Fonction publique: comment se passe une séance d’examen

À lire aussi

Survol du système de santé et de services sociaux, au Québec

Même si vous entendez parler des CLSC, des CIUSSS et des "agences de santé publique" qui oeuvrent...

La revanche des microplastiques

Impossible d'éviter la présence du plastique dans nos vies. Certains items comme les automobiles,...

L'achat d'un diamant est-il encore nécessaire?

Les diamants sont les pierres précieuses les plus populaires, au monde. Il y a...

À chaque fois que le Portail de recrutement du Conseil du trésor du Québec affiche de nouveaux emplois, c’est une occasion à saisir pour tous ceux qui veulent occuper un emploi dans la fonction publique québécoise.

Si dans la liste des emplois proposés vous en trouvez un qui vous convient, vous pourrez alors déposer votre candidature.

Il s’agit d’une procédure effectuée entièrement en ligne. Finie l’époque où l’on serrait des mains, tout se fait via le “Dossier de candidature” où lors de l’inscription initiale, vous recevez un numéro unique. Ce numéro vous suivra, par ailleurs, tout au long de votre processus de qualification, en vue de pouvoir, un jour, postuler pour un emploi correspondant au niveau pour lequel vous aurez passé les examens.

Et justement, c’est de ça qu’on parle, dans ce billet. Des fameux examens de qualification, pour votre niveau d’emploi.

Il faut savoir que les techniciens et les professionnels, dans la fonction publique du Québec, ne passent pas les mêmes examens. Ceci dit, les deux classes d’examens sont exigeants, mentalement en plus de demander un solide dose de réflexion sur les comportements à adopter dans un milieu de travail gouvernemental (où le citoyen doit demeurer au centre des priorités).

Vous vous êtes qualifié

Une fois que vous aurez complété votre “Dossier de candidature” à la satisfaction du Conseil du trésor puis, postulé pour un emploi, votre demande sera traitée. Selon le mérite de votre candidature, vous pourriez être invités à passer à la prochaine étape, à savoir les examens de qualification.

Attention, ce ne sont pas des examens faciles.

Si vous croyez encore qu’accéder à un emploi de la fonction publique québécoise soit chose facile, c’est que vous n’avez pas encore affronté un de ces examens qui est manifestement conçu pour tester votre logique ou votre aptitude à évoluer, au gouvernement.

Lorsque vous êtes invités à participer aux examens, vous imprimez une feuille qui se trouve dans votre “Dossier de candidature” et vous l’emmenez, avec vous, le jour de l’examen (typiquement le matin, à 8h30).

Généralement, ces examens sont administrés dans plusieurs régions du Québec, dans des écoles avec de grandes classes, comme des CEGEP ou des universités. Le stationnement y est habituellement gratuit puisque ça tombe souvent un samedi (probablement voulu, pour maximiser les chance de tous les candidats d’y être).

Vous arrivez à l’examen

Si vous emmenez votre stylo, il devrait rester dans vos poches parce que les seuls crayons admissibles sont ceux qui sont fournis, pour l’examen. Des crayons en bois, jaunes, bien taillés. Il y a aussi une efface de qualité pour vous permettre d’effacer correctement, sur votre feuille-réponse qui sera ensuite corrigée par une machine (d’où l’importance de noircir la bonne case et d’effacer correctement, en cas d’erreur).

Même chose pour un surligneur qui n’est admissible que pour certains examens et encore là, c’est un peu superflu.

Si vous avez un téléphone ou un autre appareil électronique, il devra être éteint (pas en mode vibration, éteint, complètement) pour éviter de déranger les autres participants à l’examen. Il s’agit d’un processus sérieux et aucun écart n’est toléré.

En arrivant à l’examen, si vous habitez un grand centre, vous remarquerez que vous n’êtes pas le seul à avoir postulé.

