Stéfanie Trudeau n’a pas sa place à la police de quartier du SPVM

L’agente Stéfanie Trudeau du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) qui porte le matricule 728 a causé un tort incalculable à l’image de la police. Pas juste de la police à Montréal mais à “LA” police, en général.

En tant que contribuable québécois —qui paie une partie du salaire de Mme Trudeau, qui reçoit TOUJOURS son salaire au moment de publier cet article— je me sens profondément trahi.

Je me sens trahi par Stéfanie Trudeau qui n’a pas fait preuve de bon jugement dans plusieurs situations clé où elle aurait dû “protéger et servir” plutôt que d’agresser, humilier et blesser des citoyens qui ne méritaient pas le “traitement Trudeau” empreint de haine et de réelle méchanceté.

Un policier —à Montréal ou ailleurs— doit représenter les citoyens de la manière la plus noble possible en faisant preuve de jugement et d’un sens moral beaucoup plus élevé que la moyenne.

À l’évidence, l’agente Stéfanie Trudeau doit faire un sérieux examen de conscience et à la conclusion de celui-ci, considérer de quitter la police (avant qu’elle ne soit renvoyée) pour aller occuper un autre emploi où son comportement probablement pathologique ne posera pas de problème.

Je me sens aussi trahi par ses collègues du SPVM qui l’ont côtoyé et n’ont RIEN DIT pour dénoncer ses agissements.

Et que dire de ses supérieurs GRASSEMENT PAYÉS au SPVM qui ont carrément FERMÉ LES YEUX sur ses agissements dénoncés dans les médias sociaux. En tolérant ce genre de comportement INACCEPTABLE, ils ont TRAHI tous les Québécois qui PAIENT LEUR SALAIRE.

La trahisons suprême vient cependant du ministre de la Sécurité publique de l’époque, Robert Dutil (qui a été en poste du 11 août 2010 au 19 septembre 2012) qui a TACITEMENT CAUTIONNÉ les actes de Stéfanie Trudeau qui était déjà largement dénoncée dans les médias sociaux et donc, visibles même depuis la “tour d’ivoire” du ministre Dutil.

Depuis le 20 septembre 2012, c’est le nouveau ministre péquiste de la sécurité publique du Québec, Stéphane Bergeron qui est assis sur ses mains puisque la policière Trudeau continue de recevoir son salaire de policière et peut filer la belle vie en barbant tous ceux qu’elle a écorché, dans le cadre de ses actions documentées et dénoncées.

Voici d’ailleurs un retour sur quelques-unes des frasques les plus médiatisées de l’agente 728:

Ça n’a aucun sens que Stéfanie Trudeau ait pu devenir policière, à la base.

Elle démontre des comportements violents et excessifs et ce, de manière répétée. Quel supérieur a été assez bête pour laisser passer autant d’excès? Il faut se poser la question parce que vu le manque évident de rigueur à la sélection, il est probable qu’il y ait d’autres pommes pourries au SPVM… et dans les autres corps de police.

Mais la question demeure: qui a embauché Stéfanie Trudeau, au SPVM?

Pour une police de quartier, de surcroit!

En raison de l’ensemble de frasques de Stéphanie Trudeau, la société n’a pas à offrir de “parachute doré” à celle-ci. Ça vous tente de payer pour qu’elle se coule la “dolce vita” pendant des décennies, à vos frais? Posez-vous la question parce que c’est vers ça que ça semble s’enligner…

Le syndicat des policiers du SPVM fait fausse route en la défendant ou du moins, en refusant de condamner ses gestes.

Elle n’a peut-être (et j’insiste sur le “peut-être” parce qu’il y a plein de choses qui “sortent” quotidiennement sur l’historique trouble de l’agente 728 alors on ne sait pas trop à quoi s’attendre, au final) pas causé “mort d’homme” mais elle a commis des fautes graves et à vue de nez, des crimes contre des citoyens.

Stéfanie Trudeau donne l’impression que la police agit comme une vilaine dictature.

C’est grave. Si personne ne surveille la police, des aberrations comme le matricule 728 émerge et explose dans les médias sociaux. Bravo aux médias qui dénoncent le comportement de l’agente Trudeau mais à bien des égards, c’est trop peu, trop tard… avec des actions PEU CONVAINCANTES du SPVM pour protéger la population de cette agente qui, à l’évidence, n’apprends pas de ses “erreurs”.

La police a beaucoup de pouvoir et si des individus comme l’agent Trudeau on le “droit” de tout faire comme ils l’entendent, la société québécoise est en danger. Rien de moins.

Combien de citoyens, de parents, d’enfants ont vu leur vie BRISÉE pour toujours grâce au concours d’agents comme Stéfanie Trudeau qui ne protège PAS les citoyens mais préfère leur faire du mal? Il faut se poser la question et à la lumière de ce qu’on a découvert sur le matricule 728, il faudrait profiter de cette fenêtre d’opportunité pour sortir les “pourritures” de la police et ne garder que ceux qui comprennent l’importance de leur rôle, en société.

Pourquoi vouloir une police fait usage d’un bon jugement? Parce que c’est absolument ESSENTIEL et qu’en plus, c’est NOUS qui payons 100% de leur salaire.

Clémence envers Stéfanie Trudeau? Euh, non. Genre, totalement NON pour toujours. Le mieux pour elle sera de trouver un nouvel emploi pendant que nous attendrons la sortie du ministre Bergeron qui devrait se dépêcher à faire un grand ménage dans les rangs de la police.

La population québécoise mérite beaucoup mieux que la matricule 728…

Un commentaire

  • Je déteste aussi ce genre de comportement, mais si elle vit un épuisement professionnel elle a droit aux mêmes soins que n’importe quel travailleur au bout de son rouleau. Ayons un peu de compassion pour l’être humain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.