Visites incessantes du Google bot

Serveur web

Il y a 2 jours, ce billet a été publié à propos des “bots” qui attaquent des sites web, via leurs visites si nombreuses qu’elles ont pour effet de ralentir la cible de leur activités d’indexation.

Dans de nombreux cas, cette indexation n’amène rien d’utile au propriétaire du site web puisqu’il s’agit, de manière concrète, d’opérations d’espionnage, de vol de données ou de nuisance, pure et simple.

Bienvenue à ce nouveau volet de la guerre “douce” et relativement discrète, à l’ère de l’information.

En guerre

Les guerres. Parlons-en.

Elles ne se déclarent plus officiellement, avec un président outré qui multiplie les déclarations et les bravades, du haut de son balcon présidentiel.

Oh! Que non…

Les guerres se décident dans des instances inconnues du grand public, influencées par les recommandations de consultants liés à des “Think tanks” (des “repères de stratèges-penseurs”, en quelque sorte).

Autrement dit, les grandes décisions ont lieu derrière des portes closes, en secret. Les agresseurs demeurent inconnus du public et ne sont dès lors jamais redevables d’avoir engendré un nouvel épisode de souffrance, de destruction et de malveillance généralisée.

D’ailleurs, les motivations de ces tenants du réel pouvoir (celui de lancer et d’entretenir des guerres, discrètes ou pas) demeurent largement inconnues mais on devine qu’il est question de contrôle, de pouvoir et d’argent.

Alors parmi les nombreux outils d’une guerre qui se passe à l’ère de l’information, il y a, justement, la guerre de l’information.

Parmi les outils pour mener cette guerre de l’information, il y a ces milliers de “bots” qui prennent d’assaut des sites web spécifiques qui traitent de sujets à contrario de l’agenda voulu par ces membres d’une élite qui se cache (pour mieux nous attaquer).

Quand les “bots” de Google mettent un site web à genou

Qu’un “bot” soit malveillant ou non importe peu lorsque l’un d’entre eux se met à marteler un site web avec des centaines de requêtes, à chaque minute.

Dans le cas du “bot” de Google, ça se fait sous le couvert d’une indexation “légitime” en vue de paraître dans l’omniprésent moteur de recherche. Alors, ce “bot” de Google se retrouve presque toujours sur une “liste blanche” qui lui garantit un accès illimité aux ressources d’un site web (pour mieux indexer son contenu).

C’est d’ailleurs de cette façon qu’imtl.com (ce blogue) accueillait les “bots’ de Google, jusqu’à hier, le 18 février 2020 où il a fallu bloquer ces mêmes “bots” de Google car ils engendraient tellement de requêtes que l’accès au site web, pour les visiteurs légitimes, devenait impossible.

Pire, le site web imtl.com consommait des ressources-serveur en bien plus grande quantité pour faire face à cette attaque de “bots”, de Google alors là encore, ça mettait en danger le compte d’hébergement web, au complet (et même d’autres clients, sur ce même serveur).

Autrement dit, les visites incessantes des “bots” de Google avaient pour effets de 1) rendre imtl.com inaccessible et 2) de menacer son existence-même, en surchargeant de manière totalement inconsidérée ses infrastructures d’hébergement web.

C’est un exemple typique d’attaque de “bots” mais là, c’était Google qui avait soudainement décidé de cibler imtl.com.

Et soyons clairs, si les “bots” de Google n’avaient pas été bloqués (via une intervention technique au niveau du service DNS), ce site ne serait tout simplement pas accessible, en ce moment.

Une forme très efficace de censure qui peut être niée de manière plausible, advenant un besoin de le faire.

Une arme contre la liberté d’expression, déguisée à même un service d’indexation pourtant légitime (pour le moteur de recherche de Google).

Et pour la petite histoire, en même temps que Google, le moteur de recherche Bing a aussi soudainement augmenté de manière considérable le volume d’indexation de ce blogue. Un duo mortel, pour n’importe quel site web qui n’a pas assez de puissance pour faire face à cette hausse soudaine des requêtes.

Pourquoi cibler ce site?

Si vous suivez ce blogue, vous savez déjà que la trame éditoriale va à l’encore de l’Agenda 21 de l’ONU, ce plan de match mondialiste, pro-vaccins (à outrance), pro-(prétendus)-changements climatiques, pro-immigration massive et pro-censure (de la “vraie” vérité, en toutes choses).

