Encore des suppressions d’emploi à prévoir, au fédéral

Plusieurs contribuables canadiens réclament des coupures dans la fonction publique fédérale parce que celle-ci accapare une importante part du budget national. Trop importante au goût des Conservateurs.

Et c’est probablement ce qui va augmenter la popularité des Conservateurs qui continuent à rivaliser d’ingéniosité pour diminuer le nombre de fonctionnaires ainsi que leur coût, pour les Canadiens.

On sait qu’un grand nombre de contribuables sont sous l’impression que trop de fonctionnaires fédéraux reçoivent des compensations disproportionnées lors de leur emploi et après, lorsqu’ils quittent pour la retraite.

Au fond, ce sont des Canadiens (souvent) sans aucune protection financière pour leur retraite qui doivent payer pour une large part du confort financier des employés et des retraités fédéraux et en soi, c’est ressenti comme une profonde iniquité par ceux-ci. Et dans une large part, ils ont raison.

bureau-du-directeur-parlementaire-du-budget-2

Le plus récent rapport trimestriel (en format .pdf), daté du 11 avril 2014, publié par le Bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) souligne que plus de 20,000 emplois ont été supprimés dans la fonction publique fédérale, au cours des dernières années mais il y a plus puisque selon ce même rapport, quelques 8,900 postes supplémentaires pourraient disparaître, d’ici 2017.

parlement-a-ottawa-en-automne

Voici les trois principaux points soulevés, dans cette note:

  • Les dépenses totales pendant les neuf premiers mois de 2013-2014 ont atteint
    177,9 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de 3,8 milliards de dollars ou de 2,2% par rapport à la même période de neuf mois en 2012-2013. Ces résultats cumulatifs sont conformes à l’augmentation des dépenses prévue dans le Budget de 2014.
  • Les ministères et les organismes ont dépensé une plus grande partie de leur budget pendant les neuf premiers mois de 2013-2014 que pendant la même période des six exercices précédents, ce qui donne à penser que le solde inutilisé pourrait être moindre au terme de l’exercice en cours.
  • Pendant les neuf premiers mois de 2013-2014, les dépenses au titre du personnel ont été de 0,6% inférieures à ce qu’elles avaient été pendant la même période de l’exercice précédent. Cette diminution résulte des initiatives successives de restriction des dépenses.

    o Selon les Rapports sur les plans et les priorités de 2014-2015, l’effectif total de la fonction publique fédérale sera d’ici trois ans réduit à son niveau le plus bas depuis 2006-2007. 

Cette nouvelle arrive comme un affront supplémentaire des Conservateurs contre les fonctionnaires fédéraux pour les uns (les fonctionnaires eux-mêmes, au premier chef) et comme une excellente nouvelle pour les autres, principalement des contribuables qui veulent diminuer le contingent de fonctionnaires… et leur coût.

Soulignons que le gouvernement Conservateur de Stephen Harper est en voie de gagner sa guerre ouverte contre les déficits budgétaires mais même si les finances vont mieux, ça n’empêchera pas les 8,900 autres suppressions d’emploi de se produire.

Pour les contribuables canadiens, c’est donc une victoire car la bureaucratie fédérale coûte trop cher et ajoute un poids considérable qui pèse sur la capacité des contribuables et des entreprises à demeurer compétitifs. Trop de paperasse, trop de taxes, trop de frais et trop de règles tatillonnes nuisent aux Canadiens qui veulent faire avancer des projets, personnels ou d’affaires. En coupant des milliers de fonctionnaires, les Conservateurs atteignent plusieurs cibles, soit une diminution immédiate des coûts tout en forçant la main aux fonctionnaires restants pour qu’ils augmentent leur productivité, essentiellement en diminuant le poids bureaucratique et les redondances.