Selon l’emploi que vous convoitez, il pourrait y avoir des milliers d’autres participants à l’examen. Regardez bien ces personnes. Ce sont contre elles que vous devrez jouer du coude pour décrocher un emploi. Aussi sympathiques soient ces personnes, vous ne devez pas perdre de vue que votre score devra être sur ou au-dessus de la moyenne qui sera obtenue, collectivement, si vous voulez être inscrit dans la précieuse banque de candidatures admissibles, ayant passé les examens de qualification.

Nul besoin de rappeler que si vous coulez vos examens de qualification, vous devrez les repasser (lorsqu’il y aura d’autres examens, probablement plusieurs mois ou années après) pour arriver à vous hisser dans la banque de candidatures car il n’y a que ceux-ci qui seront considérés pour occuper un emploi, au gouvernement, pour cette classe d’emploi.

Ainsi, vous êtes un parmi tant d’autre en plus d’être submergé, physiquement, par votre compétition!

Toute une ambiance, vous l’aurez deviné.

Certains individus qui se connaissent se parlent un peu mais à part ça, pas mal tout le monde comprend que pour réussir, il faudra être meilleur que les autres. Et comme il s’agit d’emploi et en quelque sorte, de survie, pas besoin de préciser que l’atmosphère, bien que correcte, a cours sur un fond plutôt tendu. Et pas juste parce que c’est un examen. C’est parce que c’est un examen stratégiquement très important.

Deux façons de voir les choses

Vous pouvez soit vous décourager en voyant cette marée humaine qui veut occuper le même emploi que vous ou vous encourager, en vous disant que si vous passez, il aura probablement la moitié des gens autour de vous qui eux, n’auront pas passé.

Ça devrait vous donner le goût de vous dépasser et d’obtenir le meilleur score possible, pour vos examens de qualification.

juriste-au-gouvernement-du-quebec

Et n’oubliez pas que la note est globale alors même si vous avez moins fort sur un de vos deux examens, si vous avez bien réussi à l’autre, vous pourriez quand même obtenir la note de passage.

Alors, n’abandonnez jamais. Chaque réponse compte et c’est pourquoi vous devez livrer une performance exceptionnelle, pour ces examens.

Le déroulement

Ceux qui n’ont jamais participé à ces examens de qualification arrivent habituellement un peu nerveux. Ceci dit, le déroulement ne devrait inquiéter personne. C’est très structuré et calculé pour vous donner les consignes et le temps dont vous avez besoin pour affronter votre examen.

Tout d’abord, vous êtes accueillis à une table où l’on vous confirme la salle de classe où votre examen aura lieu. Vous longez les corridors et présentez le billet qu’on vient de vous remettre au responsable de la classe et vous allez vous asseoir où vous voulez. Évitez les places où se trouvent des gens qui sentent un parfum ou d’autres odeurs qui pourraient vous déconcentrer. Ça paraît évident mais il faut penser à ces choses parce que l’examen qui s’en va vous demander tout votre petit change, en matière de logique ou de jugement, ou des deux.

Une fois assis, vous attendez que tous les participants soient arrivés puis commencent les instructions pour l’examen, livrées verbalement par le responsable de l’administration de l’examen, dans votre classe.

Le responsable parle lentement et insiste sur absolument toutes les consignes. N’oubliez pas, vous êtes au gouvernement alors aucune consigne ne peut être escamotée. Tout doit être clair et limpide, pour tous les participants.

Vous devrez inscrire correctement le numéro de l’examen, le numéro de la classe et votre numéro unique de candidat sur la feuille de réponses de l’examen. Vous verrez alors qu’il faut simplement noircir la bonne case (en plus d’écrire les chiffres, pour ce segment) ce qui vous préparera pour les réponses que vous allez devoir commencer à consigner, sous peu.

Ensuite, vous recevrez une copie de l’examen, face contre le bureau.

Lorsque tout le monde aura reçu une copie de l’examen, vous pourrez le retourner mais ne l’ouvrez pas tout de suite! Il faut soulever le coin gauche de chaque page pour les compter afin de vous assurer qu’il ne vous manque aucune page.

Plusieurs examens ont 23, 36 ou même 45 pages alors c’est important de bien s’assurer que le photocopieur n’a pas oublié de vous en imprimer une.

