Étrange impression d’assister à du théâtre

Comme des millions de Canadiens, j’ai pu regarder, en direct, les déclarations de Jim Flaherty, Michael Ignatieff, Jack Layton et Gilles Duceppe, à propos du budget des conservateurs.

Avec des déficits appréhendés de 34MM$ cette année et de 30MM$ l’an prochain (et ça pourrait être encore pire, au final), il n’y aucune raison de réjouir.

S’endetter et pelleter nos achats du jour sur le dos de nos enfants relève de l’irresponsabilité la plus totale et pourtant, les politiciens d’Ottawa trouvent le moyen de nous “spinner” ça comme si le béton et les autoroutes étaient LA réponse à tous nos problèmes.

Alors qu’en septembre 2008, lors de la campagne électorale fédérale, Stephen Harper qualifiait Stéphane Dion d’irresponsable parce qu’il ne voulait pas “garantir” aux Canadiens qu’il n’y aurait pas de déficit, on peut dire aujourd’hui que l’arroseur a été arrosé. Copieusement, à part ça.

Pensez-y.

Au jour de l’An, les Conservateurs continuaient à nous dire qu’il n’y aurait aucun déficit.

0$.

C’est cool, ça.

Et là, en un clin d’œil, on se ramasse avec 34MM$ de déficit.

Pffft!

Pa-aaa-tow!

Sha-la-ka-zam!

Nous voilà avec une facture budgétaire tellement énorme qu’elle va à 180 degrés de TOUTES les déclarations des Conservateurs pendant leur campagne électorale, après leur victoire et jusqu’à il y a quelques jours!

C’est quoi, la prochaine surprise?

Comment peut-on croire de tels clowns?

34MM$ + 30MM$ = 64MM$.

Je ne sais pas pour vous mais ça donne l’impression d’assister à une grosse pièce de théâtre. Une sorte de dîner de con où, sans trop le savoir, c’est “nous” les cons.

Les politiciens ne sonnent pas très sincères, ces temps-ci.

Flaherty livre une commande pour quelqu’un (et ce n’est pas les citoyens Canadiens, en général) — ça lui paraît dans la face qu’il n’est pas à l’aise avec ce qu’il dit.

Ignatieff a autant de colonne vertébrale que mon tapis d’entrée alors son à-plat-ventrisme, à la manière de son prédécesseur, Stéphane Dion, ne devrait étonner personne. Son “petit discours” était lamentable, en passant. Il faudrait être naïf pour croire à sa sincérité. Il s’est ménagé un “sweet deal” quelconque avec les Conservateurs et s’assure une belle job facile pour les 4 prochaines années alors ce serait bête d’accorder sa confiance à un gars comme ça.

Layton… ah! Layton. Ça manquait d’indignation. C’est tellement grave ce qui se passe actuellement à Ottawa que ça aurait mérité qu’il déchire sa chemise, littéralement. Mais c’était un petit discours de caniche frustré, rien de plus. Très décevant venant d’un gars qui propose pourtant un agenda alternatif, pour le pays.

Duceppe, lui, a été le meilleur acteur de cette pièce de théâtre. Il a frappé tellement fort sur Ignatieff que ce sera impossible pour lui de se défaire de l’image de menteur-en-chef que le chef bloquiste lui a accolé, probablement à juste titre, d’ailleurs.

Autrement dit, ça brasse à Ottawa.

Mais ça ne fait que nous appauvrir, en tant que citoyens, pendant que les milliardaires, propriétaires des “compagnies de béton et de pépines” vont s’empiffrer dans nos milliards, dépensés en fou pour faire face à une crise qui, au fond, n’existe vraiment que pour les spéculateurs qui n’arrivent plus à berner leurs “clients” aussi facilement qu’auparavant.

Rappelez-vous que le budget, les petites déclarations des partis et les analyses politiques ayant présentement cours ont tout à voir avec la politique mais très peu à voir avec l’intégrité, la vérité et la pleine transparence de ce qui passe, en ce moment, au Canada et ailleurs dans le monde.

À l’heure où les compagnies les plus prospères du Canada évoluent dans la santé, les télécoms, les technologies et plein d’autres secteurs à saveur relativement high-tech, voilà qu’Ottawa va déverser des dizaines de milliards dans du “low tech”… en pensant que ça va nous faire sortir “gagnants” de cette “crise financière” — c’est tellement du délire que c’est incroyable qu’autant de monde croit à cette avalanche de niaiseries.

Les gros médias sont tellement forts et alignés sur les intérêts du “pouvoir” (celui d’Ottawa, certes mais aussi celui de l’ombre) qu’ils ne font que reprendre la propagande politique pour la servir aux citoyens qui, débordés par leurs horaires de travail qui n’en finissent plus, n’ont plus l’énergie pour prendre une calculatrice et voir, de leur yeux, à quel point le budget Flaherty est absurde.

En passant, si vous avez 400-quelques milles dollars sur votre carte de crédit et que vous peinez à rembourser l’intérêt sur le capital, est-ce que vous iriez vous endetter d’un autre 64MM$ (au minimum) pour refaire la fondation et le toit de votre maison?

Bien sûr que non!

Primo, vous ne vous endetteriez pas parce que vous auriez SAGEMENT décidé de sabrer dans vos dépenses.

Ottawa ne sabrera nulle part!

Cherchez l’erreur…

Secundo, si vous deviez vous endetter, ce serait pour développer et vendre quelque chose qui va RAPPORTER de l’argent, notamment via des exportations à l’étranger, question de REMBOURSER la nouvelle dette et autant que possible, engranger de nouveaux profits.

Ottawa va investir dans les pires segments de l’économie, en ce qui a trait à l’exportation, sauf une microscopique fraction dans la BDC et EDC.

C’est inadmissible…

Le public canadien devrait refuser-net de se faire insulter par ce genre de théâtre de bas-étages.

Tant que les citoyens laisseront les politiciens d’Ottawa faire ce qu’ils veulent, ils continueront de jouer le jeu du pouvoir sombre et des lobbys d’intérêts privés.

  1. L’intérêt des Canadiens passe par une politique monétaire favorable aux individus et non aux banquiers!
  2. L’intérêt des Canadiens passe par une diminution significative des dépenses liées au fonctionnement de l’appareil gouvernemental.
  3. L’intérêt des Canadiens passe par un gestion parcimonieuse de nos économies couplée à des retours aussi directs (et simples) que possibles vers les contribuables (et non des “intermédiaires”).

Les politiciens ne devraient pas se contenter d’être des acteurs “réactionnaires”, dans la grosse pièce de théâtre qui a cours, à Ottawa.

Les Canadiens veulent de la rigueur, de l’imagination et des mathématiques pro-citoyennes.

Tags: budget flaherty, budget 2009, budget conservateur, budget ottawa, jim flaherty, michael ignatieff, jack layton, gilles duceppe, pièce de théâtre, citoyens, contribuables, milliards, déficit, dans le rouge, canada, crise financière

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.