Les adultes aptes au travail doivent régulièrement composer avec les ressources humaines, que ce soit parce qu’ils sont déjà à l’emploi ou encore, parce qu’il veulent décrocher un nouveau boulot.

Dans les deux cas, les agents, conseillers et directeurs des ressources humaines vous cacheront plusieurs de leurs secrets.

Pour l’essentiel, ces secrets permettent aux employés des ressources humaines de faire leur travail de qualification, de gestion, de motivation et de répression des employés.

Qui pourrait les blâmer d’entretenir des secrets alors que la nature-même de leur travail est de gérer des informations de nature confidentielle, pour le bénéfice de l’employeur.

Mais au-delà de la “confidentialité” du travail en RH, il y a aussi la défense des intérêts de l’employeur.

Qu’importe (ou presque) les effets sur “l’employé”.

C’est pourquoi les RH ont l’air “toutes gentilles” lors de la première rencontre mais au fil du temps, les employés comprennent quel genre de travail ils font, vraiment.

Et c’est surtout là que leurs secrets s’expliquent.

Après tout, les ressources humaines sont championnes des “rencontres confidentielles”, des “ententes secrètes” et des échanges qui ne doivent jamais être mentionnés.

Vous voyez immédiatement comment les RH contaminent profondément tout milieu de travail en isolant chaque employé dans un immense piège où tous les employés peuvent devenir des victimes, au détour d’un quelconque “manquement”.

Après tout, les règles sont les règles.

Du moins, lors les “bonnes RH” veillent à défendre l’employeur. Un manquement documenté à la fois. Toujours dans le secret. Contre le meilleur intérêt de l’employé. Pour l’employeur. Uniquement.

Et voilà, le chat est sorti du sac: les RH sont invariablement pro-employeur et anti-employé

Il vous faut donc ajuster votre filtre social pour composer avec cette réalité.

Autrement dit, en tant qu’employé, vous allez devoir apprendre à vous défendre.

Fini la gentillesse familière gratuite. La cordialité au travail doit exister mais ne l’articulez jamais de sorte que ça devienne un angle d’attaque contre vous. Les RH ont de l’imagination pour vous “monter un dossier disciplinaire” (qui pourra servir à l’employeur, à tout moment… et toujours contre vous) alors ayez plus d’imagination qu’eux.

Contextualisons d’abord le milieu de travail.

On y va avec la base.

Syndicat ou non, vous êtes toujours responsable alors prenez les moyens de pouvoir vous défendre

Que votre employeur ait un syndicat ou non, vous devrez répondre personnellement à toutes les interactions avec les ressources humaines, incluant si vous deviez être appelé pour une ou plusieurs “plaintes” mais dans le cas d’un employeur avec un syndicat, vous aurez l’avantage, en tant qu’employé, d’être accompagné par un représentant syndical (2 contre 2).

Chez un employeur sans syndicat, vous serez seul mais le représentant des ressources humaines sera habituellement “en équipe” avec un directeur pour votre service, ce qui vous placera immédiatement en désavantage (2 contre 1). D’où l’importance de prioriser une embauche avec un employeur ayant un syndicat, lorsque c’est possible. Parce que soyez absolument certains que si votre emploi comporte un niveau même minimal de “responsabilités”, vous devrez répondre de vos actions, éventuellement… même si vous avez agi de bonne foi, il y a de fortes probabilités que vous serez accusé d’avoir:

  1. Manqué à un quelconque “règlement”;
  2. Contrevenu à une “directive”;
  3. Désobéi à une “consigne”.

Ou à toute autre sorte de “manquement”, au sens large.

Comme les “procédures”, “politiques” et “règles” sont quasi-infinies et continuellement actualisées avec des géométries variables, selon les champs d’emploi et les contextes, vous aurez beau être “Jésus en train de marcher sur l’eau”, pour faire image, que vous serez, vous aussi, une cible à crucifier, pour les ressources humaines.

Et les RH vous crucifieront, graduellement avec l’accumulation d’informations “dans votre dossier” ou d’un coup, sans prévenir, pour vous déstabiliser avant de vous congédier.

Ainsi, même lorsque vous croyez avoir un emploi, vous êtes à un seul manquement de ne plus en avoir.

Tout ça via les dossiers “confidentiels” des RH… contre vous.

Des secrets payants pour l’employeur

Il faut revenir à l’essentiel, à savoir que les RH sont rentables pour l’employeur.

Un employé commet un impair? C’est consigné au dossier.

