Mauvaise nouvelle pour l’économie québécoise alors que le Groupe SNC-Lavalin restructure ses activités et annonce l’abolition de quelque 4,000 emplois.

Il s’agit d’environ 9% de sa force de travail à travers le monde — les compressions s’effectueront sur une période de 18 mois à compter de 2015.

Sur les 4,000 emplois supprimés, la compréhension de Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations va dans le sens qu’il y en aura environ 1,000 de coupés, au Québec. Il pourrait s’agir d’un ménage au niveau des emplois administratifs car après plusieurs grandes acquisitions, il y a souvent des synergies possibles.

La multinationale québécoise emploie aujourd’hui 18,000 personnes au Canada et 16,000 dans le reste du monde, pour un total de 34,000 employés. SNC-Lavalin a enregistré un bénéfice de 69M$ au cours du 3e trimestre mais avait épongé des pertes de 72,7M$ pour la même période, l’année précédente.

snc-lavalin-tour-a-montreal

Pour cette grande compagnie cotée en bourse et soumise aussi bien aux votes des actionnaires qu’aux lois du marché, un tel nettoyage faisait partie des éventualités. Il est peu probable que la politique ou les ondes de choc de la Commission Charbonneau aient eu de l’influence sur cette décision de faire subir un régime-minceur à différents segments de l’administration de SNC-Lavalin.

La volonté-soudaine de SNC-Lavalin de réduire ses dépenses de 200M$ pourrait cependant s’expliquer par les allégations de corruption qui pèsent sur la firme montréalaise et qui pourraient se traduire par des accusations et des amendes. Selon des sources de Radio-Canada, la GRC et des procureurs de la Couronne mèneraient des pourparlers avec la multinationale montréalaise au sujet d’une série de scandales impliquant des cadres de SNC-Lavalin qui auraient payé ou offert des pots-de-vin pour remporter des contrats en Libye, au Bangladesh ainsi qu’au Canada.

On s’en doutait mais là, les agissement de la firme risquent fort de lui coûter cher. Certains appelleront ça un retour du karma!

Ceci dit, plusieurs actionnaires pourraient saluer cette opération minceur et ceux qui resteront, après la purge, auront probablement le privilège de conserver leur emploi plus longtemps. C’est bien connu que les actionnaires aiment investir dans des compagnies qui coupent dans leur bureaucratie pour mieux concentrer leurs efforts sur la génération de richesse, comme via les cohortes d’ingénieurs qui facturent leurs services.

C’est donc une grosse annonce mais l’avenir nous dira si la firme d’ingénierie québécoise bénéficiera de cette importante opération de suppression de postes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.