Les concours au Québec… un désastre!

Règles RACJLes québécois n’ont pas autant de chances que les autres citoyens nord-américains de gagner dans les innombrables concours offerts partout aux États-Unis et au Canada, à l’exception du Québec.

Encore une fois, le Gouvernement du Québec, cette entité parfois incompréhensible, sanctionne les réglements absurdes (format .pdf) de la Régie des alcools, des courses et des jeux qui exige que tout concours dont la valeur dépasse 100$ soit systématiquement enregistré auprès de l’organisme.

Qui plus est, cet enregistrement s’accompagne systématiquement de “frais” variables selon le prix offert dans le concours.

C’est suffisant pour le Québec soit rayé, en permanence et de manière systématique de tous les concours en Amérique du Nord… même pour des prix dont la valeur ne dépasse pas 100$.

C’est profondément injuste pour les québécois. La seule raison pour laquelle ce rançonnage odieux se poursuit est parce que le gouvernement encaisse sa part des profits de ce petit manège qui étouffe littéralement les activités de promotion commerciales, au Québec.

Les commerçants en souffrent, les consommateurs en souffrent et tous les citoyens y perdent au change.

Ajoutez à ça le fait que le Québec, au plan légal, s’arrange (grâce à la RACJ) pour avoir l’air de “la bête noire à éviter” et vous comprendrez, ne serait-ce qu’en partie, pourquoi il se créé 10 fois moins d’entreprises au Québec qu’en Ontario, chaque année.

Ouch!

Les concours font parties des coutumes commerciales et ceux qui trichent (la raison d’être de la RACJ, apparemment) forment une infime minorité noyés dans l’éventail colossal d’entreprises qui organisent des concours parfaitement valables… sans avoir besoin de se faire tenir par la main par la RACJ.

Pensez-vous que Procter & Gamble, Johnson & Johnson, Disney et Paramount Pictures sont capables d’organiser un concours sans recevoir la bénédiction de Loto-Québec?

Bien sûr que oui, ils en organisent d’ailleurs continuellement (des centaines de concours majeurs, chaque année) et ils sont presque tous (99,9%) interdits aux québécois.

Prenez l’exemple de ce concours banal de 7/11, il est valable pour les résidents de Terre-Neuve mais pas pour ceux du Québec. Pensez-y! J’ai tenté d’en parler avec le bureau de mon député mais ça ne donne rien… son parti n’est pas au pouvoir. Les lettres dans les quotidiens – inutiles!

Tenter de faire entendre raison à la RACJ? Impossible!

En fait, les fonctionnaires de la RACJ à qui j’ai -finalement- pu parler prétendent n’être que des “exécutants” des lois votées à l’Assemblée Nationale. C’est peut-être vrai mais leur attitude (face à l’abus flagrant que leur organisme d’État perpétue chaque jour) est quand même révoltante, à mon humble avis.

J’irais même jusqu’à affirmer que la batterie de réglements abusifs et maternants de la RACJ ressemblent à de l’acharnement bureaucratique.

Qu’en pensez-vous?

Existe-t-il encore un moyen de finir par faire entendre raison au Gouvernement du Québec? Y a-t-il encore des individus, en politique, pour qui le “gros bon sens” présente encore un minimum d’intérêt?

À vous de me le dire ; )

Tags: concours, concours au québec, gros bon sens, règle tatillonnes, règles gouvernementales contre-productives, gouvernement, lotteries, loto-québec, gestion des concours, concours ailleurs qu’au québec, exclusion des québécois des concours étrangers, québécois désavantagés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.