À l’inverse, lorsqu’un employeur commet un impair, à moins qu’il n’y ait un syndicat, personne ne le consigne au dossier.

Les employés peuvent déplorer, entre-eux, cet impair mais s’ils en parlent, à des collègues ou pire, à des tiers, ça peut leur valoir d’avoir révélé des “secrets d’entreprise” auquel cas, ça peut mener à des sanctions ou un congédiement, sans préavis ou compensation.

Tout ça grâce aux RH qui défendent unilatéralement l’employeur.

Commencez-vous à comprendre?

En tant qu’employé, les RH sont votre ENNEMI.

C’est d’ailleurs cette réputation lourde de secrets malsains qui pousse les “divisions” des RH, comme le “recrutement” ou les “avantages sociaux” à se détacher des “RH”, lorsqu’ils le peuvent.

Le “recrutement” aime sortir les “pom-poms” de meneuse de claque pour vanter l’employeur et pour ce faire, ça leur prend un état d’esprit à l’extérieur du giron des secrets des RH.

Idem pour les “avantages sociaux” qui travaillent avec le “recrutement” pour attirer les meilleurs employés possibles. Il seraient moins convaincants s’ils baignaient dans les secrets des RH à la journée longue.

Si les RH sont votre ennemi, sachez cependant qu’ils sont à plat ventre devant l’employeur. C’est le pitbull des “grands boss”. Et les “petits boss” s’en servent pour protéger leur job et bien paraître aux yeux des “supérieurs”.

Les employeurs applaudissent les “directeurs” qui trouveront le moyen de tenir les employés sur la pointe des pieds, avec diverses collections de “dossiers” contre eux, pour neutraliser toute éventuellement demande d’amélioration de leurs conditions de travail ou de leur salaire.

Le narratif des “directeurs” étant toujours de multiplier les “procédures” pour mieux préparer le terrain pour vous faire tomber et ensuite, blâmer l’employé-seul d’être tombé.

Vous voyez le piège?

Et c’est comme ça, presque partout.

L’employeur se délecte de voir son personnel ainsi neutralisé par des RH qui cumule des montages de secrets, sous forme de “dossiers d’employés” qui pèsent lourdement sur presque chacun des employés, individuellement.

Confidentialité pour mieux détruire les employés

Même si les RH disent aux employés que c’est pour “protéger leurs informations personnelles” qu’ils respectent la confidentialité des “dossiers” de ceux-ci, c’est surtout pour mieux isoler chaque employé et les empêcher de voir ouvertement l’étendu des dégâts que le zèle des RH cause, dans le personnel.

En gardant tous les dossiers d’employés secrets, l’employeur a accès à tout mais les employés n’ont accès à rien, sauf à la partie de leur propre dossier qui leur est exposé, élément par élément, pour mieux maintenir la pression.

Gare à l’employé qui serait tenté de “parler” qu’il a dû subir une attaque conjointe de sa “direction”, en équipe avec les RH. Le simple fait de rompre avec le secret total entourant tout échange à ce sujet est un motif de congédiement, sur-le-champ.

Wow.

Pour la “liberté d’expression”, on repassera.

Les RH sont profondément liberticides, pour les employés. Tout en étant orwéliennes dans leur pouvoir de contrainte, pour le bénéfice continuel et éternel de l’employeur.

Éternel?

Oui car si vous souhaitez obtenir une référence d’emploi, un jour, pour obtenir un autre emploi, vous devrez continuer à observer les “règles de confidentialité” sinon, oubliez cette référence et du coup, le petit plus que ça aurait ajouté pour continuer votre parcours professionnel.

C’est ça, les RH. Une gestapo pro-employeur.

Pour vous défendre contre les RH

Même si vous arrivez au travail avec la meilleure attitude du monde, avec des étoiles dans les yeux et des points d’exclamation à toutes vos phrases, soyez assurés que les RH vous ont dans leur mire. Même quand ils sont silencieux, ils ajoutent des “métriques” à votre “dossier”. Discrètement mais sûrement.

En fait, chaque que vous faites quelque chose de bien, vous êtes considérés être “conforme à ce qui est attendu de vous” et dès que vous commentez le moindre impair, l’information est ajoutée à votre dossier.

Qu’importe que vous ayez complété 1,000 tâches correctement, dès que vous commettrez 1 seule erreur, vous devrez “répondre” pour celle-ci. Même si elle ne vient pas vraiment de vous mais qu’elle peut vous être accolée, elle le sera!

