Montréal veut voir les visages des manifestants

Il semble que la ville de Montréal songe à adopter un règlement pour interdire aux personnes participant à des manifestations de se cacher le visage avec…

  • une cagoule;
  • un masque; ou
  • un foulard.

Comme quoi désormais, les manifestants qui voudront se joindre à une cause devront le faire à visage découvert, sans pouvoir se réfugier dans l’anonymat relatif que leurs procurent leurs accoutrements.

D’une part, certains dénoncent cette attaque contre les droits et libertés et de l’autre, certains se réjouissent qu’à l’avenir, les manifestants devront avoir le courage d’assumer leurs opinions.

Ce n’est pas encore clair ce qui se passera avec les manifestants qui sortent à -30 degrés Celsius et qui doivent nécessairement protéger leur visage pour ne pas geler.

agents_anti-emeutes

Ce n’est pas non-plus clair si les policiers devront eux aussi montrer leur visage qui, lors des manifestations, caché derrière la visière d’un lourd casque anti-émeutes.

À première vue, ce règlement semble solidement campé dans une zone grise qui favorisera les conflits et nuira à l’harmonie qui règne, actuellement, lors de la quasi-totalité des manifestations publiques, à Montréal.

Il faudrait savoir d’où origine cette nouvelle initiative de “contrôle de la population”. Est-ce que ce sont les policiers qui veulent encore plus de pouvoir? Est-ce le maire Gérald Tremblay qui souhaite, personnellement, cette nouvelle mesure? Beaucoup de questions demeurent encore sans réponses.

Sur le fond, porter une cagoule pour défendre une cause, ce n’est pas très crédible.

Mais voilà, avec le glissement inexorable vers une forme d’État policier, ça devient dangeureux de donner, sur un plateau d’argent, des outils à une police qui pourrait, un jour et dans un tout autre contexte, se retourner CONTRE des honnêtes citoyens.

forces_de_l_ordre_manifestation

Dans la plupart des grandes villes américaines, c’est rendu que les agents anti-émeute sont habillés de noir, du casque anti-émeutes à leurs grosse bottes lacées, sans badge ni même une quelconque confirmation qu’il s’agit bel et bien de policiers. C’est dingue et ça se passe en ce moment, chez nos voisins du Sud.

Vu les temps incertains auxquels nous allons devoir faire face, il faut demeurer très prudents avant de céder à la tentation de laisser trop de pouvoirs aux policiers qui en ont déjà beaucoup et selon certains, beaucoup trop.

De nos jours, tout semble devenir un prétexte à une forme ou une autre de cœrcition.

Dans un premier temps, la ville de Montréal devrait faire appel à l’intelligence des citoyens et non chercher à les taxer d’un nouveau règlement qui constitue, au plan de la liberté citoyen, un pari risqué, au mieux.

Les vrais casseurs continueront à trouver le moyen d’obfusquer leur véritable identité alors que des citoyens sans histoire s’exposeront à des démêlés judiciaires pour une banale histoire d’habillement. Sans dire non, il ne faut pas dire oui trop vite (ou “sans conditions”) à de tels règlements.

Tags: cagoules, masques, foulards, ville de montréal, manifestants, montréal, gérald tremblay, cacher son visage, manifestations, policiers, forces de l’ordre, répression policière, contrôle de la population, règlements municipaux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.