider ce qu’il nous reste de sièges sociaux pour les faire passer aux mains des étranger, question d’appauvrir les Québécois et les faire descendre au niveau du tiers-monde.

Amis Québécois, c’est épouvantable ce qui se passe avec VOTRE argent.

Vos économies et les argents de TOUS LES QUÉBÉCOIS sont hybridés et mélangés avec ceux de “partenaires privés” dont personne ne mentionne jamais le nom. C’est la culture permanente du secret pour des prétextes bidons de “confidentialité”.

Pour satisfaire votre curiosité à propos de ce nouveau fonds, voici le communiqué de presse détaillé

La caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ et le gouvernement du Québec s’unissent pour créer le Fonds Teralys Capital

Montréal, le 27 avril 2009 La Caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ et le gouvernement du Québec ont confirmé aujourd’hui la création du Fonds Teralys Capital, qui financera des fonds de capital de risque privés destinés à investir dans des entreprises technologiques évoluant notamment dans les secteurs des sciences de la vie, des technologies de l’information et des technologies propres.

La création du Fonds Teralys Capital est une initiative de la Caisse de dépôt et placement du Québec et du Fonds de solidarité FTQ, qui y contribuent chacun à hauteur de 250 M$. Le gouvernement du Québec, par l’entremise d’Investissement Québec, contribue à hauteur de 200 M$. Le Fonds sollicitera également d’autres investisseurs institutionnels et privés dans le but de réunir un montant additionnel de 125 M$, pour un objectif total de 825 M$.

« Pour la Caisse, cette annonce est une étape importante de la stratégie de capital de risque, dont la première phase avait été mise en œuvre en 2004, a déclaré M. Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec. La création d’un Fonds de fonds est une nouvelle démarche qui nous permettra de concentrer nos efforts dans une stratégie commune pour en augmenter les effets et attirer des investisseurs privés grâce à une saine diversification. En confirmant notre participation à cette nouvelle phase, nous concluons une démarche entreprise depuis plus d’un an et je suis particulièrement heureux de l’annoncer aujourd’hui, dans un contexte où les entreprises d’ici ont un besoin encore plus grand d’accès au capital. Ce geste témoigne de l’engagement de la Caisse à investir dans des entreprises innovatrices dans le secteur des technologies », a-t-il ajouté.

« Il est important pour le Fonds de solidarité de développer ce secteur d’activités et c’est pourquoi nous y avons investi près de deux milliards de dollars depuis 25 ans, en plus d’avoir collaboré avec la Caisse et le gouvernement à la mise en place d’une nouvelle stratégie d’affaires en 2004. Cette dernière a non seulement permis d’attirer des capitaux étrangers au Québec, mais a également donné l’occasion aux entreprises québécoises de tisser des liens avec des sociétés étrangères. Notre écosystème financier possède tous les atouts pour ancrer le Québec dans l’économie du savoir : de l’éducation à la recherche et au développement, au développement de produits jusqu’à leur commercialisation. Avec la création du Fonds Teralys Capital, nous amorçons la deuxième phase de la stratégie et cette étape est déterminante pour assurer le succès de nos entrepreneurs. Notre investissement dans ce nouveau fonds s’inscrit dans notre volonté d’appuyer les entreprises du Québec à toutes les phases de leur développement. Nous sommes fiers de poursuivre notre engagement avec les mêmes grands acteurs économiques », a soutenu M. Yvon Bolduc, président-directeur général du Fonds de solidarité FTQ.

« Ce partenariat répond à notre objectif de mobilisation pour aider les entreprises québécoises à se démarquer et à préparer, dès à présent, une reprise forte et durable, a déclaré pour sa part le ministre des Finances et ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, M. Raymond Bachand. Par sa taille, le Fonds constituera un puissant levier économique pour nos entreprises technologiques et contribuera à assurer le développement de nos secteurs de pointe, au Québec et à l’étranger », a-t-il expliqué.

Les entreprises technologiques québécoises regroupent au total plus de 9 000 entreprises pour près de 220 000 emplois et un chiffre d’affaires annuel de 26,5 milliards de dollars. « La concrétisation du Fonds Teralys Capital est une excellente nouvelle pour le développement économique du Québec et pour nos entreprises technologiques », a conclu M. Bachand. Rappelons que la création de ce fonds constitue une des mesures économiques structurantes inscrites dans le budget 2009- 2010 du gouvernement du Québec annoncé le 19 mars dernier.