Alors vous allez devoir apprendre à vous défendre.

3 trucs

Voici les trucs que vous devez connaître, pour vous défendre contre les RH:

  1. Documentez tout. Des demandes via courriel (avec un suivi) au lieu des conversations téléphoniques jusqu’à insister pour exiger des confirmations “officiels” (car vous voulez la “pleine conformité”), insistez pour documenter vos tâches… et vos pairs. Quand les RH vous attaqueront (et elles le feront, éventuellement), vous aurez besoin de ces preuves car votre parole ne vaudra à peu près rien (leur décision sera déjà prise, le reste étant du théâtre… contre vous).
  2. Rapportez rapidement les impairs des autres. Incluant les impairs de vos patrons. Soyez celui qui attaque et non celui qui subit. En documentant tout et en exigeant la “pleine conformité” en toutes choses, vous pourrez facilement piéger vos pairs et vos supérieurs. Ils apprendront vite à vous fournir des détails incroyablement précis, sachant qu’un relais imprécis vers vos services pourrait leur valoir une tache noire à leur “dossier”, aux RH. C’est horrible de penser ainsi mais sachez que parmi vos collègues et supérieurs, plusieurs pensent déjà comme ça. Ils n’hésiteront pas à vous sacrifier pour se sauver, eux-mêmes.
  3. Lorsque confronté à une “situation” par les RH ou un supérieur, n’acceptez jamais leur version. L’idée étant que vous avez travaillé de bonne foi et que la tentative pour vous salir n’est que ça, une tentative… jusqu’à ce que vous soyez (trop) bon joueur et avalisiez leur “scénario d’attaque, contre vous”. Alors torpillez leur fiction en imposant votre vérité. Sans les faire mal paraître, faites comprendre que même si leurs faits peuvent sembler incriminants, expliquez que les jeux d’optique sont trompeurs. Exposez le contexte, vos motivations, vos contraintes et les outils qui étaient à votre disposition. Lorsque c’est possible, faites un ricochet avec l’attaque conduite contre vous, vers un autre employé ou même, un supérieur. N’acceptez pas le narratif des RH. Ils vous veulent du mal. 99,9% du temps.

En gros, défendez votre vérité. Votre territoire.

Vos collègues ne sauront même pas que vous êtes la cible des RH. Votre supérieur sera invariablement de mèche avec les RH et les RH, elles, seront animées par le désir de plaire à l’employeur. En somme, vous serez SEUL.

Complètement seul.

Sauf si vous avez l’agent du syndicat, avec vous.

Là, vous serez (au moins) en nombre égal dans la pièce, au moment où les RH vous balanceront leur attaque au visage. Pas idéal mais mieux qu’être seul.

C’est important de préciser qu’il se peut que vous ayez fait quelque chose de vraiment grave. Auquel cas, le passage devant les RH permet de mettre les choses au point. Ça arrive. Mais comme l’activité des ressources humaines a aussi d’autres visées (maintenues secrètes, évidemment), vous devez être conscient du danger qu’elles représentent pour votre emploi.

En refusant de perdre devant les ressources humaines, qu’importe votre stratégie, évitez de leur donner des “munitions” contre vous. Soyez clair, poli, articulé et n’en dites pas plus que nécessaire.

Comme avec la police, tout ce que vous direz aux RH pourra (et sera, habituellement) retenu contre vous. Pour le plus grand bénéfice de votre employeur. Qu’importe ce que ce bénéfice aura avantage à être, pour favoriser l’agenda (souvent secret) de celui-ci.

Alors voilà, ces secrets et bien d’autres, les RH ne vous les avoueront jamais.

Il y a de bonnes et de mauvaises personnes partout. À vous d’être conscient que le rouleau compresseur des RH peut faire des torts considérables à votre emploi et par extension, à votre personne.

Un employé préparé (comme vous, souhaitons-le) a moins de risque de ressortir perdant d’une attaque, graduelle ou rapide, des RH alors… préparez-vous!

Et rappelez-vous que les secrets des RH n’existent pas que pour “protéger votre confidentialité”, ils sont surtout une arme, contre vous. Agissez en conséquence.

Soyez la meilleure version de vous-même, en toutes choses mais ne vous laissez jamais marcher sur la tête. Surtout pas par les RH qui sont payées pour vous convaincre que vous n’êtes qu’une “ressource — humaine” parmi tant d’autres. C’est un outil de contrôle. Contre vous. Rien de plus.

Shares