Le point sur la langue française

Parler de la langue, au Québec, c’est parler d’un sujet délicat.

philippe-couillard-2013Lors du 2e débat des chefs des principaux partis politiques, au milieu de la campagne électorale provinciale 2014, Philippe Couillard l’a appris à ses dépens en déclarant que “Même dans les petites PME, on demande que les gens soient capables de parler aux clients qui s’expriment en anglais” — oui, il a vraiment dit ça!

Bien des Québécois ont réagi à cette déclaration, incluant  le syndicaliste et professeur Gérald Larose qui a répondu “M. Couillard est passé par-dessus cette lutte. Il n’a pas de point de repère dans ce qu’on a entendu hier de ce qu’est le Québec. Et on a une langue commune. Ça m’a soufflé quand je l’ai entendu dans le débat. Le français recule. S’il n’y a pas une extraordinaire vigilance et une volonté politique pour promouvoir le français, on est fait.” et de nombreux Québécois pensent comme lui.

gerald-larose

Avec tous les accrochages linguistiques qui ont lieu, quotidiennement, à Montréal, ce n’est pas une bonne idée, pour Philippe Couillard, de se faire le défenseur de l’anglais, au Québec.

Mais…

On comprend qu’il a utilisé une formulation douteuse pour expliquer l’importance du bilinguisme.

Pourquoi?

Parce que si on veut un Québec ouvert sur les touristes du monde entier, on doit maîtriser l’anglais (et d’autres langues) pour s’y réaliser, pleinement.

Même chose si on veut un Québec exportateur qui vend son génie à travers le monde, à commencer par les provinces voisines et les États-Unis où, comme on le sait, ça parle en anglais.

On pourrait même aller plus loin en rappelant que le Québec doit éviter de s’isoler dans le bloc nord-américain et pour s’y faire voir, il faut généralement maîtriser l’anglais. C’est une évidence qu’aucun politicien n’a besoin de rappeler car… c’est une évidence!

philippe-couillard-2014

Philippe Couillard dit croire en l’application de la Loi 101 qui protège le français. Les gens sont libres de le croire lorsqu’il dit ça mais il semble sincère.

Son intention semble d’encourager les francophones à parler français ET anglais tout comme les anglophones qui devraient se faire un point d’honneur de maîtriser le français, en plus de l’anglais. Même principe pour les allophones qui devraient prendre fierté à parler plusieurs langues, incluant le français.

Pour les entreprises d’ici qui voient grand, une main-d’œuvre bilingue peut faire toute la différence.

Alors que la campagne électorale provinciale 2014 tire à sa fin, cet incident sur la langue nous rappelle à quel point les Québécois tiennent à leur “fait français en Amérique” et ils ont bien raison… mais il faut quand même se réjouir de notre bilinguisme au moment où l’on veut continuer à croitre, sur la scène mondiale.

Pour terminer, le micro se tourne vers vous. Croyez-vous que Philippe Couillard est vraiment sincère lorsqu’il dit croire en l’importance de la Loi 101?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.