Le mur administratif à la frontière américaine

Il n’y a pas si longtemps, les douaniers américains étaient courtois lorsqu’on se rendait aux États-Unis. Il leur arrivait même de s’adresser à nous en français!

Graduellement, après les attentats du 11 septembre 2001, le régime Bush a enfoncé les États-Unis dans une paranoïa extrême de “sécurité nationale” qui fait qu’aujourd’hui, tous ceux qui osent se présenter à la frontière entre nos deux pays amis est d’abord traité comme un terroriste potentiel et bien après, comme un honnête citoyen.

C’est épouvantable…

Et à partir d’aujourd’hui, le 1er juin 2009, la paranoïa monte encore d’un cran avec l’entrée en fonction de nouvelles directives administratives empêchant d’entrée tous les citoyens (canadiens ou américains, ou autres) qui voudraient entrer aux États-Unis sans présenter l’un de ces documents…

  • un passeport valide;
  • une carte NEXUS;
  • une carte Expéditions rapides et sécuritaires (EXPRES); ou
  • un permis de conduire Plus ou une carte d’identité Plus (dans les provinces ou les territoires où ils sont offerts, dont le Québec).

Prenez note que seule une preuve de citoyenneté canadienne, comme l’original ou une photocopie du certificat de naissance ou d’une carte de citoyenneté canadienne, est requise pour…

  • les enfants âgés de 15 ans ou moins; et
  • les citoyens âgés de 18 ans ou moins qui voyagent avec une école ou un autre groupe organisé, sous la supervision d’un adulte et avec le consentement d’un parent ou d’un tuteur.

Pour les voyages par avion, cependant, le délire paranoïaque américain va encore plus loin (si telle chose est même imaginable) en exigeant de tous les citoyens canadiens qui se rendent aux États-Unis, qui y transitent ou qui en sortent [par voie aérienne] qu’ils présentent toujours un passeport valide. Les exigences relatives aux voyages aériens s’appliquent à tous les citoyens canadiens, peu importe leur âge.

Quelle folie! Même votre bébé naissant devra payer pour se faire émettre un passeport avant de prendre l’avion. Comme vous pouvez le voir, les autorités américaines voient des terroristes potentiels partout… même parmi les nouveaux nés qui doivent prendre l’avion avec leurs parents!

La fameuse Initiative relative aux voyages dans l’hémisphère occidental (IVHO) des États-Unis a de quoi mettre tout le monde mal à l’aise car en traitant tout le monde comme des terroristes potentiels, le ressentiment envers les Américains n’ira qu’en augmentant.

Désormais, pour voyager hors du Canada et vers les États-Unis, vous devrez OBLIGATOIREMENT dépenser beaucoup plus d’argent pour vous munir de papiers qui, depuis une éternité, étaient largement facultatifs. Les passeports et les permis PLUS ne sont que l’équivalent humain des balises électroniques implantés sur des animaux d’élevage. Qu’importe vos droits humains, si vous n’avez pas ces papiers, votre droit à la mobilité vous serez carrément nié. Tout ça pour votre bien!

N’importe qui avec une once de bon sens peut voir que les mesure outrancièrement exagérées de l’IVHO ne feront que nuire aux mouvements des voyageurs sans amener la “sécurité” dont parlent les autorités américaines en charge de l’entretetien de la paranoïa contre des fantômes (les fameux “terroristes”) dans la population.

Attendez-vous à une baisse considérable du tourisme, au Canada.

En effet, les Américains qui viennent passer des vacances ici ne pourront pas retourner aux États-Unis sans présenter leur passeport (ou un autre document “approuvé”) alors on se doute que la plupart d’entre eux choisiront tout simplement de ne plus venir au Canada plutôt de payer une petite fortune pour un passeport, sans compter les pertes de temps pour l’obtenir.

L’ère Bush se poursuit sous Obama.

Il s’agit de deux marionnettes qui servent le même maître.

Les citoyens des États-Unis auront beau se plaindre, eux aussi, de ces mesures inacceptables aux frontières, ça n’empêchera apparemment pas les criminels installés à la Maison Blanche de qualifier tout le monde de terroriste potentiel avant de les considérer comme des être humains qui ont des droits fondamentaux que plusieurs qualifient même de divins. Les frontières existent pour contrôler les individus en les séparant artificiellement. Les gouvernements utilisent ce “prétexte” pour avancer leur “société de surveillance” où le seul droit qu’a un être humain, c’est de payer pour se transformer en numéro!

Sachez que ce n’est pas mieux, au Canada.

Stephen Harper a discuté dans notre dos, derrière de lourdes portes closes, à Montebello [en 2007] avec les autres chef d’États qui y ont, eux aussi, discuté en catimini, loin de médias et de l’œil du public. De quoi Harper a-t-il parlé? Personne ne le sait mais depuis cette rencontre, le déficit canadien dépasse soudainement les 50MM$ — un pur hasard? Qui sait? La destruction simultanée des classes moyennes et riches, dans tous les pays industrialisés, n’est peut-être pas aussi anodine que les “grands médias” le laissent entendre…

L’établissement de règles administratives complètement zin-zin à la frontière canado-américaine suit cette logique de secret, de paranoïa et de folie furieuse pour chasser des fantômes en imposant de lourdes chaînes  procédurales à tous les citoyens, incluant ceux qui n’ont absolument rien à se reprocher.

Désormais, il faudra s’habituer au mur administratif, aux frontières… et c’est navrant qu’il en soit ainsi. La vision de “liberté” d’Obama n’a rien à voir avec ses beaux discours (lus depuis un téléscripteur).

Tags: règles administratives, frontière, canada, états-unis, frontière canado-américaine, passer à la frontière, conditions, passeport, permis plus, nexus, autorisations, numéros, papiers, terroristes potentiels, citoyens, état policier, société sous surveillance, zéle des agents, frontière bloquée, tourisme en péril, canadiens fichés, touristes américains, passeport canadien, passeport américain, george w. bush, barack obama, stephen harper, sommet de montebello, 1er juin 2009, ivho

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.