Au temps des relations jetables

Vous vous investissez dans une relation —parfois pendant plusieurs années— et là, sans prévenir, votre partenaire vous plaque, sans trop vous laisser de choix… parce que —son— choix a eu lieu et n’est plus négociable.

Qu’est-ce que vous avez bien pu faire pour en arriver là?

Les options sont apparemment sans fin pour un partenaire qui veut quitter son couple. À part les “classiques” comme l’infidélité et le mensonge, il y a les grands favoris comme le stress indu et le manque au chapitre des communications mais ce n’est pas tout, il y a les problèmes de personnalité, les objectifs divergents et même les problèmes avec l’argent.

On passe rapidement sur une panoplie d’autres raisons comme des conflits au chapitre des horaires de travail, le peu de temps effectif pouvant être passé en famille ou encore, la possibilité de trouver mieux que vous, ailleurs. D’où l’urgence de mettre fin au couple pour tenter d’en fonder un nouveau là où l’herbe paraît plus verte.

Et il arrive, en effet, que l’herbe soit plus verte ailleurs.

Quel bonheur pour ce partenaire qui quitte le couple pour aller se rouler dans cette herbe verte!

Au passage, l’autre partenaire est évacué de sa vie (fini les liens d’amitiés dans Facebook… et dans la “vraie vie”) pour mieux canaliser ses énergies avec sa nouvelle flamme. C’est logique et bénéfique pour le partenaire qui quitte mais ça arrive souvent trop vite pour que le partenaire quitté ait le temps de bien comprendre ce qui lui arrive et là, c’est une bombe émotionnelle à retardement qui explose, tôt ou tard en causant des torts affectifs trop souvent permanents.

cheri-je-te-quitte

Vous connaissez le topo…

Le partenaire qui part avait tellement prévu son départ que tout ce qu’il tente lui réussit alors que son ex-douce-moitié manque de préparation et se plante. Ça n’aide en rien son estime personnelle mais bon, dans le yeux du partenaire qui s’est barré, c’est “son” problème!

C’est pas mal dans ce sens-là qu’on est rendus au temps des relations jetables.

Des relations où tous les superlatifs sont permis pour décrire l’amour qui unit le couple, il en pleut mais dès qu’un partenaire veut en sortir, qu’importe les promesses ou les émotions précédemment ressenties, c’est une sortie magistrale… vers autre chose qui semble mieux. Qu’importe les dégâts que ça causera à la personne qui se fait “domper” pour des raisons, somme toute, souvent assez triviales.

C’est rendu que même les gens qui sont en couple et heureux se sentent secrètement menacés parce que sans prévenir, leur partenaire peut leur balancer que c’est terminé et au fond, ils seront tout aussi impuissants à conserver leur partenaire que les millions qui se sont fait faire le coup, avant eux.

En clair, quand votre partenaire décide de partir, à moins d’un spectaculaire et improbable retournement de situation, c’est TER-MI-NÉ.

Imaginez le stress d’entretenir une vie émotionnelle dite normale alors que la solidité du couple ne repose que sur la volonté —de plus en plus volatile— du partenaire à s’y investir.

Il y a tant de tentations à l’extérieur du couple que même lorsque tout va bien, tout peut rapidement aller mal.

Par exemple, si monsieur vit un stress au chapitre de son travail et tente de se reconstruire, madame peut décider que ce stress qui a mené à des difficultés de communication est intolérable et que seul son départ du couple lui procurera le bonheur qu’elle recherche. Et sans prévenir, elle annonce la décision unilatérale et sans appel de son départ. Dans ce exemple, monsieur doit composer avec ce changement de vie et entreprendre un deuil suite au départ de madame car souvent, ce n’est pas par manque d’amour que le couple se sépare mais pour une myriade de raisons qui semblent coller à des situations souvent ponctuelles mais juste assez inconvenantes pour justifier de briser le couple, pour toujours.

