Harper ne sera plus chef mais restera député

Après 78 jours de campagne électorale, Stephen Harper s’attendait probablement à une situation de gouvernement minoritaire mais l’électorat en a décidé autrement en portant les Libéraux de Justin Trudeau au pouvoir, avec une forte majorité.

Le constat a probablement été brutal pour Stephen Harper qui se retrouve, de facto, dans l’opposition officielle.

À la fin de son discours, en soirée, le 19 octobre 2015, après que les résultats aient été diffusés, il a dit “accepter le verdict des électeurs”. Ça ne devait pas être de gaieté de cœur qu’il a reçu les résultats décevants pour son parti qui a, disons-le, tenu le pouvoir depuis tout près de 10 ans, au Parlement d’Ottawa. Mais il a gardé son calme et livré ce qui semblait être le fond de sa pensée ou du moins, ce qu’il était approprié de dire, en de telles circonstances.

stephen-harper-apres-l-election-federale-du-19-octobre-2015

Au lendemain de l’élection, le 20 octobre 2015, le chef du parti conservateur, John Walsh, a annoncé que Stephen Harper quittait son poste de chef de parti pour ne conserver que son poste de député, pour la circonscription de Calgary Heritage, en Alberta.

Tous ceux qui espéraient voir Stephen Harper écarté du pouvoir ont applaudi cette nouvelle. Désormais, l’ex-premier ministre canadien s’occupera principalement des citoyens dans sa circonscription. Finis les voyages diplomatiques et la position de premier-plan, sur tous les enjeux majeurs du pays. Ça ne veut pas dire qu’il n’aura pas le temps de contribuer son expertise à différents dossiers nationaux mais clairement, il laisse la place à d’autres qui voudraient se démarquer, dans le parti, en vue d’en prendre la tête et probablement le reconstruire en vue de prendre le pouvoir, aux prochaines élections. Il y a 4 ans et en politique, c’est très long alors il se passer bien des choses mais il faut déjà prévoir une course à la chefferie qui pourrait permettre à au moins un des députés élu ou réélu, au Québec, de se présenter.

drapeau-canadien

Parmi les bons côtés dont on se rappellera de Stephen Harper, il y a le fait qui a gardé ses promesses et qu’il a redressé les finances publiques mais il y a eu des côtés plus sombres, comme sa culture du secret, son réflexe militariste et sa propension pour la surveillance des Canadiens.

Il y a aussi l’oléoduc Énergie-Est de TransCanada qui ne plait pas à l’électorat qui comprend les énormes dangers qu’il représente pour l’environnement sans amener suffisamment de bienfaits économiques. Et que dire de la politique favorisant (et subventionnant, à coups de milliards) le pétrole de schiste, sale et polluant, en Alberta. Ça a fait augmenter notre dollar au moment où nos entreprises manufacturières, dans l’Est du pays, auraient eu besoin d’une devise moins forte, pour exporter de manière plus concurrentielle. Stephen Harper a préféré favoriser l’Alberta et les électeurs de l’Est du pays s’en sont rappelés, le jour de l’élection fédérale du 19 octobre 2015.

cycle-politique-liberal-conservateur-au-canada

Est-ce que les Conservateurs vont se relever, après ce revers électoral?

On peut penser que oui parce qu’avec 99 députés élus et les pleins pouvoirs d’opposition officielle à Ottawa, le parti conservateur a 4 longues années pour se reconstruire et ajuster certaines de ses positions afin de mieux coller aux aspirations de l’ensemble des Canadiens.

La dégringolade aurait pu être bien pire, pour les Conservateurs, si Tom Mulcair et ses néo-démocrates avaient maintenu leur momentum du débat de la campagne mais comme on l’a vu, la balloune orange s’est dégonflée et ce sont les Libéraux et les Conservateurs qui en ont profité.

Personne ne sait exactement ce qu’entend faire Stephen Harper mais après avoir été au pouvoir, en tant que Premier ministre, depuis 2006, il se promet probablement de prendre les choses comme elles viennent, sans se stresser.

Stephen Harper continuera d’avoir un généreux salaire de député, à Ottawa et préparera probablement sa sortie vers un emploi dans le privé, tout en collectant sa grosse pension “à vie”, comme d’autres l’ont fait avant lui.

merci-a-stephen-harper-par-les-conservateurs

Alors séchez vos larmes pour ceux qui aiment Stephen Harper, il ne vivra pas dans la grosse misère noire comme plusieurs de ses ex-collègues députés qui ont été défaits dans leur circonscription. Ces candidats défaits doivent désormais se trouver un autre emploi et dans le contexte actuel, ce n’est vraiment pas facile.

Un petit mot pour féliciter les candidats conservateurs du Québec qui ont réussi à se faire élire, notamment dans la grande région de Québec. Le message de Stephen Harper aura été entendu, dans ces circonscriptions.

Alors merci à Stephen Harper pour ses années de service en tant que Premier ministre du Canada mais là, le vent tourne et c’est le temps d’essayer une autre formule qui sera, souhaitons-le, à l’avantage des Canadiens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.