Ça commence

Ensuite, il y a une dernière lecture des consignes et hop, c’est le début de l’examen.

Il y a alors un grand brouhaha de pages qui se retournent pour ensuite faire place au silence le plus complet. Ceux qui sont nerveux en examen trouvent ce moment angoissant mais il ne faut pas. Le meilleur truc, c’est de plonger dans l’examen et répondre aux questions, en séquence.

D’expérience, certaines des pires questions sont parmi les 10 premières alors il n’est pas rare de devoir les passer pour ensuite revenir, quand le reste de l’examen est terminé et qu’on a plus la pression du “reste de l’examen”. C’est probablement conçu comme ça par exprès. Pour voir si vous avez le réflexe de prioriser de manière dynamique et non-séquentielle, votre temps de traitement, pour chacune des questions.

Vous avez le droit d’écrire sur votre examen. Écrivez ce que vous voulez, ça ne sera pas corrigé (ou même regardé, apparemment) mais assurez-vous de bien transcrire vos réponses, sur la feuille à cet effet, en noircissant la bonne réponse, en A, B. C, D ou E.

Il y a aussi des feuilles blanches, lors des examens de logique, pour que vous puissiez faire vos calculs mais d’expérience, c’est juste plus facile d’écrire directement dans le questionnaire d’examen.

Le contenu

Personne n’a le droit de transcrire les questions alors ce ne sera pas le cas ici mais de manière générale, si vous aimez les examens de logique ou de jugement, vous serez comme un poisson dans l’eau.

Il faut être très prudent de lire chaque question attentivement car il y a un monde de différence, par exemple, entre “pourrait contenir” et “contient”. L’un est une supposition et l’autre est une certitude. Selon la question, ça peut faire toute la différence et il y a ce genre de distinction à faire régulièrement, de question en question.

Parmi les choix de réponses, attendez-vous à devoir tout comprendre du problème avant de pouvoir vraiment répondre correctement parce que les hypothèses de réponses soumises exigent habituellement que vous ayez tout compris de la question et que vous ayez résolu tous les aspects du problème, jusqu’au dernier chiffre.

Ainsi, même si les hypothèses 1, 2 et 3 sont bonnes, vous devrez également valider la 4e parce qu’il y aura fort probablement une option pour “toutes ces réponses” et juste pour vous coincer et vous faire douter de toutes vos réponses, il y aura aussi “aucune de ces réponses” et là, il faudra faire un choix et valider, à nouveau, que vous avez bien compris tous les aspects de la question. N’oubliez pas qu’un seul détail négligé au moment de la lecture de la question peut tout faire dérailler. Comme c’est votre carrière qui est dans la balance, ce n’est pas le temps de lire les questions à la légère!

Alors c’est comme ça pendant des dizaines de questions, parfois uniques et parfois basées sur un postulat commun.

Certains finiront l’examen plus vite mais n’assumez pas pour autant qu’ils vont passer. Prenez le temps qu’il vous faut mais ne trainez pas trop en chemin parce que le temps alloué est un peu plus long que ce dont vous avez besoin mais pas tant que ça. Soyez à vos affaires et laissez “les rapides” partir quand ça leur chante. Pour vous, si ça prend une autre révision, faites-le. Si vous avez 1 ou 2 bonnes réponses de plus, ça peut faire la différence en une réussite et un échec.

Une fois le premier examen terminé, vous aurez une pause de 15 minutes avant de commencer le deuxième et ensuite, vous pourrez quitter, sans autre consigne que de ne pas faire de bruit pour ne pas déranger ceux qui n’ont pas encore fini.

Les résultats

Ça prend habituellement quelques semaines avant que les résultats pour vos examens vous soient transmis, dans votre “Dossier de candidature”.

Certains se font un sang d’encre en attendant de savoir si leur efforts ont porté fruit où s’il devront se contenter d’un emploi moins intéressant ailleurs. Il faut savoir lâcher prise et se dire qu’avec ou sans stress, le résultat sera le même alors aussi bien continuer sa vie, sans le “mauvais stress“.

