Cliffs Natural Resources va-t-elle fermer sa mine de fer du lac Bloom?

À lire aussi

Survol du système de santé et de services sociaux, au Québec

Même si vous entendez parler des CLSC, des CIUSSS et des "agences de santé publique" qui oeuvrent...

La revanche des microplastiques

Impossible d'éviter la présence du plastique dans nos vies. Certains items comme les automobiles,...

L'achat d'un diamant est-il encore nécessaire?

Les diamants sont les pierres précieuses les plus populaires, au monde. Il y a...

C’est la forte baisse du prix du minerai de fer qui donne le vertige aux dirigeants de Cliffs Natural Resources qui opèrent leur mine de fer, au lac Bloom, à l’Est de Fermont, dans le Nord du Québec.

Si l’on se fie au président et chef de la direction de cette société d’exploitation minière, Lourenco Goncalves, le développement de la deuxième phase à la mine du lac Bloom —jugée nécessaire à sa survie— aurait demandé des investissements de 1,2MM$.

Puisque le projet d’expansion ne semble plus figurer dans ses plans, Cliffs Natural Resources, basée à Cleveland, dans l’Ohio, semble maintenant vouloir quitter le Québec en tentant, au passage, de minimiser ses pertes financières afin de ne pas trop indisposer ses investisseurs.

cliffs-natural-resources-mine-de-fer-du-lac-bloom

localisation-de-la-mine-de-fer-du-lac-bloom-au-quebec

C’est en ce sens que Cliffs Natural Resources jette l’éponge et dit vouloir cesser ses activités dans l’est du Canada, ce qui pourrait bien entraîner la fermeture de la mine de fer du lac Bloom.

Dans le contexte de l’annonce d’un Plan Nord renouvelé par Philippe Couillard, notamment lors de son voyage en Chine, le départ de Cliffs Natural Resources pourrait poser problème.

Voici ce qu’à publié Pierre-Karl Péladeau, sur la question:

Parier le Québec

Le premier ministre libéral Philippe Couillard a décidé de miser sur le développement économique du Plan Nord comme l’avait fait Jean Charest. Ce dernier pouvait toujours avoir recours à ses amis du milieu de l’asphalte et du béton, notamment Marc Bibeau PDG de la société Shockbéton, qui ne sont toutefois plus à la disponibilité du premier ministre parce que Jean Charest a fait exploser la dette du Québec de plus de 60 milliards pendant son règne de 9 ans.

Ce que le premier ministre semble vouloir toutefois ignorer, curieux d’ailleurs que son trio économique ne semble pas l’en informer, c’est que le prix du minerai de fer est particulièrement déprimé depuis un bon bout de temps en raison notamment d’une baisse de la demande en Chine et d’une augmentation de l’offre des géants de l’industrie dont BHP Billington, Rio Tinto et Vale. Les investissements gigantesques récents en Australie sont là pour le prouver et la situation ne semble pas prête d’évoluer, compte tenu de la conjoncture mondiale.

Je me permets aussi de publier un récent extrait du Wall Street Journal au sujet des prix du minerai de fer paru le 12 novembre dernier : 

“On tuesday, Mr Szpakowski (Citigroup analyst) downgraded his forecasts for iron ore to $65 a metric ton next year and the year after, a cut of nearly one-fifth on his prior estimates and lower than the spot price in China of $75.50 a ton, according to the steel index. He says he thinks prices will briefly dip into the $50s in the second half of the year at the glut of surplus material ballons.”

Peut-être que le premier ministre, comme l’ensemble de son conseil des ministres, veut avoir raison contre tout le monde et particulièrement contre le marché mondial. D’aucuns ne pourront que saluer son courage …

En attendant, si vous continuez à ne rien faire et parier le Québec sur le Plan Nord, vous continuerez à appauvrir notre pays. J’ai bien peur que cette annonce soit annonciatrice de la mauvaise direction dans laquelle vous vous êtes engagés.

Clairement, le prix du fer nous joue des tours et il faut, malgré tout, voir à faire avancer le Québec.

S’il faut mettre nos efforts ailleurs, qu’on le fasse!

Il n’y a pas que le minerai de fer pour faire croitre notre économie mais si on réunit de bonnes têtes ensemble, qui sait si l’on ne pourrait pas valoriser cette ressource via une 2e ou 3e transformation, afin d’ajouter une plus-value concrète à du fer qui, pris isolément, a perdu beaucoup de valeur?

Poser la question, c’est un peu y répondre… nous avons besoin de regarder nos filières —liées au Plan Nord ou non— comme des opportunités à saisir pour augmenter la valeur de nos ressources, via une ou plusieurs transformations.

Est-ce que Philippe Couillard et ses Libéraux vont réussir le Plan Nord sans Cliffs Natural Resources, advenant un départ? La question reste entière…

Claude Gélinashttps://videos.claude.ca/
Passionné des communications numériques, du développement web, de l'infographie et des avancées technologiques, au sens large.

Laisser un commentaire

Plus récents billets

L'Iran a tué 176 passagers, par erreur?

À bord du Boeing 737-800 de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA), tous ont péri. Atrocement. Ultimement,...

Mort du terroriste Souleimani

C'est ainsi que nos médias auraient dû titrer la nouvelle de la riposte armée des États-Unis de Donald Trump contre le ...

Regard sur la production minérale canadienne

On pense à tort que le Canada n'a de richesses que dans ses grands-centre urbanisés mais voilà, les vrais trésors se trouvent...

Et si l'application stricte de la Charia pouvait devenir un accommodement?

Les Musulmans ayant immigré au Québec pour venir installer ici le système politico-religieux oppressif qu'ils ont fui, dans leur pays, manquent de...

La manière dont les organisations caritatives s'enrichissent, sans fin

Sans devoir les nommer, une à une, voici le manuel d'instruction pour multiplier sans fin la richesse d'une organisation caritative, aux dépens...

D'autres billets à découvrir

amet, justo id consectetur odio quis leo. Lorem ut efficitur. leo