Scène culturelle estivale: Montréal -VS- Québec

Connaissez-vous Robert Pilon?

C’est le grand patron du plan d’action culturel  de Montréal. Et il vient de faire rire de lui par la classe politique de Québec.

Il a déclaré, et je cite, que “Montréal doit demeurer la seule métropole culturelle du Québec” et il a même rajouté que “la ville de Québec devait s’en tenir à son rôle de capitale et que les régions tenaient, elles aussi, un rôle complémentaire” — quand on parle d’un individu qui se met le pied dans la bouche, lui, il en a profité pour mettre les deux, en même temps!

Non, mais! Quelle arrogance…

Comme si les gens de Montréal étaient chauvins au point de REFUSER que d’autres régions du Québec puissent offrir des choses intéressantes, au plan culturel. Il va falloir passer un message clair à ce M. Pilon: les Montréalais n’ont pas cette étroitesse d’esprit qu’il semble si fier de décliner, à quiconque veut encore l’entendre.

Cette sortie publique de M. Pilon est survenue quelques jours après le passage, dans la métropole, du maire de Québec, Régis Labeaume. Ce dernier avait multiplié les entrevues pour “vendre l’offre touristique et culturelle” de sa “Capitale-nationale”, comprenant le Cirque du Soleil, le Moulin à images et le Festival d’été et ce, pour les 5 prochaines années.

Apparemment, il n’en fallait pas plus pour faire réagir M. Pilon qui a fait passer Montréal pour une ville qui se sent aggressée parce que Québec améiore son offre culturelle. C’est fort…

Depuis quand est-ce que Montréal a peur de l’offre culturelle de Québec? Ce sont des offres différentes et à mon sens, complémentaires, à savoir…

  • Montréal
    • Le Festival international de Jazz
      Du 30 juin au 12 juillet
      Gratuit, sauf pour certains évènements en salle.
    • Le Festival Juste pour rire
      Du 3 au 26 juillet
      Généralement payant, sauf pour les animations extérieures. Plusieurs formules sont offertes, dont le forfait “4 spectacles pour 99$”.
    • Les FrancoFolies
      Du 30 juillet au 9 août
      Payant pour les spectacles en salle mais gratuit pour les évènements extérieurs.
  • Québec
    • Le Grand Rire
      Du 10 juin au 5 juillet
      Généralement payant sauf pour les animations extérieures.
    • Le Cirque du Soleil
      Du 24 juin au 1er septembre (5 jours par semaine)
      Gratuit, sauf pour les places assises de la section VIP (à 20$, le billet).
    • Le Moulin à images (de Robert Lepage)
      À partir du 3 juillet, il y aura 57 représentations
      Gratuit, sauf pour les places assises de la section VIP (à 20$, le billet).
    • Le Festival d’été
      Du 9 au 19 juillet
      Macaron à 35$ en prévente et à 45$, en prix courant.

Pour répondre aux propos de Robert Pilon, le ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad, a dit “[…] Il n’y a pas de monopole dans le domaine des arts et de la culture […] Tant mieux si, à Québec, il y a des gens dynamiques et des créateurs de talent. Il faut copier le succès de Québec et non pas le réserver pour quelqu’un d’autre.”.

À l’hôtel de ville de Québec, l’attaché du maire Labeaume, a déclaré que “M. Labeaume a simplement dit [aux Montréalais] ‘venez passer une semaine à Québec’. On ne peut pas reprocher au maire de Québec de vendre sa ville. Québec n’a jamais jalousé Montréal pour ses activités culturelles.”.

Le chef de l’opposition, à Québec, Alain Loubier, a été encore plus loin en affirmant que Robert Pilon se comporte comme si Québec représentait une menace. “Montréal demeure le siège d’institutions et d’évènements culturels qui font l’envie de bien des villes. La production télévisuelle se fait en grande partie à Montréal. Il ne reste que des miettes pour Québec et les régions.”.

Huereusement, M. Pilon s’est (un peu) racheté en décarant que “Chacun a son rôle à jouer” — c’est l’évidence même mais en tant que Montréalais, on peut se réjouir qu’il ait des épisodes de clarté mentale, de temps en temps. Il s’est éventuellement rendu compte qu’il avait déclenché une polémique avec ses propos ridicules mais au lieu de s’excuser, en bonne et due forme, il a tenté d’atténuer la portée de ses propos… comme si ça allait arranger quelque chose!

Rappelons que Robert Pilon est directeur de Montréal, métropole culturelle, un plan de développement des arts et de la culture pour la période 2007-2017. Alors les paris sont ouverts pour savoir combien de fois il va encore nous faire honte, d’ici à la fin de son long (et coûteux) mandat.

Il a fait passer les Montréalais pour des “jaloux” et des “égoïstes”, au plan culturel mais bon, ça ne l’empêchera pas de dormir. Il n’a apparemment pas à s’excuser et il va continuer à recevoir son gros salaire, comme si rien ne s’était produit. Pour dire le moins, ça envoie toute sortes de signaux inquiétants quand au professionalisme et à la compétence de gens qui occupent des postes aussi importants que le sien, à Montréal.

Sans faire de jeux de mots, il va falloir que M. Pilon arrive en ville!

Son attitude de “ti-clin” ne se marie vraiment pas avec les visées internationales de Montréal. S’il faut que Québec fasse trembler Montréal, qu’est que ça va être quand il va s’agir de se  mesurer à New York, à Paris ou même à Toronto?

Sérieusement, Robert Pilon a encore du pain sur la planche pour convaincre les Montréalais qu’il est le bon “porteur de ballon” (expression du maire Tremblay) pour faire de Montréal, une métropole culturelle d’envergure internationale.

Tags: scène culturelle, culture, montréal, québec, ville de québec, gérald tremblay, régis labeaume, culture à montréal, culture à québec, tourisme montréal, tourisme québec, robert pilon, jaloux, égoïste, amateur, montréal vs québec, métropole, crédibilité, festival, été, concurrence

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.