Philippe Couillard et son compte dans un paradis fiscal

En pleine campagne électorale provinciale, le chef libéral Philippe Couillard devra trouver le moyen de conjuguer transparence et usage d’un paradis fiscal.

En effet, durant son exil en Arabie Saoudite, le docteur Couillard a travaillé en tant que neurochirurgien et il aurait placé une partie de ses gain dans un compte bancaire situé sur l’Île de Jersey qui était, jusqu’à tout récemment, nommée sur la liste noire des paradis fiscaux (ajoutée en août 2013, retirée en janvier 2014).


Drapeau de l'Arabie Saoudite où le docteur Couillard a pratiqué le métier de neurochirurgien.
Drapeau de l’Arabie Saoudite où le docteur Couillard a pratiqué le métier de neurochirurgien.

Projection orthographique de la localisation de l'Arabie Saoudite, au Moyen-Orient.
Projection orthographique de la localisation de l’Arabie Saoudite, au Moyen-Orient.

Drapeau de l'Île de Jersey, un paradis fiscal où Philippe Couillard a placé 600,000$, de 1992 à 2000.
Drapeau de l’Île de Jersey, un paradis fiscal où Philippe Couillard a placé 600,000$, de 1992 à 2000.

Photo de la Baie de St-Brelade à l'Île de Jersey, située entre le Nord de la France et le Sud de la Grande-Bretagne.
Photo de la Baie de St-Brelade à l’Île de Jersey, située entre le Nord de la France et le Sud de la Grande-Bretagne.

Philippe Couillard qui est aujourd'hui le chef du Parti libéral du Québec et qui ne pratique plus la neurochirurgie.
Philippe Couillard qui est aujourd’hui le chef du Parti libéral du Québec et qui ne pratique plus la neurochirurgie.

À l'époque où le docteur Couillard travaillait en Arabie Saoudite, il avait rompu TOUS ses liens avec le Canada ce mais lorsqu'il est revenu, il a fait une déclaration volontaire concernant son compte dans un paradis fiscal et n'a alors payé de l'impôt que sur les intérêts engendrés, ce qui était légal.
À l’époque où le docteur Couillard travaillait en Arabie Saoudite, il avait rompu TOUS ses liens avec le Canada ce mais lorsqu’il est revenu, il a fait une déclaration volontaire concernant son compte dans un paradis fiscal et n’a alors payé de l’impôt que sur les intérêts engendrés, ce qui était légal.

Le docteur Couillard a ensuite rapatrié les 600,000$ (on suppose que c’est en devise canadienne) qu’il avait placé dans une banque canadienne faisant des affaires sur l’Île de Jersey (ce serait le Trust Royal mais ce n’est pas encore confirmé) de 1992 à 2000. Il n’a alors payé de l’impôt, au Canada que sur les intérêts engendrés par cette somme. Comme il avait rompu tous ses liens avec le Canada durant son départ en Arabie Saoudite, il s’agissait d’opérations légales.

Répétons qu’il s’agit d’une approche LÉGALE et qu’à moins d’une preuve du contraire, Philippe Couillard n’a RIEN fait d’illégal. Dans ses mots, voici ce qu’il a déclaré à Radio-Canada:

“En Arabie, comme tous les gens qui sont là, j’étais un non-résident. Donc, j’ai placé mes avoirs à l’époque dans une banque à l’étranger et quand je suis revenu, j’ai rapatrié ça chez nous”.

Pas de quoi fouetter un chat, dirons les uns mais il n’y a pas encore consensus sur la question.

Disons que même si tout ça était légal, il y a encore beaucoup de questions en suspens.

Par exemple, les chiffres semblent un peu bas. On parle de 600,000$ pendant 8 ans d’épargne mais est-ce réaliste?

Au Québec, un neurochirurgien gagne u peu plus de 400,000$ par année. Disons qu’on enlève 50% pour les impôts et autre retenues, on arrive quand même à 200,000$ par année. On peut penser que le docteur Couillard gagnait plus en Arabie Saoudite et comme il y conseillait le ministre de la santé du pays, il devait avoir une compensation annuelle de 500,000$ ou plus. C’est un chiffre comme un autre alors que la transparence de Philippe Couillard ne va pas jusqu’à nous dire combien il a gagné, à l’étranger.

