Expansion de près de 500M$ chez WalMart

deco_walmartLe géant américain WalMart lance une offensive redoutable dans le commerce de détail avec un investissement de près de 500 millions de dollars, dans ses magasins canadiens.

Le mardi 4 février 2014, WalMart a annoncé par voie de communiqué qu’il comptait renforcer sa présence au Canada, principalement dans le secteur de l’alimentation. Cet investissement donnera lieu à l’embauche de plus de 7,500 nouveaux employés chez WalMart et dans le secteur de la construction parce qu’il faudra bien convertir 35 magasins choisis (et devant graduellement être annoncés) en “SuperCentres”, d’ici janvier 2015.

Ainsi donc, c’est une offensive rapide qui se décline comme suit:

  • 376M$ pour de nouvelles succursales;
  • 91M$ pour le réseau de distribution (afin d’accroître la capacité en produits frais); et
  • 31M$ pour le commerce électronique.

On se rappelle que son concurrent Target (une autre compagnie américaine) a annoncé son intention d’ouvrir 9 nouveaux magasins au Canada, la semaine dernière, créant au passage quelques 1,300 nouveaux emplois.

Au cours de la dernière année, aussi bien WalMart que Target ont accru leur présence en sol canadien. Dans les deux cas, la stratégie est basée sur les plus bas prix alors les détaillants canadiens comme Loblaws, Sobeys et Metro n’auront d’autre choix que de renouveler leur offre pour séduire —à nouveau— leur clientèle.

Le Conseil québécois du commerce au détail a confirmé, via une étude publiée mardi, que les “Big 3” du commerce au détail américains, soit WalMart, Costco et Target font mal aux épiciers traditionnels.

Bien que les consommateurs soient les grands gagnants de cette concurrence, nos détaillants devraient anticiper le virage vers l’internet qu’est en train d’effectuer WalMart car dans un avenir rapproché, la dynamique du magasinage pourrait s’en trouver profondément modifiée.

L’expérience en magasin doit aussi être revue pour éviter les frustrations diverses associées à l’épicerie. Aussi, nos détaillants doivent continuer à bonifier leur offre non-alimentaire, dans leurs épiceries alors que les consommateurs ont moins de temps pour magasiner et donc, qu’ils pourraient choisir d’aller où l’on trouve de tout, à une même adresse. L’ajout de postes d’essence dans les Costco suit justement cette logique et ça fonctionne très bien, pour eux.

WalMart n’est cependant pas reconnue pour offrir des emplois payants. Les associés sur le plancher gagnent le salaire minimum, pour la plupart. Les gérants de départements gagnent un peu plus mais bon, ce n’est pas vraiment mieux ailleurs. Target, Loblaws, Sobeys et Metro offrent le même traitement “salaire minimum” à leurs employés en précisant que c’est pour conserver les coûts d’exploitation (et donc les prix) aussi bas que possible. Évidemment, cette logique ne s’applique jamais aux grands dirigeants de ces entreprises, seulement aux employés “sur le terrain” et “dans les bureaux régionaux”. Curieux mais bon, c’est la nature humaine qui est faite comme ça! Seul à se distinguer au chapitre des salaires? Costco qui continue de payer ses employés au-dessus des 15$ / heure pour la plupart des tâches et on voit des progressions appréciables associées à l’ancienneté, notamment pour les caissières. Pour ça, un gros bravo à Costco qui respecte ses employés au point de MIEUX les payer.

On se rappellera que l’an dernier, en 2013, WalMart avait investi 450M$ pour ajouter 27 SuperCentres à son réseau canadien. Si l’on tient compte de l’annonce de 500M$ dont il est question dans ce billet, WalMart disposera de 395 succursales d’ici la fin de janvier 2015, incluant 282 SuperCentres et 113 magasins conventionnels.

Qu’importe qu’on magasine ou non chez WalMart, il s’agit d’une nouvelle majeure qui aura un impact sur tous les commerçants, au Canada et au Québec.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.