Pas de réponse suite au dépôt de votre candidature

Lorsque vous cherchez un emploi, vous vivez nécessairement un moment particulier où il faut savoir se présenter sous son meilleur jour.

Plus qu’à l’habitude, il faut surveiller son parlé, son langage corporel, son habillement et sa présentation générale. Du curriculum vitæ envoyé en réponse à une offre d’emploi jusqu’à l’entrevue, en passant par les courriels et les appels de suivi, tout doit être parfait!

Pourquoi doit-on se tenir continuellement sur son 36?

Parce que les autres, ceux qui veulent le même emploi que nous, pourraient, eux, faire une meilleur impression que la nôtre et ça, c’est inadmissible (dans la mesure où l’on veut vraiment un emploi).

Alors qu’arrive-t-il lorsqu’après avoir donné tout ce qu’il avait pour obtenir un emploi, le candidat ne reçoit pas de nouvelles, de l’employeur? Sérieusement, comment se sent-il lorsqu’après avoir envoyé son curriculum vitœ (ou après avoir complété les formulaires), aucun suivi n’a lieu?

À part le petit courriel du type “nous avons reçu votre candidature”, la quasi totalité des dépôts de candidatures en ligne n’obtiennent aucun suivi.

preparer-son-cv-l-envoyer-mais-ne-jamais-recevoir-dereponse

Par politesse, le postulant attent 1 semaine puis, il envoie un courriel de suivi… toujours aucune réponse (à part peut-être une autre réponse automatisée).

Pour ne pas paraître trop pressé ou insistant, le postulant attend une autre semaine et là, à la deuxième semaine, conscient que son courriel n’a jamais été répondu, c’est un appel de suivi qui est placé mais le responsable des ressources humaines n’y est pas (évidemment) alors il faut laisser un message. Ça sort plutôt nerveusement et à l’intérieur, ce postulant rage parce qu’il se doute bien que là non-plus, il n’y a aucun espoir d’obtenir une réponse.

Comme de fait, à la 3e semaine, toujours aucune rétroaction en provenance de l’employeur alors au risque de paraître impoli, le postulant envoie un 2e courriel et laisse un 2e message.

Pas de réponse.

C’est peine perdue.

La très grande majorité des employeurs (au-delà de 90%) ne répondent JAMAIS aux postulants qui ne sont pas retenus, pour l’emploi qu’ils cherchent à combler.

C’est très frustrant pour ces centaines ou milliers de postulants qui aimeraient bien passer à autre chose mais qui ne le peuvent tout simplement pas parce qu’ils s’accrochent à l’espoir qu’ils peuvent encore obtenir cet emploi qu’ils veulent tant.

C’est horrible, quand on y pense, que les postulants soient aussi peu considérés par l’employeur, lorsqu’ils ne sont pas choisis pour la ronde des entrevues.

Et ces postulants qui ont manifesté tant d’intérêt pour une entreprise qui n’a même pas eu le cœur de leur répondre seront tentés, en retour, de servir le même traitement à l’employeur. En effet, plusieurs de ces postulants resteront avec une très mauvaise perception de l’entreprise et ne se gêneront pas pour dire à tous ceux qu’ils connaissent quel genre de traitement ils réservent aux travailleurs qui y déposent leur candidature. Du moins, ceux qui ne sont pas choisis pour la ronde d’entrevue.

À leur défense, les responsables des ressources humaines et les recruteurs expliqueront qu’ils ont trop de travail pour assurer un suivi à chaque postulant mais ne serait-il pas possible d’envoyer, au minimum, un petit message à tous ceux qui ont postulé que le poste a été comblé?

Même si ça vient tard, au moins, les postulants savent qu’il n’y a plus aucune chance d’obtenir l’emploi et que ça ne sert à rien de tenter une énième relance.

Certains employeurs diront que le postulant n’a qu’à considérer le poste comblé après 3 semaines de la date de publication mais c’est absurde d’assumer que des délais arbitraires de ce genre pourront s’appliquer universellement à tous les emplois.

Chaque emploi a son délais particulier pour l’embauche et le postulant n’est pas en possession de ces renseignements alors même s’il n’a pas reçu de réponse, il continue à tenter sa chance à coups de suivis électroniques ou téléphoniques.

C’est d’une tristesse…

Pas surprenant qu’autant de chercheurs d’emploi perdent une partie de leur motivation, lorsqu’ils tentent de se faire remarquer par un recruteur!

Imaginez si vous aviez envoyé quelques centaines de curriculums vitæ, dans votre domaine, dans votre région, sans que personne ne vous réponde. Même pas pour vous dire “non”! Vous vivriez la même frustration que les autres.

C’est normal qu’un emploi plus complexe nécessite plus de travail, de la part du recruteur, pour trouver la bonne personne mais là, on sent qu’il y a beaucoup d’arbitraire dans le processus de sélection et pour plusieurs, ce type de sélection via des critères semi-automatisés ou automatisés fait que d’excellents candidats n’ont aucun chance alors que d’autres, probablement associés aux bons “mots clé”, sont choisis sans nécessairement être les meilleurs.

Autrement dit, la technologie permet de faire de bons choix, parfois et de mauvais choix, autrement.

Mais pour le postulant qui ne reçoit jamais de réponse, il n’a rien d’autre que sa propre volonté à continuer à chercher un emploi pour s’accrocher et continuer.

Trouver un bon emploi, au Québec, c’est tout un défi.

Plus vous êtes vieux, plus vous avez des engagements (famille, personne à charge, etc.) et plus vous exigez de bonnes conditions de travail (incluant la rémunération et le plan de compensation), plus vos chances de trouver un bon travail rétrécissent, comme une peau de chagrin.

Tenez-vous pour dit que vous devrez probablement vous résigner à ne plus jamais recevoir de réponses d’employeurs, à part pour LA FOIS où votre nom aura été retenu pour une entrevue.

Vous devrez aussi considérer un emploi avec moins d’avantages que vous ne l’aviez imaginé car lorsque (par exemple) 1,400 candidats crédibles postulent pour un emploi de comptable, au centre-ville de Montréal, il y a de bonnes chances que l’employeur en profite pour faire “une bonne affaire” en payant (beaucoup) moins cher pour… le même travail. Oui, quelqu’un finira par accepter ce petit salaire parce qu’il devra payer son loyer.

En ce sens, l’internet permet aux employeurs d’être assurés d’un flot continu de belles candidatures qui sont graduellement prêtes à sacrifier une bonne part de leurs attentes salariales pour… avoir un emploi.

Dans ce contexte, le fait de ne pas recevoir de réponse des employeurs où les postulants ont manifesté leur intérêt, avec candeur et espoir, semble être une marque de non-respect… au moins en partie. Ne serait-ce qu’au niveau des apparences où l’employeur n’est même pas prêt à mettre quelques sous pour “fermer la boucle” une fois l’embauche réalisée.

Il faut cependant garder espoir que grâce à la technologie, quelqu’un finira bien par trouver un moyen facile pour permettre aux employeurs de prévenir les postulants qui n’auront pas été choisis qu’ils ne le seront… jamais.

Et si ça n’arrive pas, il faudra continuer à encourager ceux, autour de nous, qui se cherchent un nouvel emploi pour qu’ils gardent le moral, malgré toutes ces raisons qu’ils auraient de vouloir baisser les bras.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.