La NASA annonce la découverte de 2 nouvelles exoplanètes

On parle souvent de la possibilité, pour l’homme, de voyager dans l’espace afin de se rendre jusqu’à une autre planète habitable, semblable à la Terre.

Bien qu’il s’agisse d’un rêve continuellement ressassé dans plusieurs films de science fiction, on se doute que ce n’est pas simple de trouver une autre Terre, dans l’espace. Ceci dit, il semble que la NASA ait de bonnes nouvelles, pour nous ou plutôt, pour les générations qui nous suivront.

En effet, 2 nouvelles exoplanètes, les plus semblables à la Terre parmi celles qui ont été observées à ce jour, ont été découvertes en orbite de leur étoile dans la zone habitable —où l’eau peut exister à l’état liquide— et donc où la vie peut potentiellement exister.

la-terre-et-une-exoplanete-semblable-a-la-terre

6 autres exoplanètes, plus grandes que les deux premières, mais de taille comparable à la Terre, ont également été observées dans la zone habitable.

La découverte de ces 8 exoplanètes double le nombre de ces planètes lointaines répertoriées dont le diamètre est moins de deux fois celui de la Terre.

Elles ont été détectées à l’aide du télescope spatial américain Kepler.

Selon le chercheur Guillermo Torres, du centre d’Astrophysique de Harvard, la plupart de ces 8 planètes ont une bonne chance d’être rocheuses comme la Terre.

Les deux exoplanètes qui ressemblent le plus à la Terre sont Kepler-438b et Kepler-442b. Si un jour on devait y aller, c’est clair qu’on leur donnerais un nom plus facile à se rappeler! Elles sont en orbite autour d’étoiles rouges dites naines, plus petites et moins chaudes que notre soleil, à respectivement 470 et 1100 années-lumière de la Terre. Une année-lumière équivaut à environ 9461 milliards de kilomètres.

Kepler-438b tourne autour de son étoile en 35 jours, tandis que Kepler-442b effectue une orbite en 112 jours.

les-decouvertes-du-telescope-kepler

Pour que la vie puisse y exister, une exoplanète doit recevoir au moins autant de lumière de son étoile que la Terre en reçoit du Soleil de manière à maintenir une température permettant la présence d’eau liquide.

On s’entend qu’il s’agit de la vie telle qu’on l’entend, ici, sur Terre. Il peut y avoir d’autres formes de vies ou de consciences dont on ne sait encore que très peu de choses ou franchement, rien du tout.

C’est avec des découvertes comme celle-ci qu’on se rend compte à quel point l’univers est vaste et qu’on a encore tout à apprendre, d’abord en s’y intéressant avec des téléscopes mais ensuite, en s’y rendant. Disons qu’il va passer encore plusieurs générations d’humains avant qu’on puisse aller y prendre une petite marche!

telescope-kepler-de-la-nasa

L’homme a beaucoup de chance de pouvoir vivre sur Terre.

S’il est une chose, ces découvertes d’exoplanètes devraient nous rappeler à quel point il est important de faire attention à notre planète actuelle parce qu’on est très, très loin d’une “planète de remplacement”, si l’on abuse trop de celle-ci et que par notre faute, la Terre ne soit plus autant capable de soutenir la vie.

Sans devenir “vert, pur et dur”, il y a moyen de penser à un mode de vie plus soutenable et axé vers le respect des besoins individuels à l’intérieur d’une société où le bien commun va dans le sens du maintien de la vie à très long terme, en commençant par la vie humaine.

Merci à la NASA de poursuivre son exploration des lointaines contrées de l’espace pouvant être observé afin de nous rappeler notre chance et nous donner espoir, pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.