L’arrogance de la Cour suprême contre les victimes des implants mamaires

C’est maintenant officiel, après un long combat, la Cour suprême du Canada rejette la demande de milliers de Canadiennes rendues malades par des défectuosités de leurs implants mammaires d’intenter une poursuite pour négligence contre Santé Canada.

On peut voir, dans ce jugement sans appel, un bras du gouvernement qui protège les intérêts de l’autre bras. La Cour suprême n’a d’ailleurs fourni AUCUNE EXPLICATION pour justifier sa décision.

Faute d’être “transparent”, ce processus a cependant coûté une petite fortune à tous les contribuables canadiens.

L’administration de la justice, même si elle se fait derrière de lourde portes closes ne manque pas une occasion de venir vider nos poches pour financer leurs “travaux” qui débouchent sur des “oui” ou des “non”, sans autre explication.

Quelques 30,000 femmes soutiennent que le ministère a lamentablement échoué à son devoir de tester les implants, de les interdire ou encore, d’ordonner des rappels.

L’avocat torontois qui représente les plaignantes, Kirk Bært, déplore que ce femmes aient été abandonnées tant par les manufacturiers d’implants que par les instances publiques de santé, au Canada.

Rappelons que les prothèses mammaires fabriquées par Dow Corning ont été implantes chez les clientes de 1969 à 1992 et ce, même si des études ont démontré qu’elles étaient susceptibles de se rompre.

Encore une fois, la “justice” a donné préséance à l’incompétence d’une poignée de fonctionnaires qui ont préféré se mettre la tête dans le sable plutôt que de protéger les Canadiennes.

Enfin bref, à vous de “juger”…

Tags: implants mammaires, santé des femmes, santé canada, cour suprême, jugement, rejet de demande, poursuite, justice, avocat, toronto, canada, droit, dow corning, manufacturiers d’implants, femmes, canadiennes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.