C’est le dimanche 12 juin 2016 que le monde entier a entendu parler de la tuerie dans un bar gai d’Orlando et les autorités ont qualifié le geste d’acte de terrorisme intérieur qui devient la fusillade la plus meurtrière des États-Unis.

En plein week-end, les gens ont compris qu’une épouvantable tuerie venait d’avoir lieu à quelques kilomètres de Disney World, en Floride, dans un bar gai qui accueillait environ 300 fêtards.

Au fils des nouvelles, on apprenait qu’une cinquantaine de personnes étaient mortes de leurs blessures par balle, tirées par Omar Mateen, un islamiste vraisemblablement radicalisé qui était équipé d’un fusil mitrailleur de calibre militaire, équipé d’un chargeur de 30 balles, assez pour faire beaucoup de victimes, surtout dans un endroit clos comme une discothèque.

Au début, les fêtards ont cru que les coups de feu faisaient parti des effets spéciaux du DJ mais lorsqu’ils ont vu les gens tomber, près d’eux, là, c’était clair qu’ils étaient sous attaque et qu’ils devaient fuir, pour sauver leur vie.

temoins-sous-le-choc-de-la-fusillade-a-orlando

Vers 2 h, heure locale, la discothèque Pulse Orlando a publié un message sur sa page Facebook: “Sortez tous et courez!”.

Selon le FBI, un homme avait ouvert le feu dans la discothèque. Un policier qui travaillait comme agent de sécurité à l’établissement a alors échangé des tirs avec Omar Mateen.

Vers 5h, le groupe d’intervention tactique (SWAT) a finalement décidé de donner l’assaut puisque le tireur tenait un nombre indéterminé d’otages. La police a également mentionné avoir procédé à une “explosion contrôlée” devant le club détourner l’attention du tireur et ainsi secourir les personnes à l’intérieur.

Omar Mateen, le tireur, a été tué vers 6 h.

Il avait un permis de port d’arme pour son fusil d’assaut AR-15, acheté 2 jours plus tôt.

licence-de-port-d-arme-pour-omar-mateen

Les autorités ont annoncé avoir identifié 48 des 49 victimes.

Ce que l’on sait:

  • La tuerie a fait 49 morts et 53 blessés, selon les autorités.
  • L’auteur de la fusillade est Omar Seddique Mateen, citoyen américain d’origine afghane de 29 ans. Les autorités ont confirmé sa mort vers 6 h.
  • Le tireur a téléphoné au 911 pour déclarer son allégeance au groupe armé État islamique quelques minutes après le début de la fusillade. L’EI aurait pour sa part revendiqué la responsabilité de la tuerie.

Religion?

Même si la famille d’Omar Mateen assure que cette fusillade n’a rien à voir avec la religion.  Il a expliqué à la chaîne NBC que son fils était récemment devenu furieux en voyant deux hommes s’embrasser devant sa femme et son fils de 3 ans. Il a dit “Nous n’étions au courant de rien. Nous sommes choqués comme tout le pays”, après avoir présenté ses excuses au nom de sa famille.

Né en 1986 à New York, Omar Mateen travaillait comme agent pour une entreprise de services de sécurité. Dans une entrevue au Washington Post,  son ex-épouse affirme qu’il est un homme instable et violent, qui la battait régulièrement.

omar-mateen-sur-twitter

Ça explique en partie ce qui a pu motiver Omar Mateen à mener à terme sa fusillade et par la suite, sa prise d’otages mais des enquêteurs du FBI tentent encore de comprendre ce qui a pu motiver ce terroriste à passer à l’acte.

Réactions

Le président américain Barack Obama a préféré blâmer la haine exprimée par Omar Mateen que le fait qu’il adhérait à certains préceptes homophobes émanant de l’islamisme radical.

president-ameericain-barack-obama-apres-la-fusillade-a-orlando

Même chose du côté de Justin Trudeau ou Philippe Couillard.

En fait, aucun politicien occidental ne semble vouloir dénoncer l’islamisme radical. À part le candidat républicain Donald Trump qui, pour sa part, n’a pas hésité à dénoncer l’aveuglement volontaire de Barack Obama devant ce geste de terrorisme domestique, dont se réclame l’État islamique.

tweet-de-donald-trump-apres-la-fusillade-a-orlando

Le public a toutes les raisons d’être horrifié par cet assault contre des civils, au cœur de l’Amérique.

Ce qui est arrivé à Orlando pourrait arriver ailleurs, si rien n’est fait pour stopper l’idéologie toxique de ceux qui s’en prennent aux libertés occidentales de vivre selon nos choix et non ceux d’une divinité quelconque.

Il y a une importante réflexion à faire à propos de nos choix collectifs et ce qui doit être protégé, dans notre société, aussi bien aux États-Unis qu’au Canada puisque nos deux pays sont menacés par la montée de l’islamisme radical.

Encore sous le choc, les gens essaient de comprendre les motivations du tueur et les impacts de son geste, dans notre vie mais il faut éviter de se définir par cet acte de terreur.

Nous avons tout à gagner à se construire, partout en occident et aussi, ailleurs dans le monde, selon nos valeurs les plus fidèles à nos idéaux de liberté.

Shares