Annonce du crédit d’impôt LogiRénov

C’est hier, le jeudi, 24 avril 2014, que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a annoncé l’instauration d’un nouveau crédit d’impôt remboursable pour la rénovation résidentielle soit le crédit d’impôt LogiRénov.

« Avec cette annonce, le gouvernement concrétise rapidement un engagement et pose ainsi un premier geste pour relancer l’emploi et soutenir la croissance économique », a indiqué le premier ministre.

Le crédit d’impôt LogiRénov sera offert aux particuliers qui sont propriétaires-occupants à l’égard de travaux de rénovation sur leur habitation principale. Les travaux de rénovation devront être réalisés par un entrepreneur reconnu, aux termes d’une entente conclue après le 24 avril 2014 et avant le 1er juillet 2015. Les particuliers auront jusqu’au 31 décembre 2015 pour faire réaliser et payer leurs travaux de rénovation.

details-du-programme-de-renovation-residentielle-logirenov-de-philippe-couillard renovation-domicilaire

Au taux de 20% et d’un montant maximal de 2,500$, le crédit d’impôt LogiRénov permettra de soutenir des dépenses de rénovation excédant 3,000$.

« Environ 222,000 ménages québécois pourront bénéficier d’un allègement fiscal totalisant un peu plus de 330M$ pour les années 2014‑2015 et 2015‑2016, soit un crédit d’impôt moyen de 1,500$ par ménage », a déclaré le ministre des Finances, Carlos Leitão.

« Le crédit d’impôt LogiRénov générera près de 3MM$ de dépenses en rénovation résidentielle, soit 13,500$ en moyenne par ménage, ce qui permettra de soutenir plus de 20,000 emplois dans l’industrie », a tenu à préciser le premier ministre.

Le crédit d’impôt LogiRénov s’appliquera concurremment et agira en complémentarité au crédit d’impôt ÉcoRénov déjà mis en œuvre pour favoriser la rénovation écoresponsable. À compter du 1er novembre 2014, tous les travaux admis dans le cadre du crédit d’impôt ÉcoRénov deviendront admissibles à l’égard du nouveau crédit d’impôt LogiRénov.

« Ce nouveau crédit d’impôt confirme un engagement ferme de notre gouvernement pour relancer l’économie du Québec. Il s’agit d’un premier pas dans ce sens et d’autres suivront bientôt », a conclu M. Philippe Couillard.

Tout le monde dans l’industrie de la rénovation résidentielle reçoit positivement de cette importante nouvelle, incluant l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ) qui se réjouit de l’annonce de la mise en place du nouveau crédit d’impôt pour la rénovation résidentielle LogiRénov.

« Cette mesure nous indique clairement que le gouvernement a entendu nos demandes, et souhaite que la rénovation domiciliaire joue pleinement son rôle de moteur économique.  De fait, nous prévoyons que la réaction des consommateurs sera positive, et les retombées pour l’industrie presqu’immédiates » souligne François Bernier, directeur du Service économique et affaires publiques de l’APCHQ.

L’APCHQ plaide en effet depuis plusieurs mois et même depuis la dernière ronde de programmes semblables, en 2009, pour l’établissement d’un programme couvrant l’ensemble des travaux de rénovation. Ça coule de source puisqu’en canalisant le marché de la rénovation à la faveur des professionnels, le gouvernement du Québec gagne sur plusieurs tableaux à savoir…

  • la création d’emploi;
  • l’amélioration du parc immobilier; et
  • la lutte au travail au noir.

La rénovation domiciliaire, au Québec, génère des retombées fiscales et parafiscales (CSST, RRQ, etc.) de l’ordre de 30%. Il s’agit d’un moteur économique de première importance qui met à contribution…

  • des entrepreneurs;
  • des travailleurs;
  • des marchands de matériaux;
  • des professionnels; et
  • plusieurs intervenants interreliés.

L’industrie de la construction résidentielle compte pour plus de 8% du PIB québécois, soit quelques 26MM$ annuellement, dont 12MM$ pour le secteur de la rénovation domiciliaire.

Tous ceux qui ont des projets de rénovation pour leur maison devraient donc s’y mettre, au plus tôt. Épargner 20% sur un projet, c’est significatif.

Il faudra quand même payer 14,975% de taxes combinées sur chaque matériau et chaque service d’entrepreneur acheté mais quand même, en l’absence de ce programme provincial, il n’y aurait pas de crédit d’impôt de 20% pour mettre un baume sur cette ponction (forcée) de taxes.

Les plus pauvres dans la société diront que c’est une mesure s’adressant aux gens qui ont les moyens de procéder à des rénovations et ils ont raison mais en même temps, il faut remettre les gens de la construction au travail et avec un tel programme, les rentrées fiscales au gouvernement devraient permettre de soutenir des initiatives qui profitent aux plus pauvres de notre société.

En clair, il faut avoir des moyens financiers pour aider les autres et c’est en relançant l’économie qu’on y parvient. La logique de Philippe Couillard, à cet égard, tient la route.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.