Autrement dit, imtl.com ne diffuse pas le message de l’ordre mondial présentement au pouvoir, sans que nous ne sachions-même de qui il s’agit. L’ONU n’étant qu’un instrument administratif de contrôle, pour les tenants de cet ordre mondial qui se cache du public.

Devant l’évidence que ce blogue fait office de cible pour les mondialistes qui comprennent que l’information doit être contrôlée, à tout prix, l’attaque sur ce site devenait une absolue certitude. Sans savoir quand, il était écrit dans le ciel que ça arriverait, sans oublier que Facebook avait déjà banni ce blogue, probablement en raison de la dénonciation du lien entre Justin Trudeau et George Soros ou alors, de l’immigration massive imposée aux Canadiens… ou les deux. Ou un autre sujet plus sensible. Et il y en a plusieurs, dans ce blogue.

Alors attaquer ce site web est vraiment facile, pour les “bots” de Google et bien que personne ne puisse les questionner parce qu’ils sont injoignables. Et même si vous deviez un jour arriver à les joindre, ils ne vous répondront jamais de manière claire. Idem avec Facebook. Idem avec tous les autres “grands opérateurs du web social” (Twitter, Reddit, Pinterest, Bing, Yahoo et les autres).

La purge contre les sites web qui confrontent cet ordre mondial (et mondialiste… et “mondialisant”) avait commencé depuis longtemps avec la censure, pure et simple, contre Mike Adams et tous ses médias, comme Natural News (une source inestimable d’informations-santé) ce qui l’a poussé à créer son propre réseau de diffusion de clips vidéo qui porte le nom de Brighteon et qui, avec Bitchute, permet de diffuser des contenus inédits, dans les “grands réseaux”.

Ce blogue fait donc partie d’une longue liste de cibles à abattre en raison des sujets traités et des positions pro-citoyennes qui y sont tenues (avec un trame de fond de “pouvoir aux citoyens” qui déplaît bien entendu aux tenants de la matrice actuelle de contrôle).

Pour l’heure, ce site continue d’être opérationnel mais sans donner trop de détails sur les moyens techniques utilisés pour sécuriser imtl.com, il a fallu prendre des mesures musclées pour résister à l’assaut numérique, mené par les “bots’.

L’assaut continue mais vous pouvez encore lire ce blogue alors c’est un signe que même si la liberté d’expression est attaquée, il y a encore moyen de résister.

Conservez votre esprit critique et ne vous laissez pas endoctriner. Il n’y a rien de bon pour vous dans les doctrines des élites, malheureusement. Rayonnez votre unicité dans ses plus hautes vibrations et contribuez à créer le monde dans lequel vous voulez vraiment vivre.


Exemple d’attaque de “bots” sur un site web

Du 21 au 22 février 2020, un autre des sites de Logixca qui diffuse des informations liées aux affaires courantes et à la santé naturelle a été attaqué, exactement de la même manière que ce blogue (imtl.com) et voici à quoi ressemble la chute soudaine des requêtes lorsque les “Googlebot” et “Bingbot” sont “bloqués”:

Comme vous pouvez le voir dans cette saisie d’écran (où je ne montre pas tout, par mesure de sécurité), la charge de travail du serveur était devenue impossible tellement elle était lourde, par la faute de Google et de Bing qui ont inondé ce site web, presqu’au même moment.

Heureusement, une mesure a été prise pour bloquer ces bots et la situation de l’accès à ce blogue est revenue à la normale.

Avant de voir le Googlebot et le Bingbot inonder ce site web avec des requêtes, il y a eu de très importants flux de requêtes de la part d’autres “bots” et une fois que ceux-là furent complètement “bloqués” (et donc, neutralisés), c’est là que la “phase 2” de l’attaque de bots a commencé, cette fois-là, par le Googlebot et le Bingbot.

Tout ceci en plein début de crise sanitaire du coronavirus de Wuhan (le COVID-19).

Quand des sources s’inquiètent de voir nos libertés d’expression en danger, ils ont raison. Dans le cas de ce blogue et des autres blogues sous gestion qui parlent d’un point de vue de “pouvoir au peuple” et de “droit absolu à l’information”, c’est une inquiétude légitime.

Chers Amis, vous devez comprendre que la guerre de l’information est réelle et il vous appartient de suivre votre meilleur jugement pour demeurer résilients pour résister aux attaques qui pourraient être conduites, contre vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.