À part de trop rares exceptions, il est fini le temps où l’on croyait tellement en l’autre qu’on déplaçait des montagnes pour remettre le couple sur les rails. Aujourd’hui, c’est tout le contraire. On jette après usage et si le destin le veut bien, on se remet en couple avec d’autres naufragés émotionnels qui ont été échaudés en amour et qui en gardent d’importantes séquelles.

Est-ce que les relations jetables sont une bonne chose?

Ceux qui quittent le couple diront assurément que oui alors que ceux qui se font quitter auront tendance à dire que non.

Ainsi, il faut savoir qu’un partenaire qui dit vous aimer le déclare probablement le plus sérieusement du monde mais il arrive tellement de choses, au cours d’une vie, que tout ça peut changer au hasard d’une rencontre ou même, d’un simple changement de routine qui nous amène à voir notre réalité sous un nouvel angle.

Après tout, lorsqu’on y regarde bien, est-ce que le couple est un modèle vraiment fonctionnel? Pour certains, peut-être mais pour plusieurs autres, la réponse est non!

Combien de femmes célibataires voyez-vous butiner d’un souper-avec-amis à un autre? Elles sont célibataires par choix et heureuses ainsi. Même chose chez les hommes qui demeurent célibataires parce que ça les arrangent et qu’ils n’ont plus envie d’endurer les “drames” (selon eux) associés avec la vie commune, avec une femme. Et les deux entretiennent des relations “en marge” pour des contacts physiques providentiels, quand ça les arrange.

Soyez-en assuré, ce modèle de célibat avec des moments de tendresse planifiés à l’agenda va continuer à gagner en popularité parce les gens sont désillusionnés par rapport aux prétendues vertus d’être en couple et en ce sens, il devient plus rassurant de ne plus s’exposer (ou se rendre vulnérable) au plan émotionnel.

Et même si d’aventure, le célibataire se laisse tenter par une histoire amoureuse qui mène à la formation d’un couple, il est toujours temps d’y mettre fin, unilatéralement et sans avoir le moindre compte à rendre. Malgré les “je t’aime”, “ah! chérie, je te veux pour toujours”, “oh! baby, tu es faite pour moi” et autres balivernes romancées, quand le partenaire veut partir, c’est “ciao-bye” et c’est fini.

Net-frette-sec.

C’est ça, le 100% jetable appliqué au grand jeu des relations, aujourd’hui.

Heureusement, il existe encore des personnes intègres et sincères dans leur démarche de former un couple, malgré l’adversité.

Ces personnes représentent “l’élite émotionnelle” qui comprend l’importance de s’investir et de réussir ce qu’on entreprend. Ces personnes sont même des inspirations pour d’autres qui manquent de volonté ou de bons modèles, lorsque vient le temps de redoubler d’ardeur ou de créativité pour contribuer à faire passer leur couple par-delà des défis qui se dressent sur leur route.

Mais bon, il n’y a pas que des mauvais côtés à toutes ces relations de couple qui se terminent parce que ces gens se remettent sur le marché en tentant, pour la plupart, de s’améliorer pour mieux se vendre, à une autre personne.

Comme quoi nos relations ne sont plus simplement jetables mais elles baignent carrément dans la marchandisation, avec des spécifications et des préférences.

Notre société québécoise, distincte et ambitieuse, se définit par son amour de la famille et des enfants mais sur le proverbial plancher des vaches, on constate que de trop nombreux couples sont constitués de partenaires qui voient à leur propre intérêt plutôt qu’à celui du couple ou de la famille. Il y a des raisons à ça, comme pour tout le reste mais il serait important de se donner les moyens de permettre à nos couples et familles de mieux réussir leurs projets de vie commune.

En ce moment, c’est triste de voir tant de relations où l’amour existe encore se terminer pour des raisons qui n’auraient pas dû en être, dans la plupart des cas.

Voilà une importante réflexion où presque tout le monde a son histoire et justement, pour avoir une meilleure idée, racontez-nous la vôtre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.