Axé sur les meilleures pratiques d’affaires, le nouveau fonds devrait non seulement permettre d’attirer des investisseurs privés canadiens, mais aussi d’attirer au Québec des investisseurs étrangers, favorisant ainsi le développement de partenariats à l’échelle du monde. Les partenaires du Fonds en ont confié la direction à un gestionnaire reconnu de l’industrie québécoise du capital de risque, M. Jacques Bernier. Jusqu’à récemment conseiller stratégique au Fonds de solidarité FTQ où il est entré en 2004 à titre de vice-président principal TIC, M. Bernier possède une connaissance approfondie du secteur du capital de risque. Il a notamment joué un rôle clé dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une nouvelle approche en capital de risque au Québec. À la fois entrepreneur et investisseur institutionnel en innovation technologique au Québec, M. Bernier a participé directement au démarrage d’une douzaine d’entreprises de haute technologie.

À propos de la Caisse

La Caisse de dépôt et placement du Québec est une institution financière qui gère les fonds provenant principalement de régimes de retraite et d’assurance publics et privés, et dont l’actif net s’élève à 120,1 milliards de dollars, au 31 décembre 2008. L’un des plus importants gestionnaires de fonds institutionnels au Canada, la Caisse investit dans les grands marchés financiers et sous forme de placements privés et d’investissements immobiliers. Pour plus de renseignements: www.lacaisse.com.

À propos du Fonds de solidarité FTQ

Le Fonds de solidarité FTQ, dont l’actif net atteint 6,2 milliards de dollars au 30 novembre 2008, est un fonds d’investissement en capital de développement qui fait appel, par l’intermédiaire de son REER, à l’épargne des Québécoises et des Québécois. Ses investissements, dans tous les secteurs de l’économie, contribuent à la création et au maintien d’emplois dans les entreprises et favorisent le développement du Québec. Il est partenaire, directement ou par l’intermédiaire de l’un des membres de son réseau, dans 1 881 entreprises. Le Fonds compte maintenant près de 575 000 actionnaires et a participé, seul ou avec d’autres partenaires financiers, à la création, au maintien et à la sauvegarde de plus de 126 000 emplois. Pour en savoir plus, consultez le site www.fondsftq.com.

– 30 –

partenaires_de_teralys_capital

De gauche à droite:
M. Jacques Bernier, gestionnaire du Fonds de fonds Teralys
M. Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec
M. Raymond Bachand, ministre des Finances et ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation
M. Yvon Bolduc, président-directeur général du Fonds de solidarité de la FTQ

Photographe:  Philippe Casgrain, Déclik Communications

Renseignement(s)

Maxime Chagnon
Directeur, Relations avec les médias
Caisse de dépôt et placement du Québec
514 847-5493

Josée Lagacé
Conseillère principale aux relations de presse et aux communications
Fonds de solidarité du Québec
514 850-4835

Anne-Sophie Desmeules
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Finances, ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre responsable de la région de Montréal
418 691-5650

Comme vous le voyez, les bonnes intentions ne manquent pas.

Mais ça s’arrête là. Les détails “vraiment utiles”, dans ce communiqué, on les compte sur les doigts d’une main.

Comme disait un grand sage, c’est tellement facile de dépenser l’argent des autres, surtout lorsqu’on a AUCUN compte à rendre… regarder Henri-Paul Rousseau, il a pas l’air heureux, ce gars-là? À le regarder, on ne devinerait jamais qu’il vient de perdre près de 40MM$ de l’argent des Québécois… mais il n’a pas à s’en préoccuper car, au fond, ce n’est pas SON argent.

Et nous, en tant que citoyens, il est grand temps que nous reprenions le contrôle du gouvernement pour que ces singeries cessent, une fois pour toutes.

Tags: teralys, fonds teralys capital, capital teralys, inc., québec, mdeie, gouvernement du québec, caisse de dépôts, placements, fonds ftq, millions, public, privé, jacques bernier, gestionnaire, fonds privé, argent public, transparence, secret, portes closes, pas de détails, henri-paul rousseau, michael sabia, jean charest, raymond bachand, montréal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.