Victoire du PLQ… et du PQ!

Après 33 jours de campagne électorale provinciale menée “en vitesse” et une crise majeure à Ottawa, les électeurs du Québec ont pu se rendre aux urnes, hier, pour consigner leur vote.

Si, hier encore, l’ADQ nourissait l’espoir de former l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, cet espoir n’existe plus en ce lendemain de scrutin — en fait, même le chef adéquiste, Mario Dumont, quitte le navire, sans tambour ni trompettes.

Le départ de Mario Dumont et de l’ADQ pourrait replonger le Québec dans le bipartisme vieillot qui a nui à la vitalité du Québec, au cours des dernières décennies. Il faudra que les deux “vieux partis” prouvent qu’ils ont compris que leur réflexe de tout refiler sur la carte de crédit du gouvernement (la dette) ou encore la fausse solution des PPP ne passe pas — il faut changer les façons de faire, de fond en comble.

Les électeurs de Montréal et du reste du Québec ont préféré les Libéraux et les Péquistes mais les votes adéquistes devraient leur rappeler que s’ils ne sont pas -vraiment- au service des familles et des citoyens de la classe moyenne et pauvre, ils pourraient à nouveau payer cher leur manque d’écoute, aux prochaines élections mais comme ce ne sera vraisemblablement que dans quatre (4) ou cinq (5) ans, on a le temps de voir Monique Jérôme-Forget nous endetter de plusieurs dizaines de milliards tout en refilant tous nos projets publics payants… aux mains du secteur privé où l’on retrouve -beaucoup- de sympathisants libéraux.

Autrement dit, les Québécois ont voulu une majorité libérale et ils l’ont eu, avec tout ce que ça comporte de rassurant… et d’inquiétant.

Voici les résultats du scrutin du 8 décembre 2008…

  • Parti libéral du Québec — 66 sièges
  • Parti québécois — 51
  • Action démocratique du Québec — 7
  • Québec solidaire — 1

Le Parti vert a présenté des candidats mais aucun d’entre eux n’avait de réelles chances de se faire élire.

Si l’on compare ces résultats avec la répartition des sièges à l’Assemblée nationale, avant la dissolution de la Chambre (en novembre 2008), par Jean Charest

  • Parti libéral du Québec — 48 sièges
  • Parti québécois — 36
  • Action démocratique du Québec — 39
  • Québec solidaire — 0

…on voit à quel point les victoires du PLQ et du PQ sont éclatantes et à quel point, inversement, l’effondrement de l’ADQ donne le vertige.

Précisons que l’ADQ comptait 41 députés (et non 39) au lendemain du scrutin du 26 mars 2007 mais 2 transfuges adéquistes étaient récemment passés chez les Libéraux, soit André Riedl, ex-député de Saint-Jean d‘Iberville et Pierre Michel Auger, ex-député de Champlain.

Le sort a voulu que les deux transfuges adéquistes ont perdu, hier. André Riedl a perdu contre sa rivale péquiste Marie Bouillé et Pierre-Michel Auger a également perdu sa circonscription devant son opposante péquiste, Noëlla Champagne. Ouch!

Disons que ça donne une idée de ce que les électeurs pensent des transfuges!

On parle aussi de la victoire d’Amir Khadir, de Québec solidaire, dans Mercier qui, avec 8,861 voix, a dépassé son adversaire péquiste, Daniel Turp, qui n’avait que 7,989 voix malgré une machine électorale beaucoup mieux financée. C’est dire qu’il y a encore de la place pour de nouvelles idées, au Québec.

À partir d’aujourd’hui, les partis politiques doivent se concentrer sur la crise économique et l’importance de placer le Québec en position favorable malgré les présages sombres que certaines économistes d’ici et d’ailleurs nous annoncent.

On peut penser que l’ADQ a quatre ou cinq ans pour se rebâtir alors il n’y a aucun avantage à prendre des décisions précipitées — en fait, s’ils jouent bien leurs cartes, ils peuvent penser regagner la faveur de l’électorat “autonomiste” mais on ne peut s’empêcher de penser que leur victoire de 2007 dépendait surtout de la présence d’André Boisclair, le pire chef péquiste de l’histoire de ce parti, au lieu de Pauline Marois, à la tête du PQ.

Nous aimerions féliciter les candidats qui se sont présentés à ces dernières élections, qu’ils aient gagné ou non. Les électeurs ont fait leur choix mais pour affronter la crise financière, nous aurons besoin de tout le monde… et nous devrons nous serrer les coudes!

Tags: élections 2008, élections provinciales, victoire du plq, victoire libérale, victoire du pq, victoire péquiste, libéraux majoritaires, parti québécois, opposition officielle, assemblée nationale, députés, scrutin du 8 décembre 2008, défaite de l’adq, transfuges adéquistes, jean charest, monique jérôme-forget, crise financière, endettement, ppp

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.