C’est enfin fait, j’ai mis fin et ce, de manière définitive, au service-télé de Bell.

Oui, la supposée merveilleuse “télé-Fibe” de Bell qui entrait chez-moi via la fibre optique et qui me livrait des images allant jusqu’à 1080p pour les principales chaînes de télévision, comme Radio-Canada et TVA, en contrepartie d’une mensualité qui dépassait invariablement le montant que je m’attendais à payer.

Dans mon cas, ça faisait plus d’un an que je payais pour le service-télé de Bell alors je ne bénéficiait plus du rabais accordé au moment des premiers 12 mois de service, comme l’annonce Bell, dans son site web:

On se dit que 28,95$ par mois, c’est tolérable, à la limite… et on oublie évidemment de penser aux taxes qu’on devra aussi payer, sur cette somme.

Or, la réalité nous rattrape vite, avec des frais “à la Bell”, tels que:

Ces frais ne me convenaient plus.

Je n’avais plus le goût d’appeler Bell pour leur demander de réviser mes frais mensuels à la baisse pour “ressembler” au prix du forfait “de base” qu’ils annoncent.

Alors, tanné du prix mensuel largement imprévisible de Bell et surtout, de la programmation à la fois sans éclat et sans substance, j’ai tout annulé.

La représentante du service à la clientèle de Bell m’a trouvé poli dans ma demande et a annulé le service-télé, comme je le lui ai demandé. Elle n’a pas tenté de me transféré à la “rétention”, ce que j’ai beaucoup apprécié. Comme quoi il y a encore des gens corrects, chez Bell malgré le système qui, lui, fait son possible pour arnaquer mensuellement les clients avec divers frais peu ou pas annoncés. En passant, c’est quoi le “frais de service numérique” à 3$ + taxes, par mois? Je ne suis pas censé avec “Bell-Fibe”? Qui a encore un “service analogique”, de toute façon? Encore de la crossi-crossette signée Bell…

Tellement heureux d’en avoir fini avec les service-télé de Bell

Qu’importe le prix mensuel que je payais, maintenant que je ne le paie plus, je vois à quel point je payais trop cher.

Avec une facture mensuelle d’environ 50$ (avec les taxes) pour le service-télé, c’est finalement quelques 600$ que j’engouffrais, annuellement, dans ce poste de dépenses.

Sur 10 ans, c’est donc environ 6,000$ que j’ai payé pour entendre 18 minutes d’émission et 12 minutes de publicité à la demi-heure, sur les “grandes chaînes” comme Radio-Canada et TVA. Il fallait vraiment que j’aie l’esprit ailleurs pour continuer à payer pour ça.

J’ai maintenu le service-télé principalement pour les enfants, s’ils voulaient écouter une série ou des émissions populaires mais aujourd’hui, Netflix, Amazon TV et YouTube ont gagné et le temps passé à écouter la télé était tombé à zéro, de toute façon.

Alors pour moi, l’annulation du service-télé de Bell était devenu inévitable.

Comme pour mes enfants, mon recours à des services internet pour m’informer et me divertir est désormais un fait avéré et largement irréversible.

Je suis passé à autre chose

Pour être encore plus clair, Bell ne m’offre plus du tout ce que je recherche, en matière de service-télé.

L’ancien modèle de vénération aveugle des “grandes chaînes” est bel et bien terminé, pour moi et pour ceux qui m’entourent.

Dès qu’on veut stimuler notre cerveau, on se branche sur des documentaires dans Netflix, dans Amazon TV ou dans YouTube, via une ou plusieurs chaînes souvent offertes avec une livraison très professionnelle. La télévision dite traditionnelle n’est tout simplement plus dans le proverbial match.

La formule “trauma” des bulletins de nouvelles “grands médias” m’agace au plus haut point. Rien n’est approfondi et les intérêts des annonceurs sont invariablement priorisés. En tant que téléspectateur, on comprend vite que l’idée est de nous maintenir dans la peur (ou le doute) afin de capter notre attention assez longtemps pour nous enfiler une publicité de plus dans le visage.

Dans de telles conditions, ça m’a pris un certain temps à sortir de la matrice télévisuelle traditionnelle mais maintenant que je m’en suis extirpé, je n’ai aucune intention d’y retourner, qu’importe le prix.

Car oui, déjà, je sens cette liberté de ne plus avoir de lien avec le service-télé de Bell qui m’imposait presqu’autant de publicités que de “contenu”.

Même si je paie pour mes abonnements Netflix et Amazon TV, au moins, je n’y endure aucune publicité. De plus, j’ai accès à des librairies gigantesques de films dans une myriade de thèmes. Bell n’offre tout simplement rien de tel.

Alors voilà, je suis très heureux d’en avoir fini avec le service-télé de Bell et j’ai l’impression que la mouvance dans laquelle je m’inscris va aller en s’accélérant avec des millions de Québécois qui vont respecter leurs réelles préférences et vont finir par dire “Bye-bye, Bell”!

Shares