Mon expérience en tant que scrutateur

Lors de l’élection fédérale du 14 octobre dernier, j’ai eu le privilège de participer à l’exercice démocratique du vote à titre de scrutateur, dans mon quartier.

Avant d’accueillir les électeurs, le jour du vote, j’ai dû suivre une formation (obligatoire) qui a duré trois heures et qui m’a permis de mieux comprendre les différents aspects de mon travail.

En gros, en tant que scrutateur, j’acceuille les électeurs à ma table et je leur demande de s’identifier (via au moins une carte avec photo) pendant que le greffier vérifier si son nom figure bien dans notre liste électorale.

Dans la quasi-totalité des cas, les électeurs sont inscrits et je peux leur remettre leur bulletin de vote. Ils se rendent dans l’isoloir pour voter puis reviennent me donner leur bulletin (plié pour assurer la confidentialité de leur choix) pour que je détache le talon (qui va dans un sac, à cet effet) puis, c’est enfin le grand moment, je leur remet leur bulletin de vote pour qu’ils puissent le déposer dans l’urne.

Alors être une scrutateur à une élection fédérale, c’est tout ça et juste ça… et c’est très agréable pour quiconque aime le contact avec le public.

Ça fait une bonne journée de travail, de 8h30 à 23h30, le jour du vote alors avis à ceux que celà pourrait indisposer. Il faut bien entendu donner une performance impeccable tout au long de la journée et quand le scrutin se termine, à 21h30, il faut compter les votes, les consigner dans les documents officiels et refermer l’urne en y remettant tout ce qui nous a été initialement confié.

Je recommande l’expérience à tous ceux qui se demandent comment fonctionnent nos élections, c’est tellement instructif. Qui plus est, vous aurez l’occasion de voir —de première main— à quel point notre système de vote “très manuel” peut difficilement être corrompu par un seul individu, comme c’est le cas avec les machines de vote Diebold, aux États-Unis.

Ceux qui ne connaissent pas encore Diebold doivent savoir que ces machines conçues pour tricher ont “perdu” plus de 5 millions de votes lors de l’élection fédérale américaine de 2000 (Bush VS Gore) en plus d’être à l’origine du spectaculaire cafouillage de la Floride qui a donné l’occasion à George W. Bush de “voler” l’élection à Al Gore qui avait techniquement gagné l’élection… jusqu’à ce que les machines Diebold “ajustent” le nombre de votes admis pour faire gagner GWB.

On a beau être Canadiens, on a le droit d’avoir des hauts-le-cœur lorsque le nom Diebold est mentionné. Et dire que Desjardins a acheté leurs machines pour ses guichets automatiques, quelle décision malhabile.

Enfin bref, les élections canadiennes sont (au moins) 1000 fois plus fiables que celles aux États-Unis. Moins il y a de “machines” et plus le vote rapporté est juste. C’est aussi simple que ça — d’ailleurs, continuez à exiger des “votes sur papier (traités manuellement)” parce que les votes par ordinateur, c’est une grosse farce.

J’aimerais en profiter pour féliciter tous les électeurs qui se sont déplacés pour venir voter, c’est grâce à vous que notre démocratie s’exprime, les jours de scrutin. À tous ceux qui n’ont pas pu (ou pas voulu) venir, je vous assure que c’est une expérience agréable, rapide et très valorisante alors n’hésitez pas à essayer, la prochaine fois.

Nous avons été une trentaine de milles employés fédéraux (d’un jour) à exercer le travail de scrutateur (ou de scrutatrice) et de greffier (ou de greffière).

À environ 200$ par personne de compensation, ça donne (grosso-modo) 6M$ alors ce n’est pas nous qui avons coûté l’essentiel du (plus de) 300M$ qu’a coûtée cette élection. Les GROS SALAIRES fédéraux liés à cette élection sont dans la fonction publique, comme telle, où des salaires astronomiques sont payés à des individus embauchés à temps-plein (pas pour une seule petite journée, comme nous, les scrutateurs).

En finissant, j’aimerais souligner qu’il y avait des employés de tous les âges, le jour du scrutin alors c’est une belle occasion pour prouver que le travail “multi-générationnel” fonctionne comme un charme!

Tags: élections fédérales, expérience en tant que scrutateur, travail de scrutateur aux élections, travailler aux élections, scrutateur payé, fonctionnaire fédéral, jour du vote, prise du vote, citoyens, électeurs, démocratie, canada, employés motivés, expérience valorisante, votes sur papier, traitement manuel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.