Un bon matin, sans prévenir, vous recevrez un courriel qui vous dit que votre résultat d’examen est arrivé et que vous pouvez aller voir les détails dans votre “Dossier de candidat” mais déjà dans le courriel, vous saurez si vous avez passé, ou pas.

Oh! Le stress au moment de lire ce courriel…

Si vous avez passé vos examens, votre nom sera ajouté à la banque de candidatures qui seront pressenties pour les emplois de la classe que vous voulez occuper et pour lesquels vous êtes désormais qualifié, pour une période d’un an.

Dans le cas où vous auriez coulé vos examens, votre processus s’arrête là et vous devrez attendre qu’il y ait d’autres examens pour lesquels vous êtes admissibles pour commencer un autre processus, en respectant les délais prescrits.

Au plan humain, puisqu’il s’agit d’un accès vers un emploi de qualité, le fait de couler un tel examen peut avoir des conséquences mais même si vous avez coulé, rappelez-vous qu’il y a autre chose, pour vous, ailleurs.

L’attente

Bien qu’on parle d’examen, dans ce billet, on peut mentionner que même si vous réussissez ceux-ci et que vous soyez dans la liste des candidats pressentis, ce n’est pas nécessairement tout de suite que vous obtiendrez des offres d’emploi.

Ça peut prendre un moment.

Au moins, vous êtes prévenus quand des emplois dans votre champ de qualification se présentent.

emploi-dans-la-fonction-publique-du-quebec

Vous devrez alors vous assurer de bien répondre aux procédures qui vous seront alors demandées pour avoir la chance d’obtenir votre emploi ou encore, une entrevue en vue d’avoir celui-ci (selon le type de poste).

Alors voilà, toute une aventure pour avoir un emploi dans la fonction publique québécoise, dans le gouvernement du Québec ou dans ses ministères et organismes liés.

Si vous ne connaissiez pas le Centre des services partagés, vous allez le connaître parce que c’est via leurs services que les examens sont administrés.

Même si vous croyez que les examens sont trop difficiles pour vous, ne baissez pas les bras et tentez votre chance. Le pire qui puisse arriver, c’est que vous ayez perdu votre samedi matin et que vous obteniez une note sous le seuil de passage. Rien de grave.

Tentez votre chance parce que si vous passez, il y a peut-être une belle carrière qui vous attend au gouvernement du Québec et alors, fini les ennuis financiers, fini les tracas pour vous faire valoir, socialement et fini le stress de perdre votre emploi (via des syndicats en béton) en plus d’obtenir un fonds de pension absolument inédit (à part dans les autres paliers de gouvernement, soit au fédéral et au municipal).

Ainsi, le jeu en vaut la chandelle et le gouvernement, malgré les coupes liées à l’austérité, a encore besoin de vos services alors répondez à l’appel et faites partie du processus qui pourrait vous mener jusqu’à un bel emploi, dans la fonction publique provinciale.

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Plus récents billets

L'Iran a tué 176 passagers, par erreur?

À bord du Boeing 737-800 de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA), tous ont péri. Atrocement. Ultimement,...

Mort du terroriste Souleimani

C'est ainsi que nos médias auraient dû titrer la nouvelle de la riposte armée des États-Unis de Donald Trump contre le ...

Regard sur la production minérale canadienne

On pense à tort que le Canada n'a de richesses que dans ses grands-centre urbanisés mais voilà, les vrais trésors se trouvent...

Et si l'application stricte de la Charia pouvait devenir un accommodement?

Les Musulmans ayant immigré au Québec pour venir installer ici le système politico-religieux oppressif qu'ils ont fui, dans leur pays, manquent de...

La manière dont les organisations caritatives s'enrichissent, sans fin

Sans devoir les nommer, une à une, voici le manuel d'instruction pour multiplier sans fin la richesse d'une organisation caritative, aux dépens...

D'autres billets à découvrir

ipsum dapibus id, ut dictum Praesent libero Sed ante. felis