Il n’y a rien de drôle à perdre son emploi, pour les fonctionnaires qui sont visés par ces coupures conservatrices mais c’est ce que les Canadiens demandent à Stephen Harper car nous payons collectivement trop cher pour la qualité et la quantité de services que nous recevons.

comptabilite-au-gouvernement-federal

Pour vous donner une idée, de 2000 à 2013, la fonction publique fédérale est passée de 211,925 fonctionnaires, à 262,817. Une augmentation de 50,892 fonctionnaires, en 13 ans, soit une moyenne de plus de 3,914 nouveaux fonctionnaires, à chaque année.

Il y a des ministères et organismes fédéraux plus gros que les autres et c’est là qu’il faudrait couper, encore plus que les cibles actuelles du gouvernement conservateur.

Ce qui fait encore le plus mal au gouvernement conservateur de Stephen Harper, c’est le manque cruel de transparence.

On se souviendra, d’ailleurs, que Kevin Page, le directeur parlementaire du budget, le 6 septembre 2012, avait fait une virulente sortie contre Stephen Harper et son manque de transparence à propos de l’impact des compressions budgétaires du fédéral dans les programmes et la fonction publique.

Le gouvernement conservateur assurait alors que l’essentiel des économies étaient réalisées grâce à des gains d’efficience et à la réduction du personnel mais Kevin Page lui reprochait de ne pas dévoiler les coupes et leurs conséquences ou encore, de le faire trop tard. On voit aujourd’hui que le gouvernement conservateur avait dit vrai et que Kevin Page avait, lui aussi, raison de se plaindre du manque de transparence.

Autrement dit, la très grande majorité des fonctionnaires fédéraux peut dormir tranquille. Leur emploi n’est pas en danger mais ce serait probablement un bon moment pour réfléchir à la gouverne syndicale qui en demande toujours plus aux contribuables sans nécessairement en livrer plus, à ceux-ci, en services. La gourmandise des syndicats finit par forcer la main aux gouvernements qui n’ont d’autre choix que de procéder à des coupes parce que les syndicats sont suprêmement inflexibles sur les conditions de travail des fonctionnaires et leur généreux salaires (en plus de la compensation à la retraite qui est à peu près inédite, dans le privé).

Certes, il ne faut pas niveler vers le bas et il importe que nos fonctionnaires fédéraux soient bien traités mais à quel prix, pour les contribuables qui se sentent étouffés par les charges fiscales qui ne cessent d’augmenter, année après année?

Stephen Harper devrait-il couper plus de fonctionnaires… ou moins?

En 2014, le gouvernement Harper doit entamer une nouvelle ronde de négociations avec les agents négociateurs de la fonction publique fédérale afin de renouveler l’ensemble de ses 27 conventions collectives. Disons que les coupes de personnel vont revenir souvent à l’avant plan, via les porte-paroles des syndicats qui s’opposent à celles-ci.

Le défunt ministre des Finances, Jim Flaherty, soulignait que son gouvernement souhaitait que la rémunération globale des employés soit “raisonnable, abordable et qu’elle corresponde à celle offerte par d’autres employeurs des secteurs public et privé”, notamment via la révision du système de gestion des congés d’invalidité et de maladie. Il y avait aussi une volonté d’instaurer un régime officiel d’assurance-invalidité, de courte durée. Des idées qui permettraient de faire des économies sans nécessairement devoir procéder à des coupes supplémentaires d’employés fédéraux.

Plus que jamais, la question qui demeure au centre de cette nouvelle est très simple, à savoir si vous êtes intéressés à continuer à payer plus d’impôt pour maintenir et bonifier les salaires et compensations des fonctionnaires fédéraux.

Un commentaire

  • Tu ne sais pas de quoi tu parles…

    Quand la corruption aura envaillie l’appareil de l’état et que tes information personnes seront vendues à de tiers et bien, tu comprendras que tu ne payais pas pour rien.

    Quand il y aura des Lac-Mégantics au quatre coins du pays, tu comprendras que tu ne payais pas pour rien.

    Quand ta femmes et tes enfants seront denenus malada à cause de la poluttion, tu comprendras que tu ne payais pas pour rien…

    Pour le moment rien à faire avec toi… Aunourd’hui tu ne comprend pas, mais tu comprendra lorsqu’il sera trop tard.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.