Si c’était un demi-million de dollars par année qui était versé à M. Couillard, ça voudrait dire qu’il aurait gagné environ 4 millions de dollars, en 8 ans. Disons qu’il avait des charges diverses, en Arabie Saoudite, disons qu’il aurait reçu, au final, “seulement” 2 millions de dollars… c’est donc un peu plus de 25% de la somme qu’il aurait envoyé à son compte dans le paradis fiscal de l’Île de Jersey.

Le chiffre de 600,000$ dans le compte de l’Île de Jersey semble donc plutôt réaliste mais dans un contexte où l’on ne sait à peu près rien de ses revenus réels, en Arabie Saoudite, ça demeure de la spéculation.

Bon, voilà le côté monétaire mais qu’en est-il du travail accompli par le docteur Couillard?

Allait-il en Arabie Saoudite pour pratiquer le métier de neurochirurgien ou pour conseiller le ministre de la santé du pays? Une charge a-t-elle menée à l’autre, au fil du temps? Y allait-il pour s’occuper des deux charges, simultanément?

Qui plus est, allait-il en Arabie Saoudite en tant que médecin ou en tant que conseiller politique pour la famille royale saoudienne?

On peut également si pour Philippe Couillard, l’argent a plus de valeur que l’éthique parce que l’Arabie Saoudite a la réputation d’être un régime totalitaire particulièrement cruel et brutal. À quel point Philippe Couillard adhérait-il à la vision du monde de la famille royale saoudienne? Cette famille n’étant pas reconnue pour tolérer les opinions contraires aux siennes, on peut se demander si le docteur Couillard a pu y livrer le fond de sa pensée sur les institutions démocratiques ou s’il s’est contenté d’accepter l’état des choses, le temps d’encaisser les généreuses compensations, pour son travail?

On peut se demander si Philippe Couillard va avoir le temps de faire la lumière sur tous ces volets de sa présence en Arabie Saoudite, surtout que le scrutin a lieu dans une dizaine de jours, le 7 avril 2014.

Les électeurs devront se demander si le fait que Philippe Couillard a…

  • Travaillé en Arabie Saoudite en coupant TOUS ses liens avec le Canada;
  • Gagné un montant d’argent dont la somme n’a PAS été dévoilée (au moment où il prône la transparence, en tant que chef du Parti libéral);
  • Placé une partie de ses gains dans un paradis fiscal; et
  • Appelé à la transparence de tous les chefs de parti mais n’a pas tout révélé à propos de son passé en Arabie Saoudite.

…change leur idée à propos du personnage.

Est-ce que Philippe Couillard tente de laver plus blanc que blanc alors que son propre passé soulève des interrogations auxquelles il refuse (jusqu’à présent) de répondre?

Les Québécois sont-ils à l’aise avec un potentiel chef d’État qui a fait usage d’un paradis fiscal (légalement, répétons-le)?

C’est Philippe Couillard lui-même qui a demandé à faire du portrait financier de chacun des chefs de parti un des enjeux de la présente campagne électorale alors, à priori, on peut penser qu’il n’a rien à se reprocher s’il insiste tant pour tout dévoiler sur la place publique. Pas vrai?

Et bien, le problème, c’est justement ça. Il ne dévoile pas tout… et ses adversaires politiques ne se gêneront pas pour le lui rappeler.

Évidemment, tout le monde ne voit pas les choses de la même façon.

Il y a ceux qui veulent une grande transparence et d’autres qui préfèrent que la vie privée des gens le reste, même s’ils sont en politique. À quelques jours du vote, les électeurs québécois auront à choisir si la transparence des chefs de parti à propos de leur passé recèle assez d’importance pour influencer leur vote.

brigitte-alepin

D’après la fiscaliste Brigitte Alepin, Philippe Couillard “pouvait effectivement déposer son argent dans toutes les institutions financières de la Terre” mais “s’il a choisi Jersey, c’est pour les attraits que ça lui apportait et le principal attrait que ça lui apporte à Jersey, surtout à cette époque-là, c’est le secret bancaire”. Comme le secret bancaire était absolu à Jersey à cette époque, il est impossible de vérifier si le montant qui a transité dans ce compte était bien de 600,000$ mais il n’existe aucune raison d’en douter.

Il faut cependant féliciter le Dr Couillard d’avoir rapatrié la somme de 600,000$ au Canada, à son retour ici. Plusieurs détenteurs de comptes dans des paradis fiscaux ne le font jamais.

Il appartient donc à chacun de se faire leur propre idée sur la croisade pour la transparence de M. Couillard ainsi que son passé, notamment en Arabie Saoudite.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.