Israël a (enfin) retiré ses troupes

Les résidents palestiniens de la bande de Gaza peuvent souffler un peu… pour l’instant.

Hier, l’armée israélienne a annoncé que toutes ses troupes ont maintenant été retirées de la bande de Gaza, trois jours après que Tel-Aviv eut annoncé un cessez-le-feu unilatéral.

22_jours_de_guerre_a_gaza

Cependant, signe inéluctable que cette crise n’est absolument pas réglée, les soldats demeurent massés à la frontière entre Israël et l’enclave palestinienne “pour répondre à toute éventualité”, a indiqué un porte-parole l’armée israélienne.

Rappelons que des milliers de soldats ont été déployés dans la bande de Gaza à compter du 27 décembre 2008 et ce, dans le cadre d’une offensive de 22 jours destinée à mettre fin aux attaques à la roquette sur des villes de l’extrême-Sud d’Israël ainsi qu’à la contrebande d’armes entrant via la frontière avec l’Égypte (pourtant contrôlée par Israël).

Le conflit a entraîné la mort d’au moins 1,300 Palestiniens, dont une majorité des civils, selon ce qu’ont rapporté les autorités médicales palestiniennes et l’Organisation des Nations unies. Pour sa part, Israël a déploré le mort de 13 personnes, dont 10 soldats. Chaque mort est un mort de trop mais il importe de dire qu’Israël a tué 100 fois plus d’ennemis qu’il n’a subi de perte — d’où la totale démesure de son intervention lourdement militarisée.

Les grands médias passent désormais sous silence les quelques 5,000 blessés graves qui continuent d’affluer dans les hôpitaux de la bande de Gaza, comme pour aider Israël à se donner bonne conscience d’avoir massacré son voisin du Sud qu’elle garde, dans un état de terreur constante dans un lieu qui ressemble d’avantage à un camp de réfugiés qu’à une ville.

Sans grande surprise, la situation humanitaire demeure catastrophique dans la bande de Gaza. Des pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments sont rapportées. Plusieurs milliers de Palestiniens sont sans-abri et d’autres doivent vivre sans électricité.

Pour les adultes palestiniens (bien portants), cette guerre est épouvantable mais pour les enfants, c’est carrément l’horreur.

On a pu voir des centaines de photos de bébés et d’enfants blessés gravement ou morts après s’être trouvé dans la ligne de mire des militaires de carrière de l’État d’Israël qui ont tué sans broncher ce qu’ils ont lâchement qualifié d’ennemi — juste à titre de rappel, qu’importe sa nationalité, un bébé de 6 mois n’est JAMAIS un “ennemi”. Il semble que ce concept pourtant élémentaire échappe totalement aux meurtriers israéliens qui ont utilisé des hélicoptères et des avions de combat pour vaporiser des écoles de l’ONU où des ENFANTS avaient pris refuge.

Il y a une limite à protéger aveuglément “le droit d’Israël de se défendre”.

Ce qu’Israël a fait —et continue de faire, explicitement et implicitement— tient de l’attaque sauvage et sanguinaire. Ehud Olmert n’a RIEN à envier à Hitler. La bande de Gaza est maintenue dans un état de chaos perpétuel par l’État d’Israël qui dispose alors, entre autres choses, d’esclaves économiques (et physiques, à toutes fins pratiques) pour prendre tous les sales boulots, à des salaires minables, dans le Sud de “son” État. Ca-tching-tching $$$…

Il fallait voir Ehud Olmert parler avec fierté de “son” intervention à Gaza, en bombant le torse, en riant et en souriant à toutes les caméras fixées sur lui. Tuer des civils ne devrait jamais être une cause de réjouissances mais, comme Hitler et les autres grands meurtriers (incluant ceux du Hamas), il prend plaisir à voir mourir ceux qu’il considère être ses “ennemis”.

Voyons un peu ce qui se passe “sur le terrain”…

  • Est-ce qu’Israël a respecté ses (insignifiantes) trèves de 3 heures pour laisser les Gazaouis reprendre leur souffle? Non.
  • Est-ce qu’Israël a ouvert ses postes frontaliers (pires que ceux de l’ancien Mur de Berlin, en passant) pour laisser passer les petits enfants gravement blessés qui avaient besoin d’aide? Non.
  • Est-ce qu’Israël a proposé de payer pour rebâtir les écoles de l’ONU que son armée a détruites? Non.
  • Est-ce qu’Israël a versé au moins (au gros minimum) 2MM$US pour couvrir le coût de reconstruction de certaines infrastructures non-militaires (comme les écoles et les hôpitaux) que son armée a détruites? Non.
  • Est-ce qu’Israël a décidé de lever son BLOCUS TOTAL du commerce entre la bande de Gaza et le reste du monde? Non.

Et ça continue comme ça pour à peu près tous les éléments de sens commun où il faudrait pourtant répondre par l’affirmative mais on voit que les dirigeants d’Israël sont aussi lâches (sinon plus) que les dirigeants (et combattants) du Hamas qu’ils traitent de tous les noms.

territoire_palestinien_morcelle

mur_de_la_honte_en_israel

Le Canada doit se distancer d’Israël.

Israël n’est plus un ami du Canada lorsqu’il détruit des écoles de l’ONU —à grand coup de missiles— que NOUS avons payé, avec notre argent, pour faire bâtir.

En ce moment, les contribuables canadiens font les frais de la folie meurtrière d’Israël ainsi que de son entêtement à ne pas reconnaître officiellement un État, en bonne et due forme, pour ses voisins Palestiniens.

C’est d’ailleurs un scandale sans nom que les Israéliens aient VOLÉ autant de territoires aux Palestiniens mais ça, les grands médias n’en parlent presque pas, préférant jouer la carte pro-Israël à fond.

Cette guerre ne sera pas oubliée et en tant que contribuable, mon argent devrait servir à aider mes semblables, pas à lancer des tanks israéliens dans des QUARTIERS RÉSIDENTIELS.

Même si les Conservateurs sont pro-Israël jusqu’aux oreilles, l’impardonnable assaut de l’armée israélienne contre des cibles essentiellement civiles devrait les forcer à reconsidérer leur appui mur-à-mur à un État d’Israël en déroute qui triche, qui ment, qui vole et qui, de surcroît, sabote intentionnellement et systématiquement ses chances de succès via la diplomatie par mille supercheries plus mesquines, les unes que les autres.

Oui, le Hamas a dans ses rangs des “radicaux” à qui on ne peut PAS faire confiance.

Mais…

Il y a un nombre égal sinon bien supérieur de cette même caste de “radicaux” à la tête de l’État d’Israël et ils souhaitaient depuis longtemps que le sang coule chez leurs voisins du Sud — ils ont apparemment réussi à semer la mort, la terreur, la misère et le désespoir chez les Palestiniens qui, devant tant d’injustices, nourriront probablement l’espoir de prendre, un jour, une revanche décisive.

crise_humanitaire_a_gaza

Israël opère la 5e armée la plus puissante du monde et dès la première journée de leurs attaques, ils avaient déjà largué plus de 100 tonnes de bombes, de missiles et de balles.

Le Canada n’a pas besoin d’associer son image à celle de vils meutriers qui justifient leurs actes épouvantables par des “intérêts supérieurs qu’il faut défendre”. Notre pays est un allié de tout ce qui est bon dans ce monde mais doit aussi combattre le mal, sous toutes ses formes, même lorsque ce mal se trouve à la tête de l’État d’Israël.

Il y a tellement de BONNES personnes d’origine juive, à travers le monde (et à Montréal). Malgré les abus flagrants des 30,000 combattants du Hamas (sur 1,5M de Gazaouis), ça semble impensable qu’ils se rangent derrière leur armée qui a fait boucherie dans des quartiers résidentiels, jour et nuit, pendant 22 jours, incluant le jour de l’An!

Si les juifs que vous connaissez chantent sans discernement les louanges d’Israël qui vient de tuer des bébés et des enfants palestiniens par centaines, au moins, vous connaîtrez les limites de leur fibre moral et surtout, de leur jugement.

C’est un sale conflit, personne ne dit le contraire mais un meurtre demeure un meurtre — même quand c’est un militaire israélien qui tient l’arme…

Tags: israël, palestine, bande de gaza, hamas, combattants, terreur, guerre, armée israélienne, ehud olmert, moyen-orient, bébés, enfants, mort, écoles de l’onu, hôpitaux, gouvernements, canada

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.