Nominations du nouveau Conseil des ministres libéral

Le Conseil des ministres libéral de Philippe Couillard a procédé, à sa séance d’hier, le jeudi 24 avril 2014, aux nominations suivantes, dans l’appareil gouvernemental québécois.

Plusieurs nominés ont de belles feuilles de route mais c’est surtout une grosse séance de chaise musicale pour les sous-ministres, d’un mandat ministériel à un autre.

Croyez-vous qu’il pourrait y avoir des nominés d’allégeance libérale, parmi ceux dont le nom figure dans la liste publiée hier, par l’équipe ministérielle de Philippe Couillard? Peut-être mais pour l’heure, il importe de féliciter ces personnes qui auront la chance de servir les Québécois dans leurs nouvelles fonctions.

philippe-couillard-fait-ses-annonces-avril-2014

Voyons à quoi ressemblent ces nominations, par ministère…

Ministère du Conseil exécutif

M. André Fortier est nommé secrétaire général associé, chargé du Secrétariat aux emplois supérieurs, au ministère du Conseil exécutif. M. Fortier, administrateur d’État, a été secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif.

M. Pierre Hamelin est nommé secrétaire général associé, chargé du Secrétariat aux priorités et aux projets stratégiques, au ministère du Conseil exécutif. M. Hamelin, administrateur d’État, a été secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif.

M. Christian Lessard est nommé secrétaire général associé à la communication gouvernementale au ministère du Conseil exécutif. M. Lessard était vice-président et associé de la firme TACT Intelligence‑conseil inc.

Mme Nicole Dussault est nommée secrétaire générale associée à l’accès à l’information et à la réforme des institutions démocratiques au ministère du Conseil exécutif. Mme Dussault était secrétaire adjointe aux Institutions démocratiques et à la Participation citoyenne à ce ministère.

Ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations

M. Jocelin Dumas est nommé sous-ministre du ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations. M. Dumas, administrateur d’État, a été sous‑ministre du ministère du Travail.

M. Jean Belzile est nommé sous-ministre adjoint au ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations. M. Belzile était sous-ministre adjoint à l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie.

M. Alain Proulx est nommé sous-ministre adjoint au ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations. M. Proulx était sous-ministre adjoint au commerce extérieur au ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport

Mme Marie-Claude Champoux est nommée sous-ministre du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Mme Champoux était membre, présidente et directrice générale par intérim de la Commission des normes du travail.

Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale

M. Bernard Matte est nommé sous-ministre du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. M. Matte était sous-ministre du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles

Mme Christine Tremblay est nommée sous-ministre du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Mme Tremblay était sous-ministre du ministère des Ressources naturelles.

Mme Line Drouin est nommée sous-ministre associée au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Mme Drouin était sous-ministre associée aux mines au ministère des Ressources naturelles.

M. Mario Gosselin est nommé sous-ministre associé au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. M. Gosselin était sous-ministre associé au territoire au ministère des Ressources naturelles.

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

M. Richard Savard est nommé sous-ministre aux Forêts, à la Faune et aux Parcs. M. Savard était sous-ministre associé – Forêt Québec au ministère des Ressources naturelles.

M. Gérard Szaraz est nommé forestier en chef – sous-ministre associé aux Forêts, à la Faune et aux Parcs. M. Szaraz était forestier en chef – sous-ministre associé au ministère des Ressources naturelles.

Mme Nathalie Camden est nommée sous-ministre associée aux Forêts, à la Faune et aux Parcs. Mme Camden était sous-ministre adjointe à la faune au ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

Ministère du Tourisme

Mme Suzanne Giguère est  nommée sous-ministre du ministère du Tourisme. Mme Giguère était sous-ministre associée au Tourisme du ministère des Finances et de l’Économie.

M. Marc Croteau est nommé sous-ministre associé au ministère du Tourisme. M. Croteau, administrateur d’État, a été sous-ministre des Relations internationales.

M. Martin-Philippe Côté est nommé sous-ministre adjoint au ministère du Tourisme. M. Côté était sous-ministre adjoint à l’accueil et à l’hébergement touristique au ministère des Finances et de l’Économie.

Ministère de la Famille

Mme Catherine Ferembach est nommée sous-ministre adjointe aux Aînés au ministère de la Famille. Mme Ferembach était sous-ministre adjointe aux aînés au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Ministère de la Justice

Mme Johanne Dumont est nommée sous-ministre associée chargée du Secrétariat à la condition féminine au ministère de la Justice. Mme Dumont était sous‑ministre adjointe chargée du Secrétariat à la condition féminine au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Commission municipale du Québec

Mme Brigitte Pelletier est nommée membre et présidente de la Commission municipale du Québec. Mme Pelletier était sous-ministre du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Office de la protection du consommateur

Mme Ginette Galarneau est nommée, à compter du 1er mai 2014, membre et présidente de l’Office de la protection du consommateur. Mme Galarneau était secrétaire générale associée, chargée du Secrétariat aux emplois supérieurs, au ministère du Conseil exécutif.

Considérés (à tort ou à raison, c’est selon) comme des cadeaux à des amis du parti au pouvoir (les Libéraux, dans ce cas-ci), ces nominations surviennent habituellement en début de mandat et viennent avec d’excellents salaires et de généreuses compensations.

Autrement dit, pour les nominés, c’est un peu comme le jour de Noël… une montagne de cadeaux!

Ces nominations permettent aussi au nouveau premier ministre de “placer son monde” (ou des “gens de son choix”, principalement) dans des postes clés de l’administration publique québécoise. Ainsi, au-delà de l’équipe parlementaire libérale, il y a des individus qui voient aux intérêts de celui qui les a nommés dans ces postes providentiels. C’est normal de gratter le dos de celui ou celle qui gratte le nôtre. Rien de nouveau de ce côté-là!

Il arrive, bien entendu, qu’un nominé soit authentiquement compétent pour occuper un poste qui lui est donné, sur un plateau d’argent, par le parti politique au pouvoir mais parfois, lorsqu’on creuse un peu, on se rend compte que c’est, au moins en partie, du “placement politique”.

discours-de-philippe-couillard-avril-2014

Parfois, ces gens font un bon travail mais au-delà du poste, à proprement parler, ils sont les yeux et les oreilles ainsi que les promoteurs (à divers degrés) des politiques du parti au pouvoir. C’est tel que tel mais en tant que contribuable qui paie pour ces chaises dorées dans l’appareil gouvernemental, ça peut être un peu agaçant de payer si cher pour des “nominés”.

Enfin bref, c’est ainsi que ça fonctionne au Québec, aussi bien chez les Libéraux que les Péquistes avant eux (qui avaient dénoncé la pratique sous la gouverne libérale de Jean Charest mais qui ont fait pareil, dans une moindre mesure, lorsqu’ils ont pris le pouvoir).

Est-ce que vous croyez que c’est une bonne chose que le premier ministre place les amis du parti dans ces prestigieuses fonctions? Aimeriez-vous mieux que les postes soient exclusivement attribués au mérite et à la compétence?

De grosses questions qui ne seront pas réglées de sitôt car lorsqu’un parti arrive au pouvoir, nombreux sont les “amis” qui réclament (de manière plus ou moins directe) leur dû (petit ou grand) après avoir prouvé leur “loyauté” au parti ou à certains éléments de son idéologie.

Qui se ressemble, s’assemble  — ce n’est pas exclusif à la politique mais on dirait que c’est plus sensible, au plan de l’éthique, lorsque ces nominations ont lieu dans l’appareil public.

Le Québec pourra-t-il un jour passer outre les nominations qui dans certains cas, ressemblent à des “retours d’ascenseurs”, aux frais